>Scandale du médiateur : la CNI demande l’arrêt des expérimentations

22 décembre 2011
Par

 

Les Agences Régionales de Santé de Provence Alpes Côte d’Azur, de l’Ile de France et du Nord Pas de Calais lancent l’expérimentation d’un nouveau métier « médiateurs-patients en santé mentale » (Presse APM et La Provence).

Ce programme est porté par le Centre Collaborateur de l’Organisation Mondiale de la Santé (CCOMS) en partenariat avec la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA). Partie prenante du projet au départ, la Fédération Nationale des Patients en Psychiatrie (FNAPSY), s’est retiré du projet en janvier 2011. La CNI a participé à plusieurs réunions organisées par l’ARS PACA sur l’évaluation des différentes actions et le futur projet du SROS, sans que cette expérimentation ne soit évoquée. L’ARS PACA va investir 330 000 € dans ce projet alors que certains établissements sont en déficit, que l’emploi est menacé, l’embauche de professionnels réduite. A terme, ces nouveaux « emplois » devront être financés par les établissements.



  • Quelle politique de santé mentale souhaitons-nous mettre en place ?
  • Quels seront les soignants de demain ?
  • La pénurie de personnel est-elle aussi importante pour que l’on ait recours aux « anciens » patients pour prendre en charge leurs pairs dans les services de soins ?
  • Quelle amélioration cette innovation apporte-t-elle pour les patients hospitalisés ?



Nous voyons dans cette manoeuvre la volonté de création d’un nouveau métier.

Mais comment peut-on, dans la fonction publique, recruter des acteurs de soins, non pas sur leurs compétences ou leur niveau d’étude mais sur la qualité « d’anciens patients » en santé mentale ?
 Ces médiateurs seront formés en alternance, sur 8 semaines. Ils devraient faciliter l’accès aux droits, à la prévention et aux soins de l’usager des services de santé mentale mais n’avons-nous pas déjà des équipes pluri-professionnelles compétentes ?



Comment seront accueillis ces médiateurs par les établissements ? Rémunérés 1550 € brut, ils auront un salaire équivalent* à une IDE débutante ayant fait une formation initiale de 3 ans avec des responsabilités engagées au quotidien !



Nous ne jetons pas au panier l’idée. Que d’anciens patients hospitalisés puissent aider leurs pairs à l’extérieur des lieux de soins, dans des groupes d’entraide mutuels (GEM) où dans des associations, nous y sommes plus que favorable. Mais comment imaginer les relations professionnelles au sein d’une unité si soignants et médiateurs sont en désaccord, chacun avec une histoire et une expérience de l’hospitalisation différente? Avec les nouvelles Lois, la charge de travail des soignants augmente, comment dans ces conditions est-il possible d’envisager l’intégration de médiateurs-patients ? Comment aborder le respect de la liberté et de la confidentialité ?



Où sont les maisons des associations dans les établissements de santé qui pourraient recevoir les patients qui le souhaitent et ainsi les accompagner en tant que « pairs-aidants » ?



NON : Ce n’est pas en créant un nouveau métier de « médiateurs en Santé mentale », fussent-ils avec d’anciens patients que leurs pairs hospitalisés ou suivis en ambulatoire seront mieux pris en charge.



OUI : C’est en donnant les moyens aux établissements de santé d’assurer leurs missions de service public, en créant un véritable diplôme (niveau master) d’IDE spécialisé en psychiatrie, en revalorisant les salaires, en reconnaissant la pénibilité du travail, en réfléchissant à l’évolution des parcours professionnels pour reclasser les professionnels qui souffrent. C’est en redonnant et en ayant confiance dans les professionnels. C’est en donnant une place aux associations d’usagers dans les institutions par la création de maisons des usagers.



Le syndicat Coordination Nationale Infirmière demande l'arrêt immédiat de cette expérimentation et la réattribution des budgets.



* Une IDE gagne un peu plus 1551,15 € brut (1er échelon), où une aide-soignante gagne 1370,57€ brut (1er échelon) où une assistante sociale gagne 1426,13 € (1er échelon), un cadre de santé 1759,51 € brut (1er échelon) et certains médecins, guère plus, alors que leurs responsabilités sont engagées au quotidien.

