Tous les articles par collectif 39

IXème rencontre de Maison Blanche « à propos de la psychothérapie institutionnelle d’hier à aujourd’hui.»

TOUR DE BABEL, SAISON 2,     TRANSFERT : UN OUTIL DE COMPÉTENCE ?

 

vendredi 12 décembre 2014  de 9h à 17h

 

Association Scientifique et Culturelle de Maison Blanche

EPS Maison Blanche

6/10 rue Pierre Bayle 

75020 Paris

 

ARGUMENT:

Force fut de constater, à l’issue de notre dernière journée, que, quelle que soit son interprétation, le mythe de la Tour de Babel fait parler. Il exhorte à traduire notre langue intérieure aux autres et c’est ce qui nous amène à prolonger ce travail. Du mythe de la tour de Babel à celui du couple de Prométhée et d’Epiméthée, nous souhaitons étendre l’élaboration de la pluralité des langues à celle des outils en psychiatrie.


La parole n’est-elle pas notre premier outil de soin ? Mais de quel soin parlons-nous ? De quelle folie, ou de quel handicap?


Derrière chaque langue, une discipline et ses techniques. Du divan à la remédiation cognitive, de l’EMDR à la sophrologie, de la danse thérapie au modelage, des associations aux clubs thérapeutiques, en passant par les médicaments, et les électrochocs, quelle place reste-t-il à la parole et à son adresse ?


C’est qu’avec le temps certains mots se font plus sourds pour ne pas dire tabous, d’autres se déclinent et deviennent passe-partout. Ainsi selon les écoles et les générations, le terme de « transfert » creuse… parfois les liens entre collègues, celui de « soin » aussi. Entre deux époques, le passage de la psychiatrie à la santé mentale marque l’évolution des formations initiales et continues. Que peut-on en comprendre aujourd’hui ?


Transmettre une conception de la folie et des psychothérapies, certains parlaient d’« un défi existentiel », n’est-ce pas justement le cadre préalable à toute clinique des psychoses ?

Comme de défendre qu’à « chacun sa métapsychologie » nous disait Jean Oury. 

Mais alors le soin s’articule ou se décline-t-il à la mesure de l’attention que l’on porte à celui que l’on soigne?

 

A l’heure de l’expansion du diagnostic de TDAH (troubles de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité), de l’explosion de TSA(troubles de spectres autistiques), à l’heure des tentatives de généralisation de nouvelles pratiques de « soins » et des recommandations, peut-on encore créer ou innover sans tomber dans les guerres d’écoles ou le dévoiement des concepts ?
Quelle marge de manœuvre avons-nous pour singulariser nos pratiques et rester à l’écoute d’une subjectivité qui se dit  au travers de protocoles de soins, de DAR (données, actions, résultats) ou d’éducation thérapeutique en psychiatrie?

Du singulier au collectif, la parole sera donc donnée aux premiers intéressés (les patients).

 

Toutes ces questions sont au cœur des idéologies qui agitent notre société, elles sont éminemment politiques et interrogent nos institutions de l’HAS à l’ARS en passant par nos hôpitaux dans leur capacité à faire tiers. Tout comme chacun de nous dans son éthique et son engagement dans la relation thérapeutique. 

Reste qu’après l’inauguration d’un Centre de Recherche mondial de Psychiatrie Informatique à Londres, cet impact jamais égalé des avancées technologiques sur le social, ne nous oblige-t-il pas à nous arrêter un moment, pour réfléchir ensemble à comment y faire face ?

 

 

8h45 accueil

9h00 Ouverture de la journée: Mme Selma Benchelah, (présidente de l'ASCMB), M. Lazare Reyes (Directeur de l'hôpital de Maison Blanche), 

Dr Annie Msellati(Présidente de la CME, chef du 23èmesecteur).

 

Matinée :

Modérateur : Valentin Blache (éducateur spécialisé)

Discutant : Mireille Battut (Association « la main à l’oreille »)

9h30: ASCMB: présentation de la journée 

10h15: Anna Konrad (psychiatre, psychanalyste), Elodie Létapin, (psychologue clinicienne) :
"Produire de la subjectivité dans la relation éducative avec l'enfant autiste"

11h00: pause

11h15 : Sandrine Archambault (IDE et cadre de santé, Maison Blanche) « L'éducation thérapeutique, un outil à amadouer »

12h00: Patients : à propos de groupe de parole et de club thérapeutique

12h45: pause déjeûner

Après-midi:

Modératrice : Selma Benchelah (Psychologue clinicienne, 7ème secteur)

Discutant : Franck Drogoul (Psychiatre, enseignant Paris VII)

14h15: Bernard Stiegler (Directeur de l'Institut de Recherche et de l’Innovation) : « Soin et grammatisation. De la parole au geste ».

15h00: Alain Fabre (Ingénieur chef chargé de la formation tout au long de la vie) : « La formation, un outil de promotion de la personne. »

15h45: pause 

16h00: Patrick Faugeras (Psychanalyste à Alès, Gard)« Au bord du monde». 

16h45: Collectif des 39

 

Inscriptions:

Service Formation Continue : 01 49 44 40 36 

formcont@ch-maison-blanche.fr

Share

Communiqué de presse

Meeting du 1er novembre 2014 en présence de 700 personnes.

Le premier novembre 2014, à la Maison de l’arbre à Montreuil, le Collectif des 39 a organisé un meeting afin de fédérer les résistances pour une hospitalité suffisamment bonne pour la Folie,  continuer la réflexion critique au cours de forums et proposer des actions concrètes.
Les 700 participants sont repartis  enthousiastes et réconfortés après cette intense journée d’échanges et de débats.
Le Fil conducteur a participé au meeting. Cet espace de parole émanant de l’atelier  “familles” des Assises citoyennes pour la psychiatrie et le médicosocial est un collectif associant des proches de malades, des patients et des professionnels, tous concernés par la place des familles dans l’accompagnement de la personne malade.
Le matin, une introduction polyphonique et une table ronde sur les enjeux et réalités ont décrit la dégradation actuelle des conditions d’hospitalité, de soins et d’accompagnement de la Folie et les nécessaires résistances.

Sept cents personnes, des professionnels, des patients, des familles ont  participé  aux forums de l’après-midi (fonction soignante et pratiques du Collectif,  continuité du lien et de la relation, pédopsychiatrie), afin d’échanger leurs points de vue et leur vivance dans le compagnonnage avec la folie. Les prises de parole ont été très nombreuses et engagées, parfois très émouvantes, sensibles et combatives. Cette possibilité de débattre, des disputes dans l’écoute et l’accueil des points de vue diversifiés ont donné une tonalité stimulante très appréciée. 

Le discours simplificateur des tenants de la seule causalité biologique a été fortement critiqué, tant il inspire  décisions politiques et  lois qui produisent un démantèlement de la psychiatrie en attaquant la continuité du lien et de la relation, mettant à mal les patients, les familles et les professionnels. 
Avec la participation de nombreuses associations professionnelles, de syndicats et d’organisations politiques engagés à nos côtés, des actions ont été adoptées pour stopper tout nouveau processus législatif sans qu’au préalable se tienne un grand débat national : l’organisation d’une conférence de presse commune est en préparation.  
Le meeting s’est conclu  par l’ appel du 1er Novembre: « ÇA SUFFIT ! », lu et adopté à l’unanimité des participants  avec l’engagement de continuer  les débats lors des prochains forums en région et à Paris organisés par le Collectif des 39 pour élargir la résistance à la dégradation de l’organisation des soins psychiatriques et au manque de moyens dont les patients subissent les conséquences.
Share