Archives de catégorie : Résistance au Quotidien

SOUTIEN AUX EQUIPES DU SECTEUR D’ASNIERES

Communiqué du Collectif des 39 – 24 Juin 2021

La psychothérapie institutionnelle se donne pour mission d’ouvrir un espace de vie où puisse se déployer un soin psychiatrique singulier fondé sur la circulation de la parole et des corps. Cette pratique se soucie de la qualité des relations inter personnelles, elle prend en considération le présent mais aussi le passé et l’histoire à venir des patients.

L’équipe du Secteur d’Asnières s’inscrit dans cette longue tradition de soignants qui continuent à la faire exister et qui – même en temps de crise sanitaire – se sont démenés pour ces convictions humanistes en luttant contre la privation des libertés des patients mais aussi des soignants.

Continuer la lecture de SOUTIEN AUX EQUIPES DU SECTEUR D’ASNIERES
Share

APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

Nous, psychiatres et médecins du Centre Hospitalier le Vinatier 69500 BRON, au nombre de 166 signataires, sommes confrontés actuellement à une dégradation des conditions de prise en charge des patients. Nous exprimons notre très grande inquiétude sur l’avenir des missions de la psychiatrie publique, nos craintes à pouvoir maintenir des soins de qualité et de proximité dans les dispositifs de secteur et à prendre en charge les populations les plus démunies.

La mutualisation de moyens et l’organisation en Pôles de 2011/2012 (Loi HPST) avaient peut-être donné à certains l’espoir que cette restructuration serait utile et pérenne. C’était sans compter sur la tyrannie des économies comptables, véritable rouleau compresseur, faisant fi des besoins des patients. Les directeurs d’hôpitaux exécutent les injonctions des ARS qui exécutent les ordres du ministère, au nom d’impératifs financiers dont nul ne se risquerait à comprendre le sens véritable et le but ultime. Si ce n’est l’inexorable démantèlement de la médecine hospitalière depuis vingt ans, tous gouvernements confondus.

Une nouvelle feuille de route pour les hôpitaux est tombée fin 2016 : l’ONDAM* a décidé une diminution des dépenses de santé de 3 milliards et demi pour l’année 2017 et sur ces trois milliards et demi la réduction des dépenses sera de 1,7 milliards pour les hôpitaux publics en 2017. Mutualisation, fusion de services ont presque atteint leurs limites ; c’est donc sur les réductions d’activités (fermetures de lignes de soins) et sur la réduction des effectifs (non remplacement des départs en retraite) que se feront les économies à venir. Nous assistons à la paupérisation globale de l’offre de soins, à la mise en place de conditions de travail de plus en plus éprouvantes (accroissement de la souffrance au travail), à la perte des solidarités et au lent naufrage de nos valeurs et engagements cliniques. Ces coupes réglées impactent directement nos pratiques et nos convictions. Continuer la lecture de APPEL DES PSYCHIATRES ET MEDECINS DU CH LE VINATIER BRON

Share

Retrait immédiat de la circulaire du 22 avril 2016 interdisant la pratique du packing

Suppression de la circulaire interdisant le packing
mercredi 11 mai 2016, 

Cette pétition est très importante et nécessite l’aide de tous.

Merci beaucoup

Voici le texte de la pétition : ICI

Nous demandons le retrait immédiat de la circulaire du 22 avril 2016 interdisant la pratique du packing dans les établissements médico-sociaux.
Cliquer ici pour la signer : ICI

Share

> Est-ce la fin de l’hôpital de Saint Alban ?

Le Centre Hospitalier François Tosquelles, à Saint Alban sur Limagnole en Lozère, est connu et reconnu non seulement par ce moment historique qui, après-guerre, a bouleversé la psychiatrie française et la vie asilaire mais aussi parce que son traitement institutionnel des psychoses, et les effets et conséquences qui s’en suivent, constituent à ce jour un outil thérapeutique d’une grande pertinence.

Certains, et non des moindres, ont pu dire qu’ « heureusement qu’il y a eu St Alban pour donner une dignité à la psychiatrie française » pendant la seconde guerre mondiale. Ce souffle novateur a pris le nom de « Psychothérapie Institutionnelle » dans un moment où la conjoncture sociale et politique ne s’y prêtait guère et a su se prolonger malgré les difficultés multiples et protéiformes que nombre d’initiatives rencontraient.

À ce propos, François Tosquelles a pu dire « L’occasionnelle conjoncture politique se montre paradoxalement toujours ouverte à l’espoir. » …mais est-ce la fin de l’hôpital de Saint Alban ?

Aujourd’hui, alors que l’hôpital est implanté en divers endroits, dans le département ce moins peuplé de France, qu’en est-il de ce souffle?

Février 2015, arrivée d’une nouvelle direction. Le tempo est donné : l’hôpital psychiatrique de St Alban, « entreprise comme les autres », avec son économie de gestion et son augmentation de la productivité, reçoit son coup de grâce.

Modèle paradoxal où tout se trouve standardisé, nous sommes dans le « tout normé », il faut « séquencer » les opérations de travail tout en proposant un service exclusif et personnalisé devant respecter la singularité de chacun. Dans ce système mis en place seule la logique managériale prévaut. Et c’est une performance financière que doit réaliser l’hôpital cette année : 900 000 euros d’économie (dont 300 000 euros de débasage) ; des éclaircissements ont été demandés par le conseil de surveillance. Pris en otage par cet « endettement », l’hôpital doit dégorger du « cash » ; et le « cash » pour un hôpital psychiatrique c’est les soignants : non renouvellement des départs à la retraite, récupération de 23 équivalents temps pleins… La direction propose de mutualiser les moyens (humains, cela va sans dire…), ce qui s’apparente plus à une compression des effectifs qui ne stoppe pas l’hémorragie mais qui l’accélère par la suppression de perspectives.

D’autant plus que notre département ne facilite en rien cette politique… Petit extrait du quotidien : ici, c’est en temps que nous évaluons les distances kilométriques, -Marvejols à 35 min de St Alban -Florac à 1h30 de St Alban -Langogne à 1h de St Alban -St Chély à 16 min de St Alban -Mende à 45 min de St Alban. Pour vous donner une idée plus précise, une visite à domicile peut prendre une demi-journée dont les 2/3 sur des routes dites sinueuses voire vertigineuses, en Lozère. Nous sommes à flux tendu et en manque d’avenir.

L’équation est simple : diminuer le nombre d’employés abaisse les dépenses et donc augmente le profit (économique). Mais y a-t-il moins de patients ou sont-ils abandonnés ? C’est donc toute une organisation du travail qui est saccagée, comme le décrit le personnel de St Alban :

-Réduction de 40% du budget thérapeutique -Réduction de 40% de l’enveloppe des supervisions -Fermeture des hôpitaux de jour adultes, enfants du site de Florac

-Licenciement des accueillants familiaux thérapeutiques à échéance de juin 2015 -Validation de la fermeture des hébergements alternatifs à l’hospitalisation (maisons communautaires, appartements thérapeutiques)

-Remise en cause des liens du C.H.F.T. et de l’association Société Lozérienne d’Aide à la Santé Mentale

-Fermeture de la crèche du personnel : mort entérinée pour cet été

-Fermeture de l’unité C.D.R. (Centre de Réadaptation) à St Chély : « interface entre les unités de soin et la réinsertion ouvrant à la réadaptation sociale et / ou professionnelle » : mort annoncée pour octobre 2015 Nous sommes dans l’antichambre de notre propre liquidation .

Impression qu’il n’y a rien à faire, que tout le monde est pris à la gorge. Sentiment accentué par l’isolement des individus qui n’auront d’autres choix que de se soumettre. On se rencontre moins, on piétine. La direction assène un discours et un vocabulaire de management et trouve même des services qui « descendent » d’autres services, collaborant par là même au démembrement de l’hôpital.

Dans ce climat qui pourrit, cette ambiance délétère, chaque salarié doit proposer des idées pour améliorer son poste, chaque unité des idées pour améliorer son service, sa méthode pour organiser sa douce agonie, en tout cas silencieuse. C’est dans ce suprême déni du soin et mépris des soignants que nous baignons, et l’Association Culturelle du Personnel en est touchée de plein fouet, tout comme la majorité des hôpitaux psychiatriques de France.

Comment se mobiliser pour résister à cette machine infernale ?

Qu’en est-il de notre socle commun, de nos valeurs éthiques et politiques ?

Qu’en est-il de la valeur humaine de la folie ?

« Où commence et où finit la clinique ? »

L’ Association Culturelle du Personnel de St Alban.

Share

> La pédopsychiatrie du secteur de Saint-Denis indignée !

ça bouge, mais en ordre dispersé, Corbeil, les 5 de Paris (Esquirol, MB, Ste Anne, Perray-Vaucluse et ASM 13) après Villejuif, Caen, Uzès et d’autres l’an dernier, une coordination ne ferait pas de mal, non ?

Communiqué de presse – jeudi 4 juin 2015

Grève le 8 juin du secteur de pédopsychiatrie rattaché à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis

La pédopsychiatrie du secteur de Saint-Denis indignée pour ses enfants et leurs familles.

Objectif : Interpeller le gouvernement français sur les effets dévastateurs des conditions de travail du secteur de pédopsychiatrie sur les enfants et leurs familles.

Un enfant, en souffrance psychique, et ses parents attendent entre 7 mois et 1 an, ce qui correspond à 400 familles en détresse, avant que nos structures de soins puissent les accueillir et les écouter. Nous ne pouvons plus assurer nos missions de service public.

Pourquoi ces délais humainement et éthiquement inacceptables ?

L’agence Régionale de santé, et l’hôpital Delafontaine, sous la tutelle du ministère de la santé, ont décidé depuis quelques années, et de manière unilatérale, d’amputer les moyens humains et financiers dédiés aux structures de soins de psychiatrie infanto-juvénile alors que la demande est en augmentation constante. Le taux de natalité (+30% en 3 ans) alimente cette demande, alors que sa nature s’aggrave du fait de la précarité extrême de la population.

Les conséquences sont très graves :

Pour l’enfant : sa prise en charge tardive va à l’encontre des dépistages précoces recommandés. Les troubles qui s’enkystent alors sont susceptibles d’aggraver son retard dans les apprentissages scolaires et rendre son lien aux autres de plus en plus délétère.

Pour les parents : leur sentiment de rejet et d’abandon par notre institution est massif. Ils sont face à un désarroi avec lequel ils n’arrivent plus à composer.

Pour la collectivité : cette situation contribue à fracturer les structures de protection de l’enfance, mais aussi celles sociales, médicales, judiciaires, à cause des passages à l’acte répétés qu’elle peut produire. Un enfant ou un adolescent qui n’est pas écouté dans sa parole, se fait souvent entendre par un passage à l’acte contre lui-même (mutilations, suicide…), ou bien contre son environnement : école, famille, proches. Le décrochage scolaire, l’alcoolisme, la toxicomanie, la délinquance, la radicalisation, la violence contre la société … sont autant d’appels possibles d’adolescents qui, trop souvent, n’ont pu être accueillis et entendus à un âge plus jeune. Ce coût budgétaire pour notre pays étant bien plus élevé que les réductions de postes, et les érosions salariales au regard de ces enjeux fondamentaux.

Le 8 juin, le secteur de pédopsychiatrie rattaché à l’hôpital Delafontaine de Saint-Denis est en grève et participe à l’action auprès du ministère de la santé.

Rendez-vous à 14h00 dans le hall principal de l’hôpital Delafontaine.