Nathalie DEPOIRE

présidente de la CNI 

Article original : http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/index.php/201112201491/Actualites/Scandale-du-mediateur-la-CNI-demande-l-arret-des-experimentations.html

 

Tags: , , , , , , ,

4 réponses à >Scandale du médiateur : la CNI demande l’arrêt des expérimentations

  1. Jean
    22 décembre 2011 at 15 h 01 min

     
    J'apporte le complément d'information suivant  :
    De bonne source on apprend qu'en fait la FNAPSY a réintégré le projet du C.C. O.M.S. des pairs aidants en avril-mai 2011, après l'avoir quitté fin janvier 2011. Mais elle n'a pas fait connaître par Internet sa ré intégration. En pratique actuellement, dans les embauches en PACA la Fnapsy a fait partie des organismes qui ont opéré la  pré sélection des candidats qui ont été retenus et embauchés. Cette fédération fait actuellement partie du Comité de pilotage du projet d'ensemble des médiateurs de santé, sous la direction du CCOMS, et a signé en mai 2011 la convention qui lie les parties prenantes du projet avec les bailleurs de fond.
     
    Il y a donc une fausse information qui circule.
     
    Au surplus on apprend de bonne source que les médiateurs qui ont été embauchés le sont en fait en catégorie C, au même salaire que des aides soignants, soit dans les alentours de 1 300 Euros nets par mois et non pour 2 000 Euros nets par mois comme la presse l'a répercuté. 

    Il n'en reste pas moins que ces médiateurs de santé dépendent des établissements et sont de nouveau agents mis en concurrence avec les soignants en place, alors que le modèle qui aurait du être suivi est le modèle britannique, comme l'a développé très justement Anne Laure Donskoy dans une précédente tribune.

  2. Jean
    31 décembre 2011 at 20 h 05 min

     
    L'article ci-dessous des Actualités Sociales Hebdomadaires (revue de référence sur le secteur) est objectif et précise que la FNAPSY est revenue dans le projet du Centre Collaborateur pour l'OMS-EPSM de Lille Métropole, et que cette organisation participe bien de ce projet tel qu'en place actuellement. Elle fait d'ailleurs partie du comité de pré sélection des candidats, et donc de l'embauche de ces candidats. Les candidats retenus étant effectivement payés 1 300 Euros nets par mois et non 2 000 Euros comme ont pu le dire des articles de presse. Je précise de plus que si la FNAPSY est revenue dans ce projet après une brève secéssion de quelques mois, c'est aussi parce qu'elle a obtenu des embuches dans ses rangs (dont de sa présidente embauchée comme consultante) et des financements auxquels elle participe …
    Cet article des ASH cite par ailleurs la position du collectif des 39.

    ________________________________
    Actualités Sociales Hebdomadaires – Numéro 2739 du 30/12/2011
    Sur le terrain – Santé
    Les services psychiatriques s’ouvrent aux « médiateurs de santé-pairs »

    Auteur(s) : NOÉMIE COLOMB
     
    Le 16 janvier, 30 anciens patients vont être recrutés dans des services et établissements psychiatriques. Un programme expérimental financé par la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, qui bouscule les pratiques et suscite des inquiétudes chez les soignants et les usagers.
     
    Un nouveau métier va-t-il émerger dans le champ de la psychiatrie ? Dès janvier, pour la première fois en France, des « médiateurs de santé-pairs » – des anciens usagers de la psychiatrie – seront intégrés, pour deux ans, dans des services de soins. Inspiré d’expériences étrangères – Etats-Unis, Québec, Ecosse –, ce programme expérimental a été lancé en France en 2010 par le Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé (CCOMS) (1) à la suite d’une recherche-action menée par son équipe, en partenariat avec la FNAPsy (Fédération nationale des associations d’usagers en psychiatrie) et le ministère de la Santé. Financé par la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, il consiste à former 30 personnes ayant connu la maladie psychiatrique pour les intégrer dans les équipes soignantes. Ce concept de « pair-aidant » – qu’on retrouve dans les groupes d’entraide mutuelle – repose sur l’idée que les personnes les mieux placées pour comprendre une personne en souffrance psychique sont celles qui ont elles-mêmes connu ces troubles.
     
