Archives de catégorie : Non classé

Déclaration de L' AFPEP-SNPP

Le collectif des 39 s’associe pleinement à ce texte émanant de l’AFPEP-SNPP dont il partage entièrement le point de vue à propos du “Collectif pour le progrès de la psychiatrie”.
Nous continuerons à œuvrer avec tous les professionnels privés et publics, les familles et les patients, pour un progrès de la psychiatrie qui s’écarte d’un réductionnisme étroit autour d’une idéologie scientiste, mais se fonde au contraire la complexité et l’ouverture à tous les champs du savoir et de l’expérience humaine.

Nous assistons depuis quelques semaines à la collecte de signatures pour un manifeste s’intitulant :
« Collectif pour le Progrès de la Psychiatrie »

Le signe du progrès serait que la psychiatrie soit définie comme une spécialité médicale comme une autre.

Ce serait aussi de ne plus tenir compte de l’environnement. Lors de notre séminaire de Printemps sur le diagnostic, ce sont les neuroscientifiques qui sont venus nous rappeler que un gène ne code pas un destin mais s’exprime en fonction de l’environnement

« Les membres du collectif soussignés pensent que le moment est venu de refonder les pratiques de la psychiatrie, de redéfinir son rôle dans la société, dans l’esprit d’un progrès nécessaire et attendu. »
Le champ sémantique est éclairant : Il est question de « techniques de réhabilitation », de « processus d’évaluation », d’ « outils de compensation », d’ « indicateurs avancés du diagnostic », pour déboucher sur « la mise au point de pratiques recommandables » : vocabulaire technico-commercial, bilans statistiques à l’horizon, ainsi que dressage comportemental et DSM à l’appui, bien sûr. Depuis les années 1970, les politiques de maîtrise des dépenses de santé ont eu un succès limité jusqu’à présent car elles avançaient à visage découvert. Les citoyens et les médecins pouvaient mieux se défendre. Aujourd’hui la maîtrise comptable prend le masque de la rigueur de la science pour mettre en place une organisation scientifique du travail médical et psychiatrique. Cette définition se retrouve dans ce manifeste, et aussi dans le livre blanc de la psychiatrie, c’est à dire au service de l’économie et de la rentabilité.

Cet argumentaire trace bien la ligne de partage entre la logique du besoin, très fortement revendiquée par ces signataires, et celle du désir, qui est sans doute le marqueur le plus solide d’une pratique inspirée par la psychanalyse

Á la question: « quel est votre désir? » vient se substituer l’affirmation: je connais vos besoins
.En filigrane, suffisamment subtilement pour qu’on puisse s’égarer en première lecture, apparaît que ce qui s’oppose au « progrès » est exactement ce qui constitue nos fondamentaux : ce « progrès » se ferait contre notre histoire, contre l’affirmation de la subjectivité, contre l’idée même de l’existence de l’inconscient, contre l’indépendance professionnelle, tout simplement contre l’activité de penser.

Victor Klemperer dans « LTI » ou plus récemment Eric Hazan avec « LQR » ont démontré comment la langue pouvait être occupée.

Ne nous laissons pas intimider par l’idée de progrès qui nous laisserait au rang de conservateurs, de réactionnaires. Le progrès de notre discipline c’est ce à quoi nous travaillons jour après jour avec nos patients. C’est cette recherche clinique incessante que nous menons, appuyée sur notre référence théorique que doit rester la psychopathologie, et sur notre engagement.

Le collectif au travail de l’AFPEP-SNPP

Share

Portraits de psychiatrie :: Hervé Bokobza

[hana-flv-player video= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/04/Thierry-Najman-Interview-d-Herve-Bokobza-sd1.flv »
width= »320″
height= »auto »
description= »Entretien avec Hervé Bakobza par Thierry Najman »
player= »5″
autoload= »true » autoplay= »false »
loop= »false » autorewind= »true »
splashimage= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/04/najman-bokobza1.jpg »
skin= » »
/]
Entretien avec Hervé Bakobza par Thierry Najman

Le lien suivant vous permettra d’accéder à un entretien filmé, réalisé tout récemment avec le Dr Hervé Bokobza. Au cours de cet entretien, le Dr Bokobza fait le récit de son arrivée à l’hôpital psychiatrique de Moisselles en 1972, de sa rencontre avec le Dr Jean Ayme, de sa pratique de la psychothérapie institutionnelle à la clinique de Saint Martin de Vignogoul, et de la naissance du Collectif des 39 :