– Le collectif du personnel du secteur de pédopsychiatrie de l’hôpital Delafontaine : psychologues cliniciens, pédopsychiatres, cadre socio-écucatif, éducateurs, enseignants, infirmiers, secrétaires, assistantes sociales, orthophonistes, psychomotriciennes, agents de service,

– Sud, CGT, CFDT

Pour signer c’est ICI

Contacts :

Christophe Vandeneycken, cadre socio-éducatif, hôpital Delafontaine

Christophe.vandeneycken@gmail.com 06 61 75 49 93

Laurence Boski-Weiss, pédopsychiatre, hôpital Delafontaine

Laurence.boski@free.fr 0621414448

Francis Piot, psychologue clinicien, hôpital Delafontaine

0622967561

Share

> La psychiatrie asphyxiée

Une Situation de la psychiatrie

Un exemple de démantèlement d’une équipe de psychiatrie, la situation au CHSF (Centre Hospitalier Sud Francilien)


La psychiatrie asphyxiée

Alors que la politique officielle du Ministère prétend promouvoir les soins ambulatoires, les équipes de psychiatrie de secteur rattachées au CHSF qui les ont développés depuis 40 ans, en multipliant la diversité des offres de soins en relation avec les partenaires des champs social et médico-social du territoire sont mises à mal, voient leurs moyens réduits brutalement et leur travail clinique disqualifié, fragilisé et finalement remis en question au nom des objectifs du Plan de Retour à l’Equilibre Financier.

La psychiatrie de secteur repose en effet sur quelques principes simples et fondamentaux :

-Une disponibilité des soignants au traitement des sollicitations multiformes qui leur sont adressées.

-Une grande fiabilité des relations au long cours établies entre soignants et soignés.

-Une facilité d’accès aux diverses unités de soins territoriales de proximité.

Nos différents secteurs, historiquement, à l’initiative de Lucien Bonnafé, ont été parmi les premiers, en France à leur donner une réalité effective. Personne ne le conteste. Mais, dans les faits, aujourd’hui, quand on travaille à flux tendu, quand les équipes s’amenuisent, quand la précarisation des postes (généralisation des recrutements en CDD) ne garantit plus les continuités relationnelles, quand des dispositifs de soins sont menacés localement de fermeture, c’est toute une conception du service public de psychiatrie qui se trouve attaquée.

En effet si l’on peut comprendre le principe de la prise en compte des impératifs financiers qui dicte l’évolution actuelle de nos secteurs du fait des économies à réaliser, les décisions prises par leur brutalité, leur imprévisibilité et leur soudaineté remettent en cause l’organisation même des soins apportés aux personnes en difficulté et la possibilité de leur prise en charge, le mouvement de réduction drastiques des équipes étant de plus en plus amplifié, s’opérant de manière aléatoire sans ligne d’action apparente autre que l’opportunité d’agir au cas par cas des économies.

Ainsi:

-Dans le secteur de Vigneux, Montgeron, Crosne manquent : 3 postes de psychiatres, 1 psychologue, 1 infirmière.

-Dans le secteur de Yerres, Brunoy, Quincy/Sénart manquent : les ASH (agents du service hospitalier) sont retirées des unités d’hospitalisation, un CMP va fermer, il manque un psychologue, des psychiatres s’en vont.

-Dans le secteur de Corbeil, St Germain les Corbeil, St Pierre du Perray, Tigery, Villabé,

manquent : 1 psychologue, 1 psychiatre, 3 postes infirmiers au moins.

-Dans l’Unité des Urgences Psychiatriques et de Liaison (UPLI), il manque 2 psychiatres et des infirmiers, ce qui entraine actuellement une crise majeure.

-Quant à l’intersecteur de psychiatrie infanto-juvénile, tout comme les autres services de psychiatrie adulte, il est confronté en première intention aux effets du malaise social. Là aussi, les objectifs du COM (Contrat d’Objectifs et de Moyens), fixés par une mission d’appui en santé mental venue enquêter en 1999 en psychiatrie (et reconnaissant une psychiatrie sinistrée), ne sont pas respectés. Ce COM signé en 2004 devait permettre à la psychiatrie infanto-juvénile la création de 3 « structures d’accueil supplémentaires » et l’augmentation de places en Familles d’Accueil Thérapeutiques.

Les enveloppes budgétaires attribuées à l’hôpital pour la psychiatrie infanto-juvénile ont probablement été englouties dans le retour à l’équilibre financier alors même, que jusqu’à très récemment, le directeur de la psychiatrie nous avait promis chaque année qu’avant la fin de l’année en cours nous aurions tous les personnels promis.

Si bien qu’au regard du COM 2015 non encore réalisé manquent aujourd’hui dans le service de psychiatrie infanto-juvénile : 1 cadre infirmier, 12 infirmiers, 4éducteurs spécialisés, 1,5 ortophonistes, un mi-temps de psychomotricien, 3 psychologues, 0,5 assistants sociaux, 1,5 secrétaires, 1 PH temps plein, 2 PH temps partiels, 1 assistant spécialisé, 8 vacations médicales.

Toutes les équipes des secteurs sont au bord de l’asphyxie et devront, si la tendance annoncée se confirme, cesser une partie de leurs activités. Dans les CMP les délais d’attente s’allongent, les urgences sont débordées,  et les services hospitaliers ne pourront plus disposer du temps, des moyens, et des conditions de sécurité indispensables à la qualité des soins en psychiatrie. Déjà, un CMP, à Vigneux sur Seine, s’est vu contraint de fermer l’accueil au public à plusieurs reprises par manque de médecins psychiatres.

Dans chaque service les saignées sont dramatiques. Des soignants recrutés sur des contrats précaires ne sont pas reconduits du jour au lendemain, ceux qui partent en retraite voient leurs postes supprimés, d’autres sont retirés des unités de psychiatrie afin de combler les manques de l’établissement, quand ce n’est pas confier leur fonction à des entreprises privées.

Ces restrictions sont donc désastreuses, alors que toutes les structures de soins sont confrontées à une inflation de nouvelles demandes, qui ne sont pas sans rapport avec la crise sociale et la précarisation des conditions de vie des habitants de nos différents secteurs. A l’inverse de ce que l’on constate, c’est une donnée qui pourtant devrait-être prise en compte en priorité.

Par ailleurs, tout le monde sait que la qualité des soins en psychiatrie dépend des relations de confiance personnelles et durables qui s’établissent entre les soignants et les patients et leurs familles. Comment la préserver si les usagers sont contraints, en permanence, de changer d’interlocuteurs

Aujourd’hui la question posée par l’évolution des secteurs réside donc dans la possibilité même d’assurer des soins cohérents et donc efficaces aux populations concernées.

Il est donc urgent aujourd’hui qu’une concertation enfin s’instaure entre l’administration et les secteurs pour déterminer ensemble les solutions de nature à conserver un service public de soins adapté à sa mission.

Jusqu’à aujourd’hui les tentatives de concertation se sont heurtées à un refus absolu de dialogue.

A nos différentes alarmes, l’administration de l’hôpital objecte en effet qu’elle ne peut faire autrement. Elle doit, nous dit-on, obéir aux directives de l’Agence Régionale de Santé qui, elle-même met en œuvre les orientations du Ministère. Quelles que soient les réalités de terrain, leurs histoires et leurs particularités, seules importeraient désormais les économies drastiques dans le financement des services publics, dont les modes de gestion et de management devraient se calquer sur ceux des entreprises performantes. La santé et donc la psychiatrie n’y échapperaient pas. C’est un choix politique. Mais pour nous c’est d’abord une illusion dangereuse. Nous avons affaire à des patients en souffrance et non à des objets, et nos services ne sont pas des « produits », mis en vente sur un marché concurrentiel.

C’est pourquoi nous tenons alerter les politiques, nos partenaires, les familles des patients, et tous ceux qui se sentent concernés par la qualité des soins proposés aux personnes en grande souffrance psychique, afin de réagir à la catastrophe qui s’annonce.

Le Collectif des équipes de psychiatrie du CHSF.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share

> MOBILISATION POUR UNE PRESERVATION DE LA QUALITE DES SOINS

LA MOBILISATION DES SALARIES DE L’APSI POUR UNE PRESERVATION DE LA QUALITE DES SOINS SE POURSUIT

Depuis plus d’un an maintenant, les salariés de l’APSI*, toutes professions confondues (association du secteur médico-social du Val de Marne, oeuvrant dans le champ de la pédopsychiatrie et du handicap psychique) sont en lutte pour la préservation de la qualité des soins. En Mars 2014, l’accord d’entreprise fixant la répartition du temps de travail des psychologues en Temps clinique- Temps DIRES (Documentation, Information, Recherche, Elaboration, Supervision) a été dénoncé par notre direction. Il est menacé de disparaître, ce qui constitue une attaque de la fonction de psychologue et du travail engagé avec: – les patients et leurs familles. – les autres membres des équipes de chaque centre (orthophonistes, psychomotriciens, médecins, éducateurs, assistants sociaux, secrétaires…) – les partenaires extérieurs (écoles, services sociaux, éducatifs, judiciaires…). Le dialogue avec notre direction visant à la convaincre de la nécessité de conserver ce temps pour une qualité de soin de nos patients et de leur famille est resté vain. Une grève d’une semaine en janvier a été largement suivie par le personnel (psy et non psy), soutenu par l’ensemble des médecins-directeurs et un collège d’orthophonistes et psychomotriciennes, très inquiets des dérives autoritaires de notre Direction Générale. Les cliniciens, très soucieux des patients et de leurs familles ne souhaitent pas un travail à la chaîne, à visée adaptative, sans souci qualitatif. Le temps DIRES est garant d’une qualité des soins que nous souhaitons préserver. Les psychologues et autres personnels de l’APSI mobilisés auprès des familles

*L’APSI 94, compte 310 salariés regroupant 14 CMPP, 2 CMP, 1 ITEP, 2 SESSAD, 1 ESAT, 1 FAM, 1dispositif d’insertion par le logement (SAS, SAVS, maisons-relais, foyer mères-enfants, foyer d’hébergement de jeunes majeurs, gestion DALO).