    Un diplôme de niveau bac + 3
     
    Quinze établissements ont été choisis sur appels d’offres dans les trois régions qui participent au programme : Nord-Pas-de-Calais, Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Ils ont ensuite recruté les futurs médiateurs parmi les candidats sélectionnés par un jury dans lequel siégeait – à côté des représentants de l’agence régionale de santé, du CCOMS et de l’université Paris-VIII – un représentant de la FNAPsy. « Le jury de présélection a permis de vérifier que le candidat correspondait bien au profil recherché : une personne qui a connu des troubles psychiatriques, qui a réussi à s’en sortir et qui a pris du recul par rapport à son vécu. Il fallait aussi vérifier ses motivations à faire partager son expérience et à se replonger dans un univers parfois vécu comme source de traumatismes », explique Stéphanie Dupont, chargée de mission au CCOMS.
    Quel est le statut de ces nouveaux intervenants ? Les futurs médiateurs s’apprêtent à signer avec leurs établissements un contrat à durée déterminée de deux ans payé 1 300 euros nets par mois, soit l’équivalent de la rémunération d’un agent de la fonction publique hospitalière de catégorie C. A partir du 16 janvier, ils commenceront une formation en alternance à Paris-VIII, dont ils sortiront avec un diplôme universitaire de « médiateurs de santé-pairs » de niveau bac + 3. En parallèle, ils travailleront dans leurs services (hôpitaux de jour, centres médico-psychologiques, équipes mobiles…), aux côtés des professionnels soignants.
    Leur mission sera de faciliter l’accès aux soins, de promouvoir l’accompagnement et le soutien relationnel et de participer à l’éducation thérapeutique des patients. « Ce sont des professionnels dont l’expérience devrait aider les patients et les équipes soignantes à avancer vers le rétablissement », défend le psychiatre Jean-Luc Roelandt, directeur du CCOMS et initiateur de ce projet. Conscient que ce programme « bouscule beaucoup de frontières », il y voit un message d’espoir, le médiateur étant « la preuve vivante que les patients peuvent se rétablir ». Néanmoins, « c’est une révolution pour les soignants et pour les usagers, reconnaît-il. Avoir un ancien patient comme collègue, dans les équipes de psychiatrie, va obliger les soignants à faire attention à la manière dont ils parlent des personnes malades. »
    Ce programme s’attire d’ailleurs les foudres de certains psychiatres. C’est le cas de Guy Baillon, qui, sur son blog (2), l’accuse « d’écarter les soignants de la psychiatrie ». Le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire pointe, de son côté, le risque de confusion des rôles et de « brouillage identitaire » et note que« comprendre celui qui est malade n’équivaut pas à le soigner ». La Fédération des personnels des services publics et des services de santé-FO y voit aussi « une confusion des genres », en contradiction avec « la nécessaire élévation du niveau de formation des professionnels de santé ». Elle réclame l’abandon de « ces expérimentations dangereuses ».
     
    Les réserves de la FNAPsy
     
    La FNAPsy elle-même ne cache pas ses doutes. Estimant que la parole des usagers n’était pas suffisamment prise en compte, elle s’est même retirée du programme en janvier 2011. Elle est finalement revenue sur sa décision pour « pouvoir le faire évoluer dans le respect des usagers ». Aujourd’hui, elle s’inquiète du risque de rechute des médiateurs : « En psychiatrie, les patients ne sont pas guéris mais rétablis. Imaginons un médiateur qui se retrouve devant un malade qui vit la même chose que ce que lui-même a vécu, que se passera-t-il ? », s’interroge Claude Finkelstein, présidente de la FNAPsy. Autre préoccupation, l’accueil qui sera fait au médiateur dans le service : « S’il arrive dans un service en sous-effectif, comment sera-t-il reçu par une équipe qui estimera peut-être qu’il prend la place d’un soignant ? », s’interroge-t-elle. Si chaque médiateur est entouré par un référent – souvent un infirmier psychiatrique – dans le service qu’il intègre, la FNAPsy regrette qu’aucune supervision n’ait été prévue pour ces nouveaux professionnels. Pourtant, admet-elle, l’entraide entre pairs « peut être une aide réelle si le médiateur est bien à sa place ». C’est en tout cas ce que l’évaluation des deux années d’expérimentation devra déterminer.
     