Share

Les 39 auditionnés à l'Assemblée Nationale

Un bout de phrase de la loi du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge a été annulé par le Conseil d'état le 6 octobre 2011. En conséquence le parlement doit s'en saisir pour raccommoder le trou produit par le Conseil d'Etat. L'Assemblée Nationale organise donc une audition pour imaginer comment ré-écrire ce petit morceau de loi, un peu mieux que ne l'avait rédigée la précédente assemblée. A cette occasion le Collectif des 39 a été auditionné le 21 février 2013. Ce sont Patrick Chemla, Thierry Najman, Serge Klopp et Matthieu Belhasen qui sont allés exposer notre point de vue et nos expériences. On peut regarder l'ensemble de l'audition sur le site de l'Assemblée Nationale en cliquant là. Et les bonnes feuilles, les voici !

[hana-flv-player video= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/03/patrick-chemla1.flv » width= »512″ height= »autow » description= »Intervention de Patrick Chemla » clickurl= »https://www.collectifpsychiatrie.fr » clicktarget= »_blank » player= »5″ autoplay= »false » loop= »false » autorewind= »true » splashimage= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/03/patrick-chemla1.jpg » skin= » » /] Intervention de Patrick Chemla

[hana-flv-player video= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/03/serge-klopp1.flv » width= »512″ height= »autow » description= »Intervention de Serge Kloop » clickurl= »https://www.collectifpsychiatrie.fr » clicktarget= »_blank » player= »5″ autoplay= »false » loop= »false » autorewind= »true » splashimage= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/03/serge-klopp1.jpg » skin= » » /] Intervention de Serge Klopp

[hana-flv-player video= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/03/mathieu-belhasen1.flv » width= »512″ height= »autow » description= »Intervention de Mathieu Belhasen » clickurl= »https://www.collectifpsychiatrie.fr » clicktarget= »_blank » player= »5″ autoplay= »false » loop= »false » autorewind= »true » splashimage= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/03/mathieu-belhasen1.jpg » skin= » » /] Intervention de Mathieu Belhasen

[hana-flv-player video= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/03/thierry-najman1.flv » width= »512″ height= »autow » description= »Intervention de Thierry Najman » clickurl= »https://www.collectifpsychiatrie.fr » clicktarget= »_blank » player= »5″ autoplay= »false » loop= »false » autorewind= »true » splashimage= »http://collectimp.cluster011.ovh.net/wp-content/uploads/2013/03/thierry-najman1.jpg » skin= » » /] Intervention de Thierry Najman

Share

> Appel à témoignage

 

APPEL A TEMOIGNAGE
 
Le Collectif des 39 et les CEMEA organisent les Assises Citoyennes pour l’hospitalité en Psychiatrie et dans le médicosocial, les 31 mai et 1 juin 2013 à Villejuif.
 
L’essentiel des échanges aura lieu en atelier pour permettre à chacun de prendre la parole et de témoigner à partir de son expérience. Nous souhaitons en effet partir du point de vue de toutes celles et ceux qui approchent d’une manière ou d’une autre cette réalité sensible pour dégager des pistes de réflexion et des propositions de changement que nous pourrions transmettre aux politiques.
 
Professionnels du soin psychique, patients/usagers, familles et proches, artistes et créateurs, tous citoyens, il est temps que nous prenions la parole pour construire des lieux humains fondés sur l’hospitalité. C’est  en tenant compte de la multiplicité de tous ces points de vue qu’une politique de la psychiatrie et du médicosocial pourrait être repensée.
 
Vous pourrez donc intervenir dans les ateliers, et si vous le souhaitez, nous contacter dès maintenant pour que nous puissions recueillir votre témoignage et vous proposer d’intervenir dans un des ateliers. Vous pouvez aussi nous faire parvenir des témoignages écrits qui seraient lus et publiés avec votre accord.
 