Share

> LETTRE OUVERTE D’UNE PSYCHOLOGUE MISE À LA PORTE…

LETTRE OUVERTE D’UNE PSYCHOLOGUE MISE À LA PORTE
AUX DIRECTEURS DE L’HÔPITAL, DE L’AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ  ET À MADAME LA MINISTRE DE LA SANTÉ

Je travaillais comme psychologue dans un service de psychiatrie adultes à Corbeil-Essonnes, secteur des Mozards. Embauchée le 1er septembre 2013 en contrat à durée déterminée, j’ai repris le poste de titulaire d’une psychologue partie à la retraite. Ceci revenait à supprimer un poste de fonctionnaire en le remplaçant par un poste aléatoire en CDD de six mois : sacré tour de passepasse. Quant à la partie administrative de mon recrutement, elle s’est faite par courrier et par téléphone, je n’ai jamais rencontré d’interlocuteur en chair et en os. J’ai eu droit à deux reconductions de six mois et, fin février, je devais signer mon quatrième CDD. A chaque renouvellement de contrat, la chef de service a demandé un contrat à durée indéterminée et à chaque fois, il a été refusé pour des motifs différents. Or, le jeudi 26 février 2015, pendant mes vacances, j’ai reçu une lettre recommandée de l’hôpital me signifiant le non-renouvellement de mon CDD. Selon cette lettre, le samedi 28 février devait être mon dernier jour de travail dans ce service. Un préavis de deux jours ! Aujourd’hui l’hôpital public peut virer une de ses salariés en deux jours. Aujourd’hui l’hôpital public peut virer une psychologue-psychanalyste qui travaille avec vingt-cinq patients en thérapie et onze patients en atelier thérapeutique. Aujourd’hui l’hôpital public peut virer une thérapeute du jour au lendemain alors que celle-ci a rendez-vous avec tous ces patients la semaine suivante sans lui permettre de préparer cette séparation. J’ai été mise à la porte pour des raisons « budgétaires et financières » afin que le « plan de retour à l’équilibre financier » de l’hôpital soit en meilleure voie. Marie-Paule Chardon n’est pas un être humain en relation thérapeutique avec d’autres êtres humains. C’est une variable d’ajustement pour un plan. Comme a pu dire Monsieur Toulouse, le directeur de l’hôpital, « il ne faut quand même pas exagérer les conséquences d’une fin de CDD… » Même leur travail, ces gestionnaires le font mal ! La chef de service avait reçu confirmation du renouvellement de mon contrat le 13 février, suivie le 23 février par l’information contraire. Soit un retournement complet de la situation en dix jours ! Autre indice d’une gestion calamiteuse : dans notre service, une psychologue a été embauchée en CDD, deux mois avant ma mise à la porte. Il serait aussi légitime de poser une question de fond : pourquoi ce trou abyssal dans les finances du centre hospitalier sud-francilien ? A qui incombe la responsabilité de ce dysfonctionnement ? Il faut savoir que l’hôpital a ouvert en 2012, en étant déjà en déficit ! Sur le plan professionnel, je me retrouve du jour au lendemain sans travail. Mais au-delà de ma personne, il y a les patients et le peu de cas qui est fait d’eux. Alors qu’ils ont souffert dans leur vie trop souvent de ruptures traumatiques, l’institution soignante leur inflige à nouveau des discontinuités de soins sans explication et sans paroles. Et comme le dit un collègue du service : « Avertir une psychologue au dernier moment (…) n’est pas seulement indigne sur le plan humain, c’est aussi une faute clinique ». Un souci de rentabilité sert de prétexte à ces gestes irresponsables. Comme si on ne pouvait pas agir autrement ! Stratégies misérables pour que personne ne puisse être désigné comme responsable de l’inhumanité de ces procédés. Ces tours de passe-passe technocratiques rendent illégitime toute discussion sur le fond et pire encore, découragent d’aimer son métier. J’ai écrit cette lettre pour dénoncer ces faits mais aussi pour mettre ces dits serviteurs de l’Etat devant leur responsabilité et leur demander des comptes. Enfin j’ai écrit cette lettre pour que d’autres que moi, en proie à des mésaventures comparables, les dénoncent aussi et que nous puissions unir nos refus dans une action commune contre tant de gâchis. Ne restons pas dans l’impuissance et dans l’isolement !

Marie-Paule Chardon Avril 2015 mpchardon@yahoo.fr

Share

> La grande Braderie du social

A la suite de la journée du 22 novembre à Paris et à la rencontre au ministère du 12 décembre derniers, la mobilisation se poursuit. Notre prochaine étape est un débat de Lille, bientôt suivi par Orléans, Nantes, Toulouse, Marseille, Paris, etc …

La projet de refonte des métiers s’accélère : voilà un extrait de l’article des ASH du 24 mars 2015 : »Etats généraux du travail social » : le détail de la mission confiée à Brigitte Bourguignon »
« Brigitte Bourguignon devra aussi proposer les grandes lignes d’une refonte du travail social, en précisant son rôle dans la société et en identifiant les évolutions souhaitables avec ce qui fait consensus et ce qui fait débat. La lettre de mission précise par ailleurs que « les éventuelles perspectives d’évolution des conditions d’emploi [doivent] être renvoyés aux discussions avec la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique ». Les conclusions de la députée sont attendues pour juin 2015. »Debout pour nos métiers mail A42Debout pour nos métiers mail A4

Share

l’AFPEP-SNPP à la journée STOP-DSM

Lors des journées de Lyon de l’AFPEP-SNPP, dont le thème était « Résistances », Patrick Landman nous a présenté son idée d’un colloque « Stop-DSM » (voir numéro 161 de la revue Psychiatries que tous les adhérents viennent de recevoir par la poste). La tentative « d’OPA » lancée par « l’entreprise DSM » sur le diagnostic en psychiatrie nous apparaît tant partie prenante de la main mise qui s’organise sur nos pratiques, que avons soutenu l’initiative de Patrick sur le champ. C’est à nos yeux un enjeu majeur.
Ne nous y trompons pas, l’objectif du DSM est la soumission des acteurs de la santé et de ses « consommateurs ». Une multitude diagnostique, telle que nous la présente le DSM, est sensée saturer les cas de figures en psychiatrie et rendre inutile toute réflexion singulière. C’est là le seul moyen de contrôler de bout en bout le marché des psychotropes. Il s ‘agit de cocher des cases pré-établies qui permettront à l’ordinateur de dicter l’ordonnance. Tout colloque particulier devient une entrave à cette démarche.
Les diagnostics DSM sont jetables selon les aléas du marketing. Inutile de se battre au sujet de leur essence, ils seront abandonnés d’un revers de main et remplacés par d’autres selon les péripéties du marché. Le combat ne se situe pas là. Le DSM a été récupéré par la finance qui a besoin de la prévisibilité des cours boursiers pour exercer son emprise. La soumission réclamée au psychiatre, la même que celle demandée au patient, rassure les investisseurs qui pourront ainsi asseoir leurs investissements sur des opportunités stables, statistiques à l’appui. Si nous feignons d’ignorer la stratégie politico-économique mise en avant avec le DSM, nous n’avons que peu de chance de tirer notre épingle du jeu, faut-il rappeler qu’il s’agit de celle de nos patients ! La lutte à laquelle on nous oblige se situe au niveau politique.
Mais revenons au plus près du diagnostic.
Classifier est un pouvoir social majeur et l’histoire de la psychiatrie en France est à cet égard bien éclairante. L’évolution de la psychiatrie française depuis deux siècles nous oblige à répondre à certaines questions et notamment: Comment se fait-il que le seul bouleversement politique d’envergure qui n’ait pas donné lieu à l’émergence d’un nouveau cadre diagnostic en psychiatrie soit le mouvement d’émancipation des années 60 ? Pourquoi la mise en place du secteur psychiatrique, de la psychiatrie de proximité, de la disparition de l’asile, n’a pas eu besoin d’un nouveau diagnostic mais bien plutôt d’un objectif éthique que nous pourrions appeler « le fou à délier » ? Vous en conviendrez, il ne s’agit pas là d’un diagnostic courant mais plutôt d’une perspective.
La révolution française a permis l’émergence de la monomanie, le retour de la monarchie après Bonaparte celle de la dégénérescence, la troisième république celle de l’hystérie et des psychoses chroniques, le nazisme celle du parasite, le néo-libéralisme actuelle celle de l’handicapé. L’émancipation des années 60 n’a non seulement pas été un événement historique radicalement violent mais a porté une évolution éthique de la société qui n’a pas eu besoin de stigmatiser ses concitoyens. Bien au contraire. Tous les changements politiques radicaux ont porté au pinacle un nouveau diagnostic psychiatrique. L’entreprise DSM conforte cette observation et  sa multitude peut se résumer à une seule question, celle du handicap. La révolution néo-libérale est un bouleversement politique de grande envergure qui possède un besoin massif de classification.
L’histoire nous enseigne également, et c’est là un fait et non une option partisane, que les courants humanistes ont porté, plutôt plus que moins, une psychopathologie tandis que les courants réactionnaires ont toujours préféré des théories dégénératives ou génétiques. Cela en dit long sur la révolution néo-libérale.
Comme vous le voyez, pas moyen de faire de psychiatrie sans en mesurer la dimension politique. Il y en a d’autres, bien évidemment, mais la volonté contemporaine d’enfermer la psychiatrie uniquement dans la science n’est-il pas un moyen de la dénier.
Faire un diagnostic, pour un soignant, est une nécessité. Mais il s’agit d’un cadre dans lequel les soins vont se développer et non d’une étiquette définitive sensée clore un processus. Une psychose décompensée, une névrose invalidante, un état limite ou une perversion, engageront la partie selon des modalités différentes. Les soins, dans le sens de prendre soin, ouvrent des perspectives à l’inverse d’un catalogage de l’autre qui ne serait plus qu’à éduquer. Le diagnostic en psychiatrie fait déjà partie des soins et n’en est pas le préalable.
En France tous les leviers passent progressivement du côté de la finance. Le diagnostic, les cabinets groupés, les plateaux techniques, les médicaments, la recherche, les lieux d’hospitalisation, les entreprises de formation ou de psycho-éducation, les remboursements des soins surtout avec l’émergence du tiers payant généralisé et la part grandissante des assurances privées et des paniers de soins, tous ces flux de capitaux gérés jusque-là par l’assurance maladie et l’état passent sous l’emprise du « marché ».
Présent à tous les niveaux du processus, la finance pourra ainsi fixer son prix, assurer les rendements, exercer sa prééminence.
Le diagnostic est un enjeu politique majeur. Celui qui en dicte les contours est certainement celui qui en tire les ficelles.
Nous avons à tenter de préserver des zones à l’abri des spéculations stérilisantes. Nous avons besoin d’une recherche réellement indépendante, de lieux de soins convenables, de protéger les populations fragiles, de mettre en place des traitements adaptés aux patients et non à l‘industrie, de proposer un épanouissement plutôt qu’un abrutissement.
Nous ne pouvons compter sur un sursaut humaniste du « marché ». Il nous faudra bien compter sur autre chose. Cette journée « stop-dsm », la nouvelle classification française en cours d’élaboration, les mouvements de résistance qui émergent ici ou là, la partie des professionnels qui gardent le cap, tout cela va dans le bon sens.
L’AFPEP-SNPP, fidèle à ses fondamentaux, soutiendra ces initiatives et présentera les siennes.
Je vous remercie

Dr Patrice Charbit  Président de l’AFPEP-SNPP

Share

Mobilisation des salariés de l’A.P.S.I. pour une préservation de la qualité des soins

Nous sommes 300 salariés dont une soixantaine de psychologues de l’APSI (Association de Prévention Soins et Insertion), association du secteur médicosocial œuvrant dans le champ de la pédopsychiatrie et du handicap psychique, située dans le Val de Marne et regroupant 13 CMPP, 2 CMP, 1 ITEP, 2 SESSAD, 1 ESAT, 1 FAM, 1 SAS, 1 SAVS, des Maisons-Relais et 1 foyer mèresenfants.
Nous sommes mobilisés, toutes catégories professionnelles confondues, pour lutter contre des décisions de notre direction générale qui auraient pour conséquences la dégradation de la qualité des soins, reconnue depuis plus de 40 ans par nos partenaires sur le département.
Notre activité clinique constituée d’abord d’un certain nombre d’actes effectués en présence des patients ou usagers et de leurs familles, ou en implication institutionnelle directe, nécessite également un travail continu de rédaction, de réflexion, d’élaboration, de recherche et de supervision (à la charge financière des cliniciens), parfois même en dehors de l’institution. Ce temps – qui nous était jusqu’ici reconnu par un accord d’entreprise aujourd’hui dénoncé   est contesté par notre direction sous couvert d’économies budgétaires et d’hypothétiques embauches.
Sans ce temps DIRES (Documentation, Information, Recherche, Elaboration, Supervision), élément fondamental de notre fonction clinique, notre travail perdrait toute dimension thérapeutique ; il deviendrait un simple « travail à la chaine » à visée adaptative, sans souci qualitatif ni respect du sujet souffrant et de sa famille.
Nous refusons ces dérives gestionnaires administratives et technocratiques, méconnaissant totalement le soin psychique et qui mettent en péril une clinique respectueuse du sujet, pour le maintien de laquelle nous sommes aujourd’hui engagés.