    Notes
    (1) Qui dépend de l’EPSM Lille-Métropole. Contact : 03 20 43 71 00.
    (2) http://www.mediapart.fr/blog/66105.
     

  3. mondello
    6 janvier 2012 at 19 h 33 min

    Je reçois un mail qui affirme que les médiateurs de paca auront 2500 eu brut.
    Le salaire des aidants est l'objet d'une spéculation , d'une rumeur comme à la Bourse!

  4. phico
    25 février 2012 at 14 h 47 min

     
    Que Dieu étende sa main sur vos problèmes humains.Que vous ne soyez pas au courant qu'un groupement de personnes n'est pas qu'un combat interne entre ses personnes, fermement encrées dans des convictions, je le conçois. Car c'est bien là, justement, la pierre d'achoppement que " notre société " impose ; basée sur la place qu'aura l'individu dans son groupe d'appartenance professionnelle et dans son groupe extérieur, qui est celui de Sa Vie privée de relations à ceux qui ne "savent pas ce que précisément,il peut vivre dans son travail, auquel il se consacre, corps et santé, sans âme" . La relation à l'autre ( qui n'est pas toujours, comme il semble être lu sur ce blog  ) n'est une "affaire de spécialistes ",à vous lire, QUE si , l'autre est "du milieu du groupe". La meute et le Loup solitaire, existe depuis que le monde est monde.C'est bien,là, le début de l'isolement et donc de la "folie". La relecture avec recul des évènements est toujours bénéfiques, les actions militantes et énergiques sont nécessaires, le combat sur le terrain où la partie se joue, indispensable.Mais de là,a opposer les meutes entres elles, pour une condition basée sur un "diplôme" et une "catégorie" professionnelle reliée à une perte ou une augmentation de "conditions de vies" ou "de statut " est une abomination sans nom.SURTOUT venant du " Corps Médical constitué " Hippocrate est loin et chacun voit midi à sa porte.Si F.O est un sigle (Force Ouvrière) alors il représente des Ouvriers. Si la, le "responsable" du groupement dit des choses, il ou elle à raison et le ou les personnes qui ne sont pas « pour » ce qu'il ou elle proclame, on doit en parler…mais qui est « on » Comme ces "groupes" sont des "non-groupement cohérents" il est difficile de faire croire que des "personnes humaines non-cohérentes de fait" aillent dans le même sens que le groupe nommé "Ouvrier" souhaitant une "élévation" par une représentation financière. Statutaire, socialement et professionnellement reconnus par des "pairs" dit cohérents et d'autres dits "incohérents" car ayant "un vécu" qui n'est "reconnu" que par des uns connaissant et des autres méconnaissants.Votre statut est important car il vous fait "vivre" mais si d'être élevé au Grade supérieur est "indispensable à votre sur-vie" Hors t-elle n'est pas "encore" votre cas professionnel. Alors, Battez-vous entres Pros, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas plus que cela…ceux qui sont à un niveau et ceux qui sont dans les cas-niveaux et que les Supérieurs écrases les Inférieurs et que les Inférieurs surtout continuent et s'unissent pour pouvoir "combattre" et qu'ils montent au front dit "populaire" et que la Démocratie fasse le reste!Les tombés au combats seront comptés par un simple jeu mathématique statistique.Dans tous cela, seule est démontrée la solidarité financièrement représentative de votre monde transformé en une vaste course aux statuts représentatifs équivalent au monde des Loups que vous voulez "combattre" en leurs donnant du grain à moudre.Si au lieu d'élever Votre statut, vous leviez simplement les yeux de vos "conditions de vie" et que vous pensiez à votre "vie" faite de compassion envers celui que vous êtes sensé réellement