Vous pouvez vous adresser à :
 
Philippe Bichon :                    pbichon41@wanadoo.fr
Humapsy :                              humapsy@mailoo.org
Annick Lair                             annick.lair@wanadoo.fr
Patrick Chemla :                    patrick.chemla2@orange.fr
Patricia Janody :                     cahiers.folie@yahoo.fr
Mathieu Bellahsen :               utopsys@yahoo.fr
Share

> « Pourquoi autant de personnes se réunissent-elles ? »

 

Print

« Pourquoi autant de personnes se réunissent-elles ? »

 
 
      
 
Pour le prochain séminaire d’Utopsy, nous recevons Alfredo Olivera, psychologue, fondateur de la radio La Colifata, la « radio des fous », à l’hôpital psychiatrique du Borda à Buenos Aires qui émet en direct tous les samedis après-midi depuis plus de vingt ans.
« Nous sommes les seuls fous à parler à la radio, si vous en entendez d'autres ce sont des martiens » : nous projetterons le documentaire de Chloé Ouvrard et Pierre Barougier « Radio La Colifata » réalisé en 2001.
 
La Colifata, c’est quelques dizaines de personnes qui se réunissent chaque semaine pendant sept heures dans les jardins de l’hôpital. Elle s’organise autour d’un « Dispositif Radiophonique de Groupe ». La parole surgit et fait évènement. Tout s’articule autour d’elle : la parole circule, spontanée, immédiate, et ces voix qui résonnent c’est comme des pulsations. La parole, au fond, comme prise de pouvoir sur la maladie, l’hôpital : quand le micro devient politique…
« Le travail à fabriquer de l’institutionnel se fait avec des riens, on peut alors parler de fissures de l’espace qui créent une place pour que quelqu'un puisse exister (Oury)» A La Colifata c’est bien de ça qu'il s’agit : exister, ouvrir des possibles. C’est la vie qui est là. On parlera certainement beaucoup durant l’après-midi de folie, de psychiatrie, de désir, de transfert, d’histoire, de mémoire, de collectif aussi- le collectif comme « machine à traiter l’aliénation » (Oury).
La Colifata, comme expérience, avec celles et ceux qui s’y tiennent, patients, soignants; auditeurs, au cœur, à la périphérie, à l’extérieur s’inscrit comme pratique instituante, productrice de subjectivité. Ce qui s’y construit et s’y déploie, c’est (peut-être) en fait, des liens qui créent un lieu pour habiter le monde…
 
Expérience précieuse à découvrir en ces temps où la parole du fou- malade- patient est mise à mal, à mort, où leurs (nos) sensibilités sont écrasées.  Dans ce contexte et face au discours politique, médical, scientifique qui ne vise dans le « soin » psychiatrique qu’à la normalisation des conduites et des populations, face à la loi du 5 juillet 2011 instaurant les soins sous contrainte en ambulatoire (l’asile chez soi), Utopsy prend part et appelle à la participation aux assises citoyennes pour la psychiatrie et le médico-social organisées par les CEMEA et le Collectif des 39 qui auront lieu les 31 mai et 1er juin 2013 à Villejuif :
« Nous appelons donc à des Assises citoyennes basées sur les témoignages et les expériences de terrain dans les collectifs de soin et les structures médico-sociales pour construire ensemble des propositions de refondation de la psychiatrie et du médico-social inscrites dans une relance et une réinvention de la politique de secteur, dans ses liens avec la psychiatrie privée et l’ensemble des acteurs de la vie sociale. » (prochainement l'annonce sur ce site.)
Il s'agit de défendre et de tenir, dans nos pratiques, au quotidien, une position éthique où s'articulent sans cesse la clinique et le politique. Nous pensons fort à cette phrase d’Artaud: « Veut on me condamner au néant sous prétexte que je ne peux offrir au monde que des fragments de moi-même ? »
 
Retrouvons nous.
 
Le Lieu-Dit
Dimanche 24 février
16h30
6 rue Sorbier
75020
métro Ménilmontant, Gambetta 


 


 
 

Share

> Des malades privés d’office de liberté

 

Capture d’écran 2012-01-03 à 10.37.04
Des malades privés d’office de liberté

Il y en a des corrects, d’autres dont on ne sait pas grand-chose. Dans ces unités, les règles sont claires : on y séjourne contre sa volonté. Jusqu’en 2008, il y en avait quatre, maintenant elles sont 10. Ces lieux, appelés unités pour malades difficiles (UMD), accueillent autour de 530 patients dont 40 femmes. Tous sont là par décision de l’Etat, hier nommée hospitalisation d’office. Endroits à part, entourés de murs et de chambres fermées. Parfois, il y a des grands fous, hospitalisés là après avoir commis des crimes insensés, et déclarés depuis irresponsables. Dans d’autres cas, ce sont des patients agités, ou perçus comme tels dans le service de psychiatrie où ils étaient. Exemple : la sœur de Sandrine Bonnaire a séjourné plusieurs mois dans une UMD parce qu’elle résistait aux traitements.