Share

> micro résistance locale en préparation du meeting du 1er novembre

Au centre Antonin-Artaud, «on met sur un pied d’égalité psy et patient»
PUBLIÉ LE 17/09/2014 dans le journal L’Union
http://www.lunion.presse.fr/region/au-centre-antonin-artaud-on-met-sur-un-pied-ia3b24n409241
Par Mathieu Livoreil

REIMS (51). Depuis sa création en 1985, ce centre propose une vision humaniste de la psychiatrie. Avec toujours cette question essentielle : quelle place pour les fous dans notre société ?

Ce matin-là, c’est jour d’assemblée générale à Antonin-Artaud, dans les locaux de la rue Talleyrand, en plein centre-ville. Dans une salle, une quarantaine de personnes ont pris place. Patients, psychiatre, infirmiers, éducateurs et stagiaires. Ici, il n’y a ni blouse blanche ni pyjama. Les projets des semaines à venir sont évoqués : journée de la solidarité, fête de la Salamandre, sortie en Alsace, etc. Une femme lève la main : « Et on ne pourrait pas faire une sortie au quai Branly ? » Patrick Chemla, fondateur du centre Antonin-Artaud, répond : « Oui, pourquoi pas ? Il faudra voir qui est intéressé… » Des personnes acquiescent déjà en silence. Ce qui frappe, c’est la qualité d’écoute. Est ensuite abordé le meeting qui se tiendra le 1er novembre, à Montreuil, avec le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire.
Au programme : les enjeux actuels de la psychiatrie, et dénoncer le projet de loi de la ministre de la santé Marysol Touraine « qui nous inquiète », commente M. Chemla. « La conséquence possible, c’est qu’on risque fort de se retrouver avec une absence de liberté et d’indépendance par rapport à ce que nous faisons. » Le projet de loi ne prévoit « rien de moins qu’une uniformisation » des pratiques psychiatriques. « Une homogénéisation qui se fait de manière extrêmement normative, avec toujours plus d’administratif, etc. On est mesurés sur notre capacité à appliquer le protocole. », nous détaillait quelques jours plus tôt M. Chemla. Lorsque nous avions démarré dans les années 80, on était presque des illégaux. On est passé de la tolérance à l’institutionnalisation. Et avec l’institutionnalisation est venu la normalisation. »
Retour à l’AG. Une femme au regard révolté propose une « grande pétition parce qu’un meeting, franchement je sais pas, les médias de toute façon, ils ne montrent que la guerre !» Clément, qui semble avoir un goût prononcé pour les horaires de train, se lance à son tour : « C’est peut-être utopique mais pourquoi on n’uniformiserait pas à notre manière ? » Sourires dans l’assemblée. «Les gens travaillent comme ils le souhaitent », lui répond doucement un autre psychiatre.
Ainsi va la vie au centre Antonin-Artaud, que certains sceptiques ont depuis longtemps rebaptisé « centre Antonin-Marteau », rit M. Chemla. L’idée de départ était celle du « club thérapeutique (…) On met sur un pied d’égalité psy et patients dans la prise en charge. La relation n’est pas hiérarchisée. Quand je vois un patient pour la première fois, je demande toujours : Qu’est-ce que vous voulez faire ? » Le choix des médicaments, s’ils sont jugés nécessaires, est débattu. Surtout, le médicament n’est qu’un élément de la thérapie proposée par l’équipe de M. Chemla. Pas question donc, de « mettre les gens dans des cases » mais au contraire de « responsabiliser » le patient, considéré « comme une personne. » Bien sûr, celui-ci, à Antonin-Artaud comme ailleurs, les rechutes sont possibles et certains patients peuvent par moments se retrouver davantage rassurés par un cadre hospitalier que par un centre de jour libre et ouvert. « Tout ce qu’on tente ne réussit pas forcément, bien sûr ! », rappelle en guise d’évidence M. Chemla.
Offre de soins plurielle
Comment arrive-t-on à ce centre d’accueil thérapeutique à temps partiel (CATTP) ? « Les patients viennent librement, peuvent être envoyés par leurs familles, par des psy ; il est aussi arrivé qu’un patient se soit vu recommander le centre par un autre patient», résume Gérard Rodriguez, cadre santé à Antonin-Artaud.
Centre de jour mais aussi appartements thérapeutiques, centre d’accueil rural et hôpital psychiatrique : l’offre de soins est plurielle. 90 % des patients sont suivis en ambulatoire, contre 10 % en HP. Entretiens, groupes d’entraide mutuelle (Gem), ateliers d’art ou discussion informelle autour d’un café, etc. : les soins, « basés sur la psychothérapie institutionnelle, avec une orientation psychanalytique», revêtent de multiples formes. Mais pour combien de temps encore ?
Au début des années 1980, il exista dans le pays, selon les souvenirs émus des psychiatres rencontrés, jusqu’à « une centaine de structures comparables » au centre Antonin-Artaud. « Là, on est les derniers dans la région, sûr. Et on ne doit pas être plus de dix en France. » Le volet psychanalytique de la formation des psychiatres a été réduit en poussières depuis une quinzaine d’années, et la spécialité psychiatrie s’est retrouvée supprimée.

Share

> Innover, créer, inventer, s’adapter ? Sans aucun doute…

Vendredi 5 septembre 2014 Centre équestre « Les Cavaliers du Pays Cathare » à Magrin (81) 20 heures
Réformer, changer… pourquoi pas. Mais alors pour quels modèles ?
Innover, créer, inventer, s’adapter ? Sans aucun doute…

Serions nous rentrés dans une aire de lutte contre le singulier,de la mise au pas ? Une aire de l’évitement du conflit psychique, voirede sa négation ? Qu’en est il en psychiatrie ou dans le médicosocial, que constatons nous ? Que pouvons nous proposer comme initiatives ?
Comment prendre en charge la psychose, comment prendre en compte cette « existence psychotique » ?

Guy DANA nous propose des pistes ou plus exactement un antidote, une bouffée d’air frais.
Pour éviter l’asphyxie ?
Partageons son expérience clinique, professionnelle, de terrain, comme la création d’un hôtel
thérapeutique nommé « L’inattendu »…

Comment penser des espaces psychiques pour soigner la maladie mentale en proposant des espaces
hétérogènes ? Quels outils nous restent ils ?
Tentons de construire un lien possible avec l’Autre, un lien construit sur la présence et l’hospitalité.
Elaborons une clinique de l’accompagnement dans des lieux novateurs.

Ré inventer l’hospitalité !

Finalement participons à la (re) conquête des espaces, pour une libre circulation psychique…
06 14 38 06 90 Mail : lespsycausent@gmail.com
Site: http://lespsy-causent.over-blog.fr/
Avec la participation de Guy DANA,auteur de  » Vendredi 5 septembre 2014 Centre
équestre « Les Cavaliers du Pays Cathare »
à Magrin (81) 20 heures
Réformer, changer… pourquoi pas. Mais alors pour quels modèles ?
Innover, créer, inventer, s’adapter ? Sans aucun doute…
Serions nous rentrés dans une aire de lutte contre le singulier,
de la mise au pas ? Une aire de l’évitement du conflit psychique, voire
de sa négation ? Qu’en est il en psychiatrie ou dans le médicosocial, que
constatons nous ? Que pouvons nous proposer comme initiatives ?
Comment prendre en charge la psychose, comment prendre en compte cette « existence
psychotique » ?
Guy DANA nous propose des pistes ou plus exactement un antidote, une bouffée d’air frais.
Pour éviter l’asphyxie ?
Partageons son expérience clinique, professionnelle, de terrain, comme la création d’un hôtel
thérapeutique nommé « L’inattendu »…
Comment penser des espaces psychiques pour soigner la maladie mentale en proposant des espaces
hétérogènes ? Quels outils nous restent ils ?
Tentons de construire un lien possible avec l’Autre, un lien construit sur la présence et l’hospitalité.
Elaborons une clinique de l’accompagnement dans des lieux novateurs.
Ré inventer l’hospitalité !
Finalement participons à la (re) conquête des espaces, pour une libre circulation psychique…
06 14 38 06 90 Mail : lespsycausent@gmail.com
Site: http://lespsy-causent.over-blog.fr/
Avec la participation de Guy DANA,Vendredi 5 septembre 2014 Centre
équestre « Les Cavaliers du Pays Cathare »
à Magrin (81) 20 heures
Réformer, changer… pourquoi pas. Mais alors pour quels modèles ?
Innover, créer, inventer, s’adapter ? Sans aucun doute…
Serions nous rentrés dans une aire de lutte contre le singulier,
de la mise au pas ? Une aire de l’évitement du conflit psychique, voire
de sa négation ? Qu’en est il en psychiatrie ou dans le médicosocial, que
constatons nous ? Que pouvons nous proposer comme initiatives ?
Comment prendre en charge la psychose, comment prendre en compte cette « existence
psychotique » ?
Guy DANA nous propose des pistes ou plus exactement un antidote, une bouffée d’air frais.
Pour éviter l’asphyxie ?
Partageons son expérience clinique, professionnelle, de terrain, comme la création d’un hôtel
thérapeutique nommé « L’inattendu »…
Comment penser des espaces psychiques pour soigner la maladie mentale en proposant des espaces
hétérogènes ? Quels outils nous restent ils ?
Tentons de construire un lien possible avec l’Autre, un lien construit sur la présence et l’hospitalité.
Elaborons une clinique de l’accompagnement dans des lieux novateurs.
Ré inventer l’hospitalité !
Finalement participons à la (re) conquête des espaces, pour une libre circulation psychique…

06 14 38 06 90 Mail : lespsycausent@gmail.com
Site: http://lespsy-causent.over-blog.fr/

Avec la participation de Guy DANA,auteur de  » Quelle politique pour la folie ? : le suspense de Freud  »
éd érès 2011
Psychiatre, Psychanalyste, Chef de Service à
l’EPS Barthélémy DURAND à ETAMPES

PS : Pas question d’évitement ni de mise en ordre…
de tes plats ou bouteilles, juste une pensée unique : les
partager, ensemble !
RÉ-INVENTER L’HOSPITALITÉ !
Entrée libre… et sortez libre !

Psychiatre, Psychanalyste, Chef de Service à
l’EPS Barthélémy DURAND à ETAMPES
PS : Pas question d’évitement ni de mise en ordre…
de tes plats ou bouteilles, juste une pensée unique : les
partager, ensemble !
RÉ-INVENTER L’HOSPITALITÉ !
Entrée libre… et sortez libre !

Share

> C'est désormais l'ARS qui dicte le bien et le mal en thérapeutique et en formation.