défendre, vous auriez une autre vue de ce que l'autre "endure dans sa vie" Cela s'appelle "compassion" . Je ne dit pas que vous en êtes "dépourvus" . Je dis que Com(me la)Passion emporte l'Esprit, lui reste Humain, l'Esprit. Et, comme l'âme est délaissée au profit du "Corps constitué" d'un nombre toujours restreint, dans un combat inégal entre "pratiquants" et "connaissants" puisque croyants que le plus grand est toujours plus gagnant, est, que celui qui sera Vainqueur,le sera par l'épaisseur de son Butin, aujourd'hui appelé Bulletin.Il est, depuis un temps mémorable mais non reconnu parce que faisant "peur" aujourd'hui à "tout corps" quel qu'il soit.Il est clair que ce combat est sensible et que "vous défendez" votre pain quotidien.Vous cherchez une "aide" et cette "aide" est en "vous" mais plus personne ne "pense" Tout le monde pense devoir vivre sa vie en pensant "sur-vie" .C'est ma vie qui est en jeu, c'est mon emploi, c'est ma vie de famille, c'est pour la vie de ma communauté, de chacun  des "clochers" des "paroisses"… et les cloches sont banies de leurs propres sons ! L' écrit tue l'écrit.La Publicité tue la Publicité.Le média tue le média et tout devient "tics" sans portée pour l'UN et l'Autre.Il est vain de croire En l'autre mais croire Dans,est primordial ! car force est à la Loi. Comme leurs Lois ne sont pas LES VOTRES ni ceux de ceux qui les subissent autour de vous et dont vous et nous. Il n'est que la Loi, que vous avez oubliez depuis que LA LOI, la vraie, celle d'un Dieu existant et toujours présent,sans votre consentement du reste et difficilement visible en certain établissements, Présence que plus personne ne prend en compte dans son "activité de labeur"…Il est tout à fait visible que le serment du vieil Hippocrate est aux Antiquités, étant né bien avant Jésus Christ, et pourtant ; celui-ci est Votre Pairs et Père devant l'Eternel que vous le vouliez où non, l'histoire s'est écrite avant vous.En 460 avant le Messie on soignait l'Humeur.Et vous êtes de "mauvaise humeur" parce que vous soignez des "humeurs" que vous même ne comprenez car elles vous transportent là où vous ne voulez surtout "allez voir" …L'autre "côté" fait peur et vous êtes les premiers "guerriers" ceux du terrain, ceux qui savent et qui sont éclaboussés d'un Sang que vous ne voulez plus recevoir en plein visage car vous êtes comme Tous, Pêcheurs comme moi, et notre société, car aveuglés par « l'autre Monde » qui n'a jamais été Humain mais charnel.Tiens comme cela est curieux Humain, Humeur, je vais sans aucun doute en mettent de plus en plus de "mauvaises humeurs" mais ne Rien Dire , Ne Rien Faire, n'est pas représentatif de ma façon d'être Homme Humain ayant ses propres Humeurs et pourvu, en plus, d'une Double Humeur ! Je ne vous laisserai pas dire que votre Humeur frustrée dont vous êtes victime est un scandale car cette Relecture que je fais est édifiante pour moi.Le ver est dans la Pomme et vous, comme beaucoup, et moi en premier,en sommes toujours et encore victimes.La vie est votre sacerdoce.La nôtre est notre et autre que la vôtre, plaignez vous mais ne nous faites pas de mal, hors vous nous en faites entres nous!!
    La dernière phrase de "Mondello" est à l'image du Monde que vous suivez aveuglément.Il est temps d'ouvrir vos yeux et de faire tomber les écailles qui vous empêchent de les ouvrir correctement.
    Les combats sont des combats divisés hors pour que leurs lois et leur monde reignent, il faut que vous soyez divisés, le rester est une Hérésie.