Jean-Marie Delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté, est allé avec ses enquêteurs y jeter un coup d’œil. Son constat est sévère et, surtout, agacé : il rappelle, non sans pertinence, que «le droit fondamental selon lequel nul ne peut être arbitrairement privé de liberté s’applique évidemment aux personnes souffrant de maladie mentale». Celles-ci ne pouvant être privées de liberté qu’à trois conditions cumulatives : la maladie doit être indiscutable, le trouble est tel qu’il nécessite un internement et, enfin, il doit se prolonger pour justifier ce maintien.

Dans la pratique, qu’a-t-il vu ? Le contrôleur ne s’interroge pas sur la pertinence de la décision – ce n’est pas de sa compétence -, mais sur les conditions de sortie. Il a constaté que des patients étaient maintenus en UMD «malgré l’avis de la commission du suivi médical, et nonobstant l’avis du préfet qui a prononcé sa sortie». Il cite le cas d’un homme retenu depuis deux ans et demi dans une unités pour malades difficiles, alors que rien ne le justifie. Les raisons ? Elles sont toutes bêtes : bien souvent, l’établissement d’où vient le malade refuse de le reprendre. D’autres fois, le patient ayant erré d’hôpitaux en hôpitaux, l’UMD ne sait plus où le renvoyer. Ces personnes restent donc emprisonnées des semaines, voire des mois, alors que leur état ne le justifie pas.

Juste un dysfonctionnement temporaire ? Le contrôleur s’en inquiète : en quatre ans, il a été saisi près de 80 fois sur des questions similaires par des patients ou des psychiatres. Il a alerté cinq fois le ministère sur ces problèmes. Aucune réponse. D’où, aujourd’hui, via cet avis publié au Journal officiel, la demande formelle de l’envoi d’une circulaire préfectorale, rappelant l’obligation de trouver une place pour un malade dont le maintien en UMD n’est plus justifié, ni d’un point de vue médical ni pour l’ordre public. L’avis a déjà été adressé à la chancellerie et au ministère de la Santé. Pas de réponse, là non plus.

source: Libération

Share

> Les psychologues, mal aimés, mal traités

Les psychologues, mal aimés, mal traités

Un jeune psychologue de l’hôpital psychiatrique d’Antony, près de Paris s’est donné la mort, la semaine dernière. Il y travaillait depuis deux ans. Y a-t-il un acte plus délicat à comprendre qu’un suicide ? On sait que les raisons peuvent être multiples et si complexes. Se taire, alors ? Préciser simplement : «C’était un jeune homme, dynamique, pondéré, apprécié, très engagé auprès des patients», comme l’a raconté un de ses collègues. Que dire d’autres ? L’hôpital d’Antony n’est pas n’importe quel lieu. Il est malheureusement bien connu, depuis le discours, le 2 décembre 2008, de Nicolas Sarkozy, alors président. Celui-ci avait tenu, là, des propos ahurissants sur la psychiatrie, mettant en avant uniquement des impératifs sécuritaires, promettant des chambres d’isolement et des bracelets électroniques aux patients trop remuants.

Y a-t-il un lien ? Evidemment non. Un psychologue est juste mort, mais voilà depuis quelque temps que, dans les hôpitaux psychiatriques, les psychologues sont attaqués. Dans le monde de la santé mentale, c’est la profession la plus ballottée, la plus mal payée (2 200 euros pour un temps plein avec quinze ans d’ancienneté), sans défense, peu reconnue, coincée entre des psychiatres souvent repliés dans leurs égocentrismes et le personnel soignant qui fait tourner le service vaille que vaille. «Que faire dans des services où les patients sont enfermés et abrutis de médicaments ?» notait il y a peu une psychologue hospitalière sur son blog. «Où est notre place, pour simplement parler et penser ?»