LE PIRE ETAIT ANNONCE: NOUS Y SOMMES . C’EST désormais l’ARS qui dicte le bien et le mal en thérapeutique et en formation.

merci de faire circuler le plus largement possible cette lettre

Direction de la santé et de la prévention

BP 90054 – 94311 ORLY CEDEX

Centre médico-psycho-pédagogique (Cmpp)

——————————————————————–

La motion de soutien de l’équipe du centre Antonin Artaud de Reims

Cher ami,

Nous équipe du Centre de Jour Antonin Artaud de Reims soutenons en tous points la lettre adressée à l’ARS que vous avez diffusée par voie de mail.
La police de la pensée que voudrait nous imposer les tenants des administrations sanitaires est intolérable. « Les recommandations » ont du mal à masquer le conditionnement idéologique qui rétrécit les champs de la créativité dans l’exercice qui est le notre des soins psychiques au quotidien.
L’hétérogénéité nécessaire aux pratiques ne fait que repousser ces carcans simplificateurs et réducteurs. La question de l’argent n’est en fait que l’instrument de ce type de projet.
Nous membres de l’équipe du Centre Antonin Artaud de Reims souscrivons à votre démarche et appelons ceux qui auraient lecture de votre lettre, et de la notre, à manifester leur engagement à vos côtés.

Equipe du Centre Antonin Artaud

4, rue du docteur Calmette

94310 Orly

Tél : 01 48 84 11 68 – Fax : 01 48 84 49 53

Réf : FP/JPD.0314 Affaire suivie par Dr Jean-Pierre Drapier

Objet : Compte administratif 2012 –

Date : 4 avril 2014

AGENCE REGIONALE DE SANTE

D’ILE DE FRANCE

25 Chemin des Bassins

Lettre recommandée avec AR CS 80030

94010 CRETEIL CEDEX

A l’attention de Madame MAROUZE

Madame,

J’ai bien reçu votre rapport relatif au Compte Administratif 2012 du C.M.P.P. et vous en remercie.

Je prends bonne note que vous validez globalement les résultats que nous avons proposés.

Ceci étant, je ne saurais laisser passer sans réagir une mesure symbolique (80 €) et des propos d’une gravité sans précédent dans l’histoire du C.M.P.P., des établissements médico-sociaux et de la liberté de formation des psychologues.

En effet, vous écrivez : « Vous indiquez que Mme V. et M. DE D. ont participé à une formation de l’Ecole de psychanalyse des Forums du Champ Lacanien le 29 septembre 2012 intitulée « Le psychanalyste et l’autiste ». Tel que mes services vous l’ont indiqué lors de la rencontre du 13 novembre 2013, je vous rappelle que les recommandations de la Haute Autorité de la Santé relatives aux interventions auprès des enfants avec TED et autisme de mars 2012 ont classé comme non consensuelles les interventions fondées sur les approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle. Sont recommandés auprès de l’enfant avec autisme ou TED les interventions personnalisées, globales et coordonnées fondées sur une approche éducative, comportementale et développementale. De ce fait, je rejette la dépense de formation d’un montant de 80 €. Conformément aux recommandations de la Haute Autorité de la Santé, cette dépense ne peut être considérée comme justifiée par les nécessités de gestion normale de l’établissement. »

D’un point de vue strict du droit, je vous renverrai au texte même de la H.A.S. : il s’agit d’une recommandation et non pas d’une obligation de fonctionnement. On peut donc estimer que vous sur- interprétez ce texte, déjà grave dans son parti pris.
De plus, les orientations cliniques et thérapeutiques peuvent donner lieu à débats, controverses, etc… entre cliniciens et théoriciens mais ne peuvent en aucun cas, sauf à rappeler de sinistres époques, donner lieu à une décision administrative qui se substituerait à la responsabilité des cliniciens.

Enfin, je vous rappellerai que, sous l’autorité du médecin-directeur, les enfants atteints de troubles autistiques sont effectivement traités par « des interventions personnalisées, globales et coordonnées » comme recommandé par la H.A.S., incluant psychiatres, psychologues, psychanalystes, orthophonistes, psychomotricienne, groupe relationnel comprenant une éducatrice, maintien à l’école tant que possible et recours au bilan dans les centres de référence si nécessaire.
Sur un autre plan, ce refus de financement de ces formations équivaut à une immixtion dans les choix des formations des psychologues, choix qui, encore une fois, relève d’un compromis entre leur désir et les besoins de l’établissement.

Je vous demande, en conséquence, de bien vouloir revenir sur ce rejet ou bien d’en expliciter les attendus administratifs, une « recommandation » ne pouvant en tenir lieu.

Je vous prie de croire, Madame, à l’assurance de ma considération distinguée.

Dr J.P. DRAPIER

Médecin-Directeur

Chers collègues,
je vous remercie de vos trés nombreuses réactions de soutien par mail et télephone ,me confortant dans le désir de ne rien lâcher ; d’autant que beaucoup diffusent largement cette lettre et leur indignation et demandent des actions/réactions associant le plus grand nombre de collègues et/ou d’associations dans leur diversité;visiblement la dimension du précédent pernicieux créé par cette mesure a été bien saisie de même que la nécessaire mobilisation.
Profitant du relâchement relatif des emplois du temps lié aux vacances de Paques je vous propose une rencontre LUNDI 14 AVRIL DE 11H à 13H ; l’EPFCL a accepté de nous accueillir dans son local ,situé en plein centre de Paris : 118 rue d’Assas (6ème) ,métro Port-Royal .

merci de bien vouloir diffuser cette information autour de vous

bien à vous,
Jean-Pierre DRAPIER

Share

> Soutien au secteur de psychiatrie de Blois (41)

Les psychiatres du secteur de Psychiatrie générale rattaché à l’hôpital de Blois sont en grande difficultés .
Nous vous transmettons cet appel à soutien qui met une nouvelle fois en évidence les effets dévastateurs
de la loi HPST.

Soutenez-nous

Merci à ceux qui ont signé notre pétition qui regroupe à ce jour 137 signatures de professionnels de la santé, famille et patients… Résultats, un frémissement de l’ARS et de la direction qui ont horreur de la médiatisation. Pour enfoncer le clou, je mets ci-après l’historique du conflit pour ceux qui hésitaient et je vous rappelle les diverses adresses internet, la page Facebook : https://www.facebook.com/CD2PB, la pétition : http://goo.gl/reNvWs et nouveautés, un blog : http://cd2pb.over-blog.com et une adresse mail cd2pb@orkal.net…
Par ailleurs, les secteurs de Poissy sont aussi en difficulté et ont mis en ligne une pétition ici : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoAssinar.aspx?pi=P2014N46151
Transférez ce message à vos réseaux habituels et continuez à faire boule de neige !
Historique :
Les dysfonctionnements du pôle de Psychiatrie générale de l’hôpital de Blois sont à inscrire dans un contexte national de désintérêt qui ne cesse toujours de croître depuis des décennies (quels que soient les gouvernements en place) pour la psychiatrie publique, du non-respect des budgets alloués à ce secteur, de la difficulté à recruter des psychiatres du fait de la pénurie, de la fin de la spécialisation au métier de l’infirmier psychiatrique et localement, dans une politique de recrutement menée par certains encadrants issus des services de soins somatiques donc non formés eux-mêmes à la spécificité des soins psychiatriques et, ne pouvant alors soutenir le travail des soignants, et enfin, dans l’absence de mise en place du tutorat entre infirmiers alors que des professionnels y avaient été formés.

Depuis dix-huit mois, le pôle de psychiatrie a été le théâtre de nombreux conflits en intra-hospitalier. Ceux-ci ont entraîné un problème de sous-effectif dans les équipes soignantes, encadrantes et médicales.
Trois psychiatres sur les cinq du service ont été mis en arrêt maladie suite à un épuisement professionnel. Ce qui a provoqué la fermeture de 25 lits sur les 85 pour un secteur de 136 000 habitants, un redéploiement du personnel soignant et une grève de ce dernier découragé et mis à mal.

Des difficultés de communication avec la direction et la politique managériale ont aussi été à l’origine de la disparition progressive de la cohésion entre les différents professionnels. En effet, l’équipe de direction de notre hôpital (qui est un hôpital général) appréhende mal le fonctionnement et les spécificités des soins en psychiatrie et propose des solutions inadaptées ou qui viennent raviver les dissensions comme le laisse présager une note d’information récente.

De plus, il semblerait que la volonté de la direction serait d’intégrer le secteur de Psychiatrie à un pôle de Médecine somatique, ce qui rendrait encore plus opaque, (si cette organisation est possible) l’utilisation de la dotation annuelle de fonctionnement.

Cette situation illustre les difficultés actuelles de la Psychiatrie et, en particulier, la volonté qui semble effective de la considérer comme une sous-spécialité médicale.
Notre situation est d’autant plus parlante qu’elle survient sur la circonscription de Maître Denys ROBILIARD, député de la 1e circonscription du LOIR-ET-CHER qui vient de rendre un rapport sur la psychiatrie.

Actuellement l’ensemble du personnel puise dans ses réserves pour continuer, au mieux, à être auprès des patients, des familles et des intervenants médico-sociaux.
La collaboration, la cohésion, la sérénité, l’échange et la confiance nécessaires à l’exercice de nos missions sont à retrouver.

Ce sont les raisons pour lesquelles, nous avons décidé de créer un Collectif pour la Défense de la Psychiatrie publique blésoise car l’hôpital appartient à nous tous, citoyens.

« Penser globalement, agir localement » disait René DUBOS

Les psychiatres du secteur de Psychiatrie générale rattaché à l’hôpital de Blois.

Share

> Halte à la destruction d’un secteur Pilote

Halte à la destruction d’un secteur Pilote

L'administration de l'Hôpital Sainte Anne a décidé de rassembler sur un seul site, l’Institut de Puériculture de Paris (IPP) toute la pédopsychiatrie du Centre Hospitalier Sainte Anne (CHSA).
Concentrer sur un seul site, dans un projet unique, un axe pédopsychiatrique d’expertise non sectorisé et un axe pédopsychiatrique de soins sectoriels est un non sens en termes de complémentarité et d’articulation et va à l’encontre de l’esprit du secteur (cf circulaires de 1960 et 1972).
Le secteur de pédopsychiatrie du 14ème arrondissement s’est organisé en ayant des centres de consultations distincts tout en étant assez proches les uns des autres. Ces centres de consultation sont de petite taille, ou des maisons de quartier, recherchant la contenance et la sécurité nécessaires aux enfants accueillis tout en effectuant un travail de proximité facilitant l'accès aux soins des enfants et l'accompagnement de leur famille. Cette inscription au sein de la vie locale lui permet de tisser des liens de soutien et de complémentarité avec les différents partenaires que l'enfant rencontre dans son parcours de soin.

La Circulaire du 16 mars 1972 complète la circulaire du 15 mars 1960 et précise la raison d'être du secteur psychiatrique infanto juvénile en revendiquant l'originalité des objectifs et des moyens exigés pour l'approche des enfants et des adolescents dans leur milieu de vie habituel : « celui-ci n'est pas pure entité abstraite et statique mais il se définit par l'action d'une équipe dans un aire géographique donnée dont la situation, la délimitation sont en rapport direct avec la nature des besoins à satisfaire et des actions à entreprendre….. Cette limitation des distances permet également à une équipe médico-sociale, grâce à des déplacements restreints, non seulement d'avoir un meilleur rendement, mais aussi de prendre en charge des institutions diversifiées et implantées en des endroits distinct. »

Ce déménagement, concentrant l'ensemble de l'offre de soins sur la porte de Vanves, sans aucun projet médical et dans des locaux en l'état, avec l'attribution au 3ème étage de boxes de consultation le long d'un couloir borgne, va à l’encontre des missions de Secteur qui sont actuellement assurées au quotidien sur le terrain dans la complémentarité et à la satisfaction des patients, de leurs familles et des partenaires : écoles, collèges, lycées, services sociaux, médecins libéraux, PMI, MDPH.