    Si "monter au combat" vous satisfait en tant que "soignant" alors vous êtes auto-satisfait.Une auto mobile est mobile mais seule.Une auto route est route mais une nation est « ale » parce que contrariée et contractée…nationale : appartenant à la nation (à le=au), CQFD ! Les maux sont des mots et font mal aux êtres et à l'Etre Humain, autant qu'un vrai combat et vous êtes des "Pros" ?
    L'animal ne parles pas car il n'est pas être de verbes mais il est humain car ayant ses propres humeurs. Certes vous êtes des "Pros" car ayant Une connaissance mais d'où la détenez vous cette connaissance ? Elle est Divine ? Vous n'avez pas de Père ni de Pairs ? La naissance est avec, d'où le mot : Con naissance attaché.Déjà vous n'êtes plus seul mais vous le niez, vous bafouez, vous blasphémez.Je ne suis pas vous et vous, pas moi et moi sans Lui je suis rien en l'Esprit que j'ai car rien n'est de moi mais tout je dois.Je suis comme vous, un être pêcheur.Vous êtes touchés et je le suis par nos conditions de vie si votre combat est juste le mien aussi et votre paye, votre statut, votre diplôme, votre voiture, votre maison, votre train de vie où vos achats, vos vacances, vos dépenses sont à l'image du Monde que "nous" voulons subir, que nous avons décidé de vivre parce que nous avons été "aveuglé" par des "humeurs" des "lumières" des "idoles" qui ne sont pas "représentatifs" mais Auto-Déclarés et liés par un "contrat" invisible, sournois et indigne d'être nommé ainsi.Alors Indignez-vous, continuez La révolution est en marche et elle fait "peur" aux uns et les autres rient.Le contrat est faussé dès le début du mariage et vous ne divorcerez pas car vous avez tous, moi y compris, fautez. Mais entêtés que "Vous êtes", vous persévérez et vous vous permettez de traiter les gens qui ne sont pas comme vous, ceux qui sont également contre vous, forcéments les imposants leurs point de vues, d'irresponsables, de "Fous",comme Jésus l'a été ? Mais, de qui détenez vous LA DIVINE vérité enseignée ? Rendez à César ce qui n'est pas à vous, Messieurs et Mesdames du "Corps" et non de l' "Esprit" . Querelleurs et querelleuses en tout genres tirez le Diable par cette queue que beaucoup vénère aujourd'hui et, depuis un temps certain qui, rappelée à vous, ne dirait absolument rien car combien d'entre-vous en sont oint ?
    Jetez moi la Pierre car j'ai commencé mais j'ai de l'avance sur vous, je ne nie rien, je suis Chrétien et Croisé.
    Barbu et Guerrier en Croisade, du haut de mon fief, je vous contemple car vous n'êtes que des Païens comme moi, la différence avec vous est que j'en suis aujourd'hui conscient et que je mène un combat contre celui que vous chérissez par vos comportements types.Les fondamentaux sont fondamentales et le mentaux sont aux pouvoirs car ils ont le pouvoir.La puissance est née dans l'esprit.Et l'Esprit est, ce que Dieu décide, qu'il soit en vous.
    Mon passé, mes connaissances, mes actions, mes biens ne sont rien sans admettre.
    J'admets que je ne suis rien car vous n'êtes rien en moi et vous en Lui.J'admets que je ne vous dois rien et que vous, je vous dois.J'admets que je n'ai rien à voir avec vous mais que je suis en vous, que vous le vouliez ou non.J'admets que votre combat est digne mais qu'il est vain.J'admets que la lutte est honorable mais que l'honneur est désuet vu par certain.J'admets que je n'ai pas de légitimité mais que je dois continuer à importuner car cela m'a été dicté.Soyez certain que rien ne vous arrêtera car les fous de Dieu, veille sur eux donc sur vous ! Hallélouyah !!
    Que Dieu vous récupère afin que le Corps soit Un. Amen, Amen, Amen
    Philippe

Laisser un commentaire

Hospitalité de la psychiatrie

Lire la suite

ABONNEMENT LETTRE D’INFORMATION