A l’hôpital d’Antony, les tensions sont nombreuses. Au point qu’il y a eu des courriers du Syndicat national des psychologues à la direction de l’hôpital, puis à la direction de l’offre des soins au ministère de la Santé pour dénoncer «des risques extrêmement élevés». Pas de réponse. «On ne peut pas ne pas s’interroger entre ce décès et les attaques répétées contre les psychologues», explique Simone Molina, figure du milieu de la psychologie clinique. «Nous ne voulons en rien instrumentaliser ce décès, mais il s’agit aussi de voir là un signe terrible de ce que produit le harcèlement au travail, comme cela fut le cas à France Télécom, ou encore à l’hôpital de Villejuif, ou dans d’autres hôpitaux.» Un syndicaliste CFDT de préciser plus fortement, encore : «Le problème, c’est que l’institution psychiatrique devient pathogène. Qu’est-ce que l’on fait, nous psychologues ? Partir ? Mais pour aller où ?»

A l’hôpital d’Antony, on se tait. On refuse de commenter un «geste personnel», et on évoque l’impudeur de ceux qui posent des questions. «Si on parle souvent de ce qui empêche les soignants de travailler, on n’aborde rarement ce qui les détruit», lâche un médecin du travail.

source Libération

Share

> Saint-Alban déprime

 

Saint-Alban déprime

 

Saint-Alban sur Limagnolepetit village de Lozère, bénéficie dans le secteur de la santé mentale d’une réputation exemplaire. Cité dans les hautes sphères de la psychiatrieil a vu naître après-guerre une approche humaniste du soin. Ce lieu insolite a su accueillir la différence et estomper les frontières ; entre la folie et le « normal », entre l’hôpital et le milieu « ordinaire ».
Modèle de tolérance, Saint-Alban est porteur d’une histoire dont ses habitants devraient s’enorgueillir.
Mais depuis peu, un événement vient ébranler ce pourquoi nous sommes fiers d’être saint-Albanais :
Lmajorité des commerçants saint-albanais estimant que "certains sont plus égaux que d'autres" (Coluche)a adressé une pétition au Directeur du centre hospitalier, exprimant le souhait de ne plus subir la présence d’un certain nombre de concitoyens résidant à l'hôpital.
Mais ces revendicateurs n'auraient-ils pas oublié de tout évaluer, peser, doser, comme ils savent si bien le faire d'habitude, avant de nous vendre ce produit fini noirci d'immondices? Ont-ils oublié que la survie de leur boutique dépend de ces "perturbateurs" ?
Ces doléances sonnent comme un glas. Un souffle glacial traverse la Grand'Rue, depuis que leurs mots ont lacéré les flancs de notre colline, peuplée de si belles âmes.
Que nous soyons sous tutelle ou sous curatelle, sous Rivotril ou sous vidéo-surveillance; psychotiques ou névrosésbipolaires ou binoclardsnous sommes tous résidents Saint-albanais et citoyens, parce qu'humains.
Commerçants saint-albanais, lisez cette définition, elle vous concerne :
Tirer sur l'ambulance: " Accabler quelqu'un qui est dans une situation désespérée. S'acharner sur quelqu'un que le sort a déjà beaucoup éprouvé.
L'image de cette expression est très explicite : une ambulance transporte généralement un malade ou un blessé. Alors vouloir tirer sur l'ambulance, ce n'est certainement pas pour en accélérer la guérison du passager, mais plutôt avec l'intention de l'achever complètement. (expressio.fr)
Vous avez tiré sur l'ambulance! Quelle sorte de colère vous assaille pour vous tromper à ce point de cible?
La population Saint-Albanaise étant principalement composée de salariés, retraités et usagers de l'hôpital, puis de commerçants ; tirer sur l'ambulance revient pour vous, à vous tirer une balle dans le pied.

 

Rappel: Les propos et actes discriminatoires sont punis par la loi.
Collectif d’indignés Saint-Albanais


Share

> VIèmes Rencontres de Maison Blanche … » «à propos de la psychothérapie institutionnelle d’hier à aujourd’hui»

Le secteur aujourd’hui : où ? Quand ? Comment ?

 

 

Du découpage au partage.

 

 

Plus d’un demi-siècle après la circulaire qui légitima sa conception et bien d’autres textes de lois qui l’ont suivi, qu’est devenu le secteur aujourd’hui dans l’organisation de la psychiatrie ? Que signifie-t-il encore pour les soignants ? 

Créé pour en finir avec les pratiques asilaires et promouvoir la psychiatrie « hors les murs » sur et pour un même ensemble géographique et démographique autour d’une même équipe intra et extrahospitalière, le secteur voulait rapprocher le patient de sa famille et le réintégrer autant que possible dans la cité. 