La circulaire conteste la création de « complexes d'établissements » tel celui que Sainte-Anne est en train d’effectuer sur le site de l'IPP à travers le projet « Nouvel IPP Centre Référence Enfance » : « par le jeu de groupements, on ne peut être amené à envisager la création de « complexes d'établissements » importants ce qui n'est pas sans risque. Il faut éviter les groupements humains trop considérables sur une même assiette géographique, surtout si elle est restreinte.
On palliera cet inconvénient par un fractionnement de l'ensemble en des points géographiques distincts quoique assez proches les uns des autres, tout en maintenant l'unité de gestion. »

Afin de réaliser ce projet « Nouvel IPP centre Référence Enfance », un déménagement initial doit s’appliquer dès juillet 2014, aux unités de soins sectoriels implantées dans différents lieux du 14ème arrondissement.
Cette décision de l'administration de l'Hôpital Sainte Anne donne à penser qu'on pourrait se passer de la circulaire du 15 mars 1960 alors que le rapport d'information par la commission des affaires sociales en conclusion des travaux de la mission sur la santé mentale et l'avenir de la psychiatrie présenté par M. Denys Robiliard souligne que la prise en charge organisée autour du « secteur » est toujours un dispositif novateur.

Il est urgent d’intervenir afin de s’opposer à ce déménagement initial, premier pas vers le démantèlement de l’intersecter du 14éme.

Voir l’extrait de la lettre adréssée à Claude Evin, parue dans Libération
jeudi 23 janvier 2014 –

Il faut garder une psychiatrie de proximité

Par Sandrine Deloche pédopsychiatre et Yann Diener psychanalyste, pour le Collectif 14

Ernesto est l’enfant fou et génial de la Pluie d’été, publié par Duras en 1990. Ernesto est en retard sur certaines choses, en avance sur d’autres. Il est «dans sa bulle». Il refuse d’aller à l’école, «parce qu’on y apprend des choses qu’on ne sait pas». Ernesto aurait pu bénéficier de consultations au centre médico-psychologique (CMP) de son quartier. Les CMP font partie des secteurs de pédopsychiatrie mis en place dans les années 70 : structures extra-hospitalières, lieux d’accueil à taille humaine, loin de l’asile, ils sont inscrits dans la ville. Les enfants et leurs parents y viennent plus facilement qu’à l’hôpital, à la recherche d’une adresse pour parler des angoisses, des traumatismes, des difficultés scolaires et autres cauchemars qui peuvent compliquer la vie jusqu’à la rendre impossible. Le travail des équipes de secteur se fait en partenariat avec les écoles spécialisées, les hôpitaux de jour, les jardins d’enfants, dans un maillage local qui permet d’appréhender la complexité d’un symptôme dans son contexte. La proximité avec le lieu d’habitation de l’enfant et de sa famille permet ce travail d’orfèvre, sans lequel bien des instituteurs ne tiendraient pas longtemps, sans lequel la violence des adolescents serait encore plus vive.
Mais aujourd’hui, les agences régionales de santé (ARS) poussent les hôpitaux à faire des économies sur ce réseau extra-hospitalier qui a un coût. Pour tenter d’équilibrer son budget étranglé par l’ARS, l’hôpital Sainte-Anne s’apprête à démantibuler l’historique et symbolique intersecteur infanto-juvénile du XIVe arrondissement de Paris, créé et tissé pendant plus de trente ans, par Michel Soulé, Yann du Pasquier, Jean Bergès et beaucoup d’autres. Le CMP des 6-12 ans est ainsi en passe d’être fermé, et son personnel affecté à un bloc hospitalier excentré. Cela aura pour effet de démanteler les pratiques de proximité et de rompre les parcours de soin, que l’ARS est pourtant censée garantir. Ces économies à court terme auront, à long terme, un coût énorme pour la santé publique.
Nous avons affaire à une politique hospitalière qui tente de faire passer une pure opération gestionnaire pour un projet d’expertise : un soi-disant «pôle référence enfance» avec mutualisation des moyens. «Mutualisation des moyens» : une expression de la novlangue administrative pour ne pas dire fermeture de postes, appauvrissement du travail, isolement des équipes. Une régression qui va avec un alignement sur les méthodes comportementalistes : la psychanalyse est attaquée en même temps que le secteur, la parole des patients et des équipes se referment. Ce qui se profile à l’horizon de ces fusions-mutualisations, c’est une régression au temps où l’on saucissonnait les enfants pour traiter leurs «troubles» hors de leur contexte, selon une conception mécaniste et localiste du symptôme, qui réduit les intervenants à des techniciens spécialisés et cloisonnés.
Les professionnels de la santé, qui se réfèrent à la psychanalyse, doivent tenir sur la conception qu’ils se font du symptôme comme d’une vérité à entendre. Nous devons tenir sur nos pratiques pour que les symptômes des enfants, comme des adultes, puissent encore leur servir à dire non, et pour que nos interventions (et nos institutions) ne servent pas à les museler. Lorsqu’ils refusent la place qui leur a été assignée, les enfants comme Ernesto nous apprennent à dire non. Monsieur Evin, directeur de l’ARS de l’Ile-de-France, peut encore dire non : ne pas laisser faire le démantèlement d’un maillage nécessaire à la parole de ces enfants qui déjà ne la prennent pas facilement. Vous pouvez empêcher la fermeture de ces espaces de parole et de soin nécessaires au lien social.

Pour soutenir le collectif 14, une pétition est en ligne :

http://www.petitions24.net/defendons_les_droits_des_patients_aux_soins_de_secteur

Share

Audition à l'Assemblée Nationale du collectif alternatif formation à l'initiative des 39

« Dans la suite des Assises sur l’hospitalité en psychiatrie et dans le médico-social qui se sont tenues à Villejuif les 31 mai et 1er juin dernier, nous avions décidé de former le collectif alternatif formation. Nous nous sommes réunis le 16 novembre dernier afin de créer un réseau et d’élaborer des propositions en vue de l’audition avec la Mission d’information sur la santé mentale et l’avenir de la psychiatrie (MISMAP). Denys Robiliard, le rapporteur de la mission nous a auditionnés hier. Ci joint les propositions qui lui ont été faites. »

Propositions pour les formations initiales
Collectif alternatif formation

– Formation initiale des psychiatres

o insister sur le partage des pratiques comme vecteur de formation, d’enseignement, de recherche et de transmission : supervision, groupe de partage d’expérience
o Valoriser la spécificité de la psychiatrie au sein de la médecine : pour la maquette de formation des internes privilégier les stages en psychiatrie (plutôt que la mise en place des stages hors filières en neurologie et en pédiatrie) dans les services de secteur et pas préférentiellement dans les secteurs universitaires
o Valoriser la dimension psychothérapique de l’exercice de psychiatre, dans sa dimension de psychothérapie individuelle, de psychothérapie de groupe et de psychothérapie institutionnelle
o Valoriser les formations indépendantes de l’industrie pharmaceutique
o Valoriser la recherche en sciences humaines et la recherche fondée sur l’expérience de la pratique quotidienne

– Formation initiale des médecins généralistes

o 20 à 25% des consultations de médecine générale touchent à des problèmes psychiques
o Mettre en place pour chaque interne de médecine générale, une possibilité de stage en psychiatrie (6 mois) avec préférence sur le dispositif ambulatoire de secteur (activités d’accueil, d’orientation et de consultations) afin de sensibiliser les futurs généralistes aux problèmes psychiatriques fréquents et de
limiter le recours à la prescription de psychotrope (valoriser les lieux de stages indépendants de l’industrie pharmaceutique)
o A défaut d’un stage : possibilité de mettre en place une consultation régulière durant l’internat (lors des demi-journées de formation hebdomadaire qu’ont les internes dans leur cursus) pour valoriser la dimension psychothérapique et le travail dans la durée.
o Privilégier le partage d’expérience à partir des groupes Balint (partage d’expériences entre pair visant à aborder les difficultés dues à la maladie, au malade, au médecin dans la relation thérapeutique)

– Formation initiale des infirmiers

o Mettre en place une formation spécifique pour les étudiants se destinant à la psychiatrie à partir de la deuxième année de formation une orientation sur les acquisitions théoriques et pratiques lors de stages de psychiatrie (adulte, enfant, gérontopsychiatrie, addictologie…) pour un diplôme IDE avec orientation psychiatrique (et non une spécialisation infirmière prenant un ou deux ans de plus au diplôme d’Etat)

– Formation initiale des psychologues

o Valoriser une formation diversifiée ou les psychothérapies dans les différentes dimensions soient envisagées (tant individuelle, de groupe qu’institutionnel). Faire une place à l’enseignement spécifique de la psychanalyse puisque de nombreux UFR de psychologie clinique n’enseignent plus la psychodynamique et les thérapeutiques institutionnelles
– Formation initiale des éducateurs spécialisés
o Sensibiliser aux problématiques psychiatriques avec le partage d’expérience à partir du terrain (possibilité sous la forme de supervision ou de groupe de parole lors du cursus initial)

Argumentaire concernant l’exigence d’un diplôme en Y pour les infirmiers

L’instauration du diplôme unique en 1992 a mécontenté tous les soignants. Le contenu de celui-ci étant jugé insuffisant tant pour les infirmiers amenés à travailler en soins généraux que pour ceux travaillant en psychiatrie.
Ce nouveau diplôme a entrainé une réduction considérable des heures de cours de psychopathologie, psychanalyse, psychologie, soins infirmiers en psychiatrie etc.
Par ailleurs, précédemment l’essentiel des stages étaient effectués dans des services de psychiatrie, le nouveau diplôme ne prévoyait plus qu’un stage obligatoire : soit en psychiatrie ou en gériatrie. Et un autre : soit en pédopsychiatrie ou en pédiatrie.
Ainsi un certain nombre d’infirmiers ont pu obtenir leur diplôme sans n’avoir jamais effectué de stage en psychiatrie.
Cette insuffisance particulièrement criante en psychiatrie à obligé le ministère à la reconnaitre à de multiples reprises (uniquement pour la psychiatrie et pas pour la MCO) au travers de circulaires, préconisant, puis obligeant : les infirmiers primo arrivant en psychiatrie à suivre une formation complémentaire dans le cadre de la formation continue, afin de pallier au manque de bases en psychopathologie et d’approche psychodynamique (psychanalyse, psychothérapie institutionnelle…) les établissements à mettre en place un dispositif de tutorat de ces primo arrivant par des infirmiers séniors, aptes à leur transmettre, pour palier le manque de stages en psychiatrie durant la formation initiale par la transmission in situ des savoirs faire et des compétences acquis des anciens « ISP » (Infirmiers de secteur psychiatrique).
Cette situation s’est encore aggravée avec l’instauration de la nouvelle formation universitaire des IDE. Du fait d’une nouvelle amputation des temps de cours consacrés à la psychopathologie et aux soins infirmiers en psychiatrie.

Pour compenser ce déficit de formation depuis 1992 un débat oppose les tenants de la spécialisation aux tenants de la spécificité.
L’intérêt de la spécialisation serait une reconnaissance statutaire et financière de ces infirmiers spécialisés en psychiatrie au même niveau que les IBODE (infirmiers de Bloc opératoire). Mais dans la mesure où tous les infirmiers exerçant en psychiatrie n’auraient pas obligatoirement cette spécialisation, cela ne règlerait pas la question de la formation adaptée au champ de la psychiatrie pour tous les infirmiers exerçant en psychiatrie.
La spécificité permettrait de redonner à chaque infirmier exerçant en psychiatrie une formation adaptée. De même que la formation des infirmiers exerçant en MCO serait, du coup, elle aussi revalorisée.

Suite aux Etats Généraux de la psychiatrie de 2003, cette question a été travaillée par un certain nombre de syndicats et d’associations aboutissant à l’élaboration d’une proposition de diplôme en « Y » soutenue par les associations Serpsy et CEMEA et par les fédérations CGT, SUD et FO.
Ce diplôme comprendrait une première année commune puis l’étudiant choisirait une option, soit Psychiatrie, soit MCO. A terme on pourrait même envisager une formation en « chandelier » en augmentant les options possibles (santé publique, gériatrie,…).
Après la première année commune de formation tous les étudiants étudieraient l’ensemble des « systèmes » somatiques et l’ensemble de la psychopathologie. Mais l’étudiant étudierait de manière plus approfondi l’option choisie. De même que l’essentiel des stages s’effectueraient dans ce champ.
Lorsque l’infirmier souhaitera changer de champ, il bénéficiera d’un dispositif d’adaptation comprenant des formations complémentaires et un tutorat, équivalent à ce qui se fait actuellement pour les primo arrivants en psychiatrie.

Voir les textes complet sur le site d’UTOPSY

http://www.utopsy.fr/IMG/pdf/proposition_pour_la_formation_collectif_alternatif_formation_-_collectif_des_39.pdf

http://www.utopsy.fr/IMG/pdf/audition_mismap_collectif_alternatif_formation_-_collectif_des_39.pdf

Share

> RESISTANCES A LA RESISTANCE

RESISTANCES A LA RESISTANCE

Les journées nationales de l’Association Française des psychiatres privés ( AFPEP) ont eu lieu à Lyon à la fin du mois de septembre.  » Résistances  » en fût le thème et nombre d’intervention de grande qualité ont jalonné deux jours de travail passionnant , voire passionné . Nous publions ici l’intervention du Dr Hervé BOKOBZA, président d’honneur de l’AFPEP et membre du collectif des 39:

Oserais-je une question pernicieuse : être là parmi vous n’est il pas un signe de résistance ?

Intervenir aux journées de l’AFPEP n’est-ce pas me positionner ou être positionné comme un résistant ?

Car j’ai ouï dire que cette association serait un repère de résistants. C’est ce qui se dit dans les couloirs, les ministères, parmi les adhérents ou ceux qui n’adhérent pas, par certains universitaires.
Etre ici me stigmatiserait, me désignerait : résistant
Je ne pourrais pas y échapper

Ceci pour prévenir tous les intervenants et tous les participants : être présent aujourd’hui est déterminant pour la suite de vos parcours ! Mais si mais si… croyez moi !
AH ! Vous étiez aux Journées à Lyon en 2013 ! Oui, c’est dans votre dossier ! Non, ce n’est pas très bon pour vous ! Parce que vous refusiez le stade 2 et qui plus est vous voudriez vous retrouver au stade1 ! Non, vous n’avez pas toujours été au stade 1, de toute façon nous n’y avez plus votre place ! Et puis si cela continue on vous mettra au stade 3 ! Comme cela on sera tranquille !

Au stade ? Quel stade ? Je n’ai pas dit stade, j’ai dit strate ! Quelles strates ? Ben au sein des strates de Bredzinski ?

Je vous prie d’abord d’accepter cette répétition chronique concernant ce cher Bredzinski qui doit être très surpris que je parle de lui si souvent; en effet je suppose que certains d’entre vous doivent être las, j’entends déjà vos soupirs : encore lui
Et oui, que voulez-vous quand on tient une pareille merveille on ne la lâche plus !

Cet ancien conseiller de Carter qui en 1995, proposa, pour assurer la domination des puissants, un cahier des charges pour la transmission des savoirs à venir, à même d’assurer la gouvernance de 80 % d’humanité surnuméraire (dixit) dont l’inutilité est programmée : trois pôles ou strates sont alors définies:

D’abord un pôle d’excellence: il devra être en mesure de transmettre des savoirs sophistiqués et créatifs, ce minimum de culture et d’esprit critique sans lequel l’acquisition de savoirs n’a aucun sens ni surtout aucune utilité véritable.

Pour les compétences moyennes, il s’agit de définir des savoirs jetables, aussi jetables que les humains qui en sont les porteurs, dans la mesure où, s’appuyant sur des compétences plus routinières et adaptées à un contexte technologique précis, ils cessent d’être opérationnels sitôt le contexte dépassé. C’est un savoir qui, ne faisant pas appel à la créativité et l’autonomie de pensée, est à la limite un savoir qui peut s’apprendre seul, c’est à dire chez soi, sur un ordinateur et avec le didacticiel correspondant ; ce pourrait être l’enseignement multimédia.

Restent enfin les plus nombreux, les flexibles, ceux qui ne constituent pas un marché rentable et dont l’exclusion de la société s’accentuera à mesure que d’autres continueront à progresser. La transmission de savoirs réels, coûteuse et donc critique n’offrira aucun intérêt pour le système, voire pourra constituer une menace pour sa sécurité. C’est évidemment pour ce plus grand nombre que l’ignorance devra être enseignée de toutes les façons concevables.
Et qu’il faut tout faire, qui plus est, pour cloisonner ces trois champs de savoir et de transmission
Moi qui croyais qu’il n’ y avait que les classes sociales qui se distinguaient, moi qui croyais tout bêtement que la lutte des classes existait, encore et encore, voilà que j’apprends qu’il existe d’autres catégories en apparence inconciliables !
Sauf à oser une interprétation possible : que Bredzinski propose une transmission des savoirs à même de maintenir les classes sociales existantes et surtout à faire croire qu’il n’y plus de luttes de classes, concept dépassé, éculé, voire ringard, archaïque
Tout cela pour dire que la psychiatrie étant une discipline sociale par excellence, il me parait important de rappeler rapidement le contexte dans lequel nous nous trouvons pour bien poser cette question :
Au nom de quoi et de qui faudrait il résister ?
A mon avis, c’est au nom d’une conception du fonctionnement psychique, en bref au nom d’une éthique que nous pouvons élaborer nos pensées et nos actions. J’essaierai aussi de démonter les principaux mécanismes tentant de nous expulser de cette position éthique et dans un troisième temps j’aborderai quelques éléments qu’il nous faudrait clairement appréhender pour éviter les pièges qui nous sont tendus.

Ethique : certes ce mot est galvaudé, sur représenté, voire confisqué ; mais nous avons le souhait de continuer à le faire vivre, à le cajoler, l’apprivoiser, l’écouter et nous demander quel rapport existe entre l’éthique et l’Hospitalité, l’hospitalité étant quand même au cœur de l’énigme de notre choix d’être psychiatre.
Pour Derrida, l’hospitalité est infinie ou n’est pas ; elle est accordée à l’accueil de l’intime, de l’inconditionnel ; elle n’est pas une région de l’éthique.
L’éthique est l’hospitalité
Mais il précise que sans les lois conditionnelles de l’hospitalité, la loi inconditionnelle de l’hospitalité risquerait d’être un vœux pieux, sans effectivité, voire de se pervertir à tous moments.
Il y aurait donc un lien, voire un impossible ou un hiatus entre la loi de l’hospitalité universelle et ancestrale et les lois de l’hospitalité contextuelles par essence. C’est peut être cette mise en tension entre l’utopie nécessaire et la réalité qui constitue l’essence même de notre pratique en sachant que l’utopie restera toujours une utopie car elle ne sera jamais réalisée et que cette mise ne tension demeurera toujours …en tension
Ouvrir la porte de la salle d’attente ou répondre au téléphone ferait partie de l‘hospitalité universelle, de cette hospitalité qui serait nommée éthique. Mais comment accueillir l’Autre ? L’accueil de cet étranger dans cet espace serait de l’ordre du contextuel, dont le contenant et le contenu, dialectiquement liés, constitueraient alors la trame
Le contenant c’est le cadre de travail patiemment élaboré, défendu et exigé depuis plus d’une quarantaine d’années, celui de la psychiatrie libérale conventionnelle et j’insiste toujours sur le mot conventionnel. Ce cadre s’articule autour de 5 critères fondamentaux inéluctablement liés entre eux : indépendance professionnelle, liberté de choix, remboursement des soins de haut niveau, reconnaissance de la valeur du CPSY, respect du secret médical
Ce cadre a subi et subit des attaques permanentes et il continuera d’en subir.
Je pense que le défendre maintenant, résister à son démantèlement aujourd’hui comme hier constitue le devoir de résistance le plus noble et le plus élevé de nos associations. Il affirme dans ses principes que les patients doivent pouvoir se soigner quand ils veulent, où ils veulent, auprès de praticiens libres de leurs actes, sans jamais oublier que le psychiatre libéral conventionné est le premier praticien dans la cité et que cette spécificité française développée à partir des années 70, comme le développement du secteur psychiatrique, d’ailleurs, a constitué un progrès formidable contre le désenclavement et l’exclusion des malades mentaux. Pour cela le rôle du SNPP a été et demeure fondamental.
Cependant ce dispositif est essentiel mais non suffisant à l’exercice de la pratique. Il faut se forger les outils conceptuels nécessaires à cette pratique, en quelque sorte conceptualiser le contenu.
Car accueillir des personnes en souffrance ne va pas de soi et représente toujours un risque : l’étranger est potentiellement menaçant, le fou d’autant plus.
Ce risque a un versant obscur et Bruce Bégout cité par Jean Jacques Martin déclare dans son ouvrage « la découverte du quotidien » « le choc de l’étranger ne revient pas simplement pour moi à être exposé à une expérience dérangeante et impénétrable, mais à vivre une expérience qui opacifie mon propre commerce avec le monde (…)Même s’il n’a aucune intention hostile à mon égard, l’étranger parce qu’il est étranger m’aliène, il peut me rendre étranger à moi même. La révélation de son identité différente me dévoile par contre coup la différence douloureuse de ma propre identité ; car à la vérité ce n’est pas la différence qui m’importune mais le fait que sa différence me fait prendre conscience de ma différence, celle qui se révèle entre moi et moi même » l’étranger révèle ce que Bégout appelle l’inquiétante étrangeté du familier, il sert de bouc émissaire à notre insécurité ontologique.
Il n’y a aucune raison que les psychiatres ne soient pas aux prises avec ce penchant naturel, avec cette crainte, cette ambivalence d’affects, de rejet quasi ontologique. Freud nous l’avait enseigné : le petit enfant fait une expérience inaugurale d’ambivalence très jeune quand il prend comme premier objet hostile celui qui lui est indispensable.
Jean Jacques Martin (opus cité) parle du syndrome de Robinson Crusoé parlant de sa double terreur : peur que jamais personne ne vienne et peur que quelqu’un vienne.
Tout cela pour vous dire que l’hospitalité de la folie ne va pas de soi, surtout si on la définit comme : venez faire du chez vous, vous qui en êtes plus ou moins dépourvu, avec moi qui vais faire du chez moi avec vous
En comprenant bien dès lors que faire du « sans vous » , du sans eux me préserve d’être obligé de ne plus être tout à fait chez moi ; ne pas prendre le risque du heurt, de l’ébranlement, de la menace que représente toute rencontre.
Qui plus est ce « sans eux » nous épargne d’être éprouvé par l’ambivalence de l’hospitalité et le hiatus entre l’utopie et la réalité de cette éthique de l’hospitalité
Le « faire sans eux » c’est prendre toutes les mesures possibles pour organiser une grande exclusion dont un des symboles est par exemple l’invention d’une nouvelle classe chimique de médicaments : les anti psychotiques
Qui supporterait que l’on dise les anti dépressifs ?
On se ne se cache plus, on est décomplexé : on veut éradiquer les psychotiques, c’est écrit dans le texte
Comment faire sans eux, c’est comment faire contre l’humanité de l’ambivalence, contre la poésie de l’incertitude, contre la dette que l’humanité entière doit à la folie !