Soit, le secteur a fait ses preuves. Mais, à l’heure des programmes de soins à domicile, que reste-t-il de la part de transfert et de symbolique dans la conception du soin en psychiatrie ?

Le secteur peut-il être réduit à une conception uniquement cartographique ? Résonne-t-il comme un modèle désuet ? Ou figure-t-il un idéal impossible à atteindre mais dont on entretient passivement la nostalgie ? Ou encore fonctionne-t-il comme un mythe dont on ne cesse de s’inspirer pour nourrir sa pratique et tenter de pallier les trous qui jalonnent l’existence des patients que l’on accompagne d’un port à l’autre ?

D’île en île, de l’intra au foyer postcure, du dispensaire au CATTP ou à l’hôpital de jour, les passages semblent parfois aussi vertigineux pour les soignants que pour les patients, semés d’angoisses, de déconstructions, de pertes de préjugés ou d’illusions avant que l’on puisse créer autrement, dans un autre lieu, à une place différente au sein d’une nouvelle équipe… 

Cette journée sera l’occasion de donner la parole aux soignants autour de ces questions :

Que peuvent apporter des expériences de temps partagés ou de création d’ateliers en intra ?

Le secteur comprend différents lieux mais aussi différents acteurs s’enrichissant de nombreuses approches thérapeutiques, qui échappent souvent aux autres fonctions, en dépit de temps de réunions cliniques ou institutionnelles. Car au delà des rôles, statuts et fonctions, les places sont parfois difficiles à trouver ou à se faire… 

Que peut-on alors espérer d’espaces entre-deux où une autre écoute et une autre parole sont possibles  le temps d’une séance d’analyse de pratiques ou d’un club thérapeutique ?

Le secteur, n’est-ce pas encore créer dans chaque lieu des collaborations singulières avec les acteurs de la cité pour accueillir et intégrer au mieux les patients dans les politiques municipales ?

 

Le secteur et ses limites d’accueil : qu’en est-il ailleurs en Europe, là où justement nombre de nos usagers trouvent une terre d’asile ?

Selma Benchelah.

Présidente de l'association scientifique et culturelle de Maison Blanche.

 

 

 

6/10 rue Pierre Bayle

75020 Paris

métro Philippe Auguste

Inscriptions :

service Formation Continue

formcont@ch-maison-blanche.fr

01 49 44 40 36
Contact : selmabenchelah@free.fr
  

PROGRAMME

 

9h00 – Accueil des participants

 

9h15 – Ouverture de la journée : Nicole Pruniaux, directrice de l’EPS Maison Blanche

            et Dr Annie Msellati, présidente de la CME, chef de pôle 23ème secteur

          – Présentation : Selma Benchelah, présidente de l’ASCMB

       

Modératrice : Selma Benchelah, présidente de l’ASCMB

Discutant : Dr Jean-Jacques Le Corre, chef de pôle 26ème secteur

 

9h30 – Chloé Adad, psychologue, 26ème secteur : « Lieux de passage »

 

10h15 – Grégoire Gourragne  et Amandine Lionnet, infirmiers, 26ème secteur, titre non communiqué

 

11h00 – Pause

 

11h15 – Adam Cano Quero, psychanalyste, analyse de pratique au 22ème secteur :

« Une expérience d’équipe partagée »

 

12h00 – Guillaume Larvor, Lisa Bouvier, Valentin Bachle, éducateurs, 23ème et 11ème secteur : « Educateurs en psychiatrie, un métier, des possibles…»

 

 

 12h45 – Pause déjeuner libre

 

 

Modérateur: Dr  George Archambault, CMP Jean Dollfus, 22ème secteur

Discutant : Dr Jean Artarit, ancien chef de service 22ème secteur

 

 

14h00 – Florence Heurtaut, infirmière, 23ème secteur :

« Du tissage au métissage : Pratiques décalées intra/extra. »

 

14h45 – Serge Klopp, cadre infirmier, EPS Barthélémy Durand, Etampes : « Le collectif morsaintois : un maillage pour l’accueil de la folie dans la cité »

 

15h15 – Pause

 

15h30- Pierre Smet, psychanalyste, Service de santé mentale SAS-Bruxelles, groupe de thérapie institutionnelle – Méridien-Bruxelles :

« Regard bruxellois sur le mouvement de sectorisation »

 

16h15 – conclusion avec le Forum des 39.

  

Share