Depuis toujours sans doute mais surtout depuis une trentaine d’années un traitement de choc, si j’ose dire , est administré dont l’objet va être de ‘faire sans eux », c‘est à dire donc « faire sans une bonne partie de soi» : Une formidable collusion entre les intérêts du capital financier et une certaine conception de la maladie mentale a vu le jour : plus qu’un mariage, c’est une alliance quasi symbiotique dont il s’agit, une passion raisonnable et folle à la fois; une folie passionnelle, un acharnement pour exclure, dénier, rejeter la folie de la condition humaine, ou tout au moins la transformer en excroissance hideuse et honteuse .
Première médication : des slogans martelés à souhait, comme des évidences de langage, indiscutables et indiscutées:
Maîtrise, transparence, homogénéité en sont les fers de lance.
Pas un texte, pas un décret, pas un enseignement, pas un protocole qui ne s’appuie sur ce triptyque
Pour résister il nous parait essentiel de repérer quelques mécanismes essentiels de cette machine de guerre : je ne ferai que les citer brièvement :
– dé conflictualiser : pour cela on inventera les conférence de consensus: consensus mou par essence (comme en Politique d’ailleurs), élaboration de références dites adéquates, une procédure que l’on pourra appliquer sans risque et sans engagement personnel.
La question du soin aux enfants autistes en est la triste résultante et sans doute la première avancée d’une longue série
– déhiérarchiser la juxtaposition de différentes théories et l’affirmation sans cesse réitérée de l’origine multifactorielle des troubles est utilisée pour apaiser les dissensions, on les énoncera de façon linéaire, monocorde : génétique, environnementale, psychologique, biologique etc. L’être bio psycho social nous est vendu comme la norme où tout serait l’égal du tout

– Penser que la technique est neutre, alors qu’elle est toujours au service d’une idéologie

– Mettre sur le marché les processus d’évaluation : orchestrés comme un véritable rituel c’est la mise sur le marché d’un immense et tragique processus de colonisation mentale à même de nous convertir à une nouvelle religion, «celle du faire sans eux». La scène de l’évaluation, qu’elle prenne les visages de l’accréditation, de la démarche qualité ou autre évidence base médecine (EBM) est la scène d’une véritable propagande qui nous convoque tous à l’adoption d’une véritable novlangue, d’un style anthropologique dont nous devrions emprunter les voies lexicales.
L’évaluation ne croit ni aux éthiques professionnelles, ni aux régulations institutionnelles. Elle se méfie de l’humain. Elle ne veut qu’une seule chose : nous soumettre.
– médicaliser ou socialiser le fait psychopathologique : vieux débat qui est d’autant plus d’actualité aujourd’hui.
-dé spécifier : faire de la psychiatrie une discipline médicale comme les autres –

– introduire et maintenir la peur du fou : voir le discours du plus haut représentant de L’Etat, à Antony il y a près de 5 ans ; reprenant en cela ce que disait Kraeplin, le père de la psychiatrie moderne : Méfions-nous , méfiez-vous des fous, ils seront dangereux toute leur vie qui hélas sera bien longue»

– Créer un climat où dire le diagnostic et pronostic serait une fin en soi ! Alors que ces dires peuvent être les éléments qui feront du patient un prisonnier, liés par des chaines qui ne sont plus des chaines mais des mots. Et comme le disait déjà le regretté André Bourguignon, poser un diagnostic c’est tarir deux sources de l’angoisse du psychiatre : l’inconnu devant la folie et de la relation au fou.

– utiliser les dérives de la psychanalyse pour mener une offensive de grande ampleur contre la plus extraordinaire découverte du 20ème siècle concernant le fonctionnement psychique.

Vous avez sans doute compris pourquoi je vous ai parlé de Bredzinski et de la question de la transmission des savoirs : Il a raison car pour assurer leur domination les maîtres de l’époque post moderne (telle que définie par Lyottard) ont besoin pour la pérennité de leur divin marché de maintenir une domination idéologique sans faille , de convertir la majorité des humains à cette pensée technicienne sans faille. Nous devons appartenir à cette deuxième strate, bien calés avec notre savoir spécifique, cloisonné, fermé et réconfortant pour le pouvoir que nous pourrions avoir sur ceux qui nous sont confiés.

C’est une conversion douce, en apparence dépourvue de barbarie
Une conversion perverse car elle tente de nous compromettre dans le processus de notre propre exclusion.
Une conversion brutale car elle nous impose un chantage insupportable: obéis et tais-toi, obéis ou disparaît ou meurs ( la condition marrane)

C’est une conversion à une pensée qui abolit le sens, (le soignant technicien est corvéable à merci et surtout interchangeable)

Nous savons que le combat pour la reconnaissance du caractère humain de la folie est intemporel
Ce qui est temporel c’est la stratégie et la tactique à adopter en fonction du contexte socio politique, d’une part et du contexte scientifique de la discipline d’autre part, même si les deux sont intriqués d’une telle façon aujourd’hui, qu’il n’est même plus besoin de dialectique pour s’y retrouver. L’enseignement de la psychiatrie, le discours et la pratique universitaire, des pratiques inféodées à l’industrie pharmaceutique ne sont que le bras scientifique d’une exigence du marché, du diktat financier sur le fonctionnement psychique, d’un essai permanent d’assurer, sous prétexte d’une maitrise des couts de la santé publique, une maitrise de la relation , une maîtrise du psychiatre (lutte contre son indépendance ), une maîtrise même du sujet avec cette nouvelle loi qui introduit à mon sens une véritable rupture épistémologique : les soins sans consentement en ambulatoire

ALORS COMMENT RESISTER ?
La résistance individuelle, permanente, quotidienne, est sans doute au cœur de l’invention thérapeutique, du praticien comme du patient, en cabinet ou en institution.
Cette résistance au quotidien a besoin de s’appuyer sur une résistance collective.
Celle-ci parait bien sûr indispensable et pourtant elle va se heurter à d’importantes réticences voir des résistances tenaces, en nous mêmes comme chez les autres.
je ne m’étendrais pas sur la tendance la plus lourde, style : «tout cela ne sert à rien» –
En revanche, je voudrais insister sur deux modes de réticences très opératoires et contre lesquelles nous avons à affiner notre riposte et à accroitre notre vigilance :

1- combattre la nostalgie
Notre génération est parfois traversée par un dire nostalgique : « c’était mieux avant » je vous épargnerai un commentaire sur les mécanismes psychiques à l’œuvre dans ces cas si fréquents, mais pour en parler je vais revenir sur cette conversion qui nous est imposée et sur la question de l’héritage.
C’était mieux avant c’est sans doute ce que se sont dits les marranes, ceux qui furent aussi appelés les nouveaux chrétiens avec le maintien d’une foi cachée et de rituels à même de maintenir la mémoire. Cependant pour ces nouveaux chrétiens le clivage entre l’éducation chrétienne et l’héritage juif pouvait conduire à une distanciation critique, à une remise en cause de l’une et de l’autre tradition.
Car ce que le champ religieux des “ nouveaux chrétiens ” comporte de spécifique, c’est précisément cette tension vécue entre les deux religions, judaïsme et christianisme, avec les hésitations qui en résultent. De ces complexités mouvantes émergent, en définitive, un sens inédit de la relativité des croyances (comme en témoigne Montaigne), ainsi que l’esprit critique qui pour la première fois dénie leur caractère sacré aux textes bibliques, comme ose le faire Spinoza.
N’en est il pas de même pour notre pratique et son évolution depuis une trentaine d’années ? L’expression de la folie varie à travers les âges et le cadre transférentiel aussi; ainsi il serait utopique de penser, par exemple, que la question du diagnostic qui prend une telle ampleur ces dernières années n’aurait pas d’effet sur les mécanismes relationnels en jeux dans la rencontre thérapeutique et ceci quels que soient notre position ou nos dires concernant cet énoncé du diagnostic; Cela vient du dehors, du socius et nous convoque à élaborer de nouveau les conditions de notre accueil
Devant cette tentative de conversion, un immense piège nous est tendu : pour nous protéger nous pourrions être tentés de défendre avec acharnement notre territoire, repliés, narcissiques , nostalgiques et disons le tout net défaits d’avance; gardons encore cette position marrane en ligne de mire : Celle qui bricole avec l’ exigence publique (on est bien obligé de préparer dans une institution les visites de nos chers accréditeurs) tout en préservant «notre religion privée», en sachant que ce bricolage débouchera sur une nouvelle façon d’être ou de travailler.
Qui plus est, on trouve dans le marranisme, un glissement très significatif de la notion classique de conversion vers la notion beaucoup plus ouverte et indépendante de conversation intime entre des univers spirituels et des imaginaires ennemis, ou pour le moins étrangers l’un à l’autre.
Ne devons-nous pas garder en mémoire cette formidable leçon d’histoire pour mieux résister?
Abordé sous un autre angle Derrida nous dit quelque chose d’équivalent : «je me sens héritier , fidèle autant que possible » et il ajoute : « la meilleure façon d’être fidèle à un héritage est de lui être infidèle »
Il s’agit ainsi de ne pas le recevoir à la lettre comme une totalité mais plutôt de le prendre en défaut, d’en saisir le moment dogmatique, pour rester inventif, créatif.
En fait quitter les dogmes pour pouvoir élaborer des doctrines, c’est faire usage de ce savoir d’excellence dont nous parle ce cher Bredzinski

2- Mettre en garde ceux qui, parmi nous, identifient comme extrême, ou extrémiste la radicalité parfois nécessaire du discours : les extrêmes seraient insupportables, assimilés les uns aux autres
Un petit point d’histoire apparaît indispensable : le 20ème siècle a été dominé par deux événements effroyables : le stalinisme et le nazisme
Certains ont élevé le discours de symétrisation entre nazisme et stalinisme au rang d’un combat contre toutes les formes d’oppression.
Or il me semble qu’il ne faut pas céder à la symétrisation , non pas que le stalinisme soit moins ou plus grave que le nazisme mais parce qu’il est impératif de tenir compte du fait que le goulag, le stalinisme est une corruption, une confiscation éhontée de l’idéal de justice que porte le communisme tandis que dans le projet nazi , tout était dit; le pire était dans le projet même; la dissymétrie n’est donc pas dans les faits mais dans les idéaux, les projets; Les victimes du goulag , avant d’être des victimes , furent des résistants féroces à la mise en place de cette bureaucratisation barbare à même de trahir les actions, acquis et rêves de la révolution; ils furent défaits, liquidés, assassinés,; le plus célèbre d’entre eux fût poursuivi jusqu’au Mexique, lâchement assassiné tant sa seule présence représentait un danger pour les bourreaux de l’idéal communiste gardons bien cela en tête pour ne pas alors sombrer dans le discours sur les extrêmes que l’on renverrait dos à dos; et qui nous priverait de la possibilité de tenir un discours radical quand cela est nécessaire sans se faire accuser d’extrémisme.

Car les excès, ou ce qui peut apparaitre comme tel, sont parfois nécessaires, ce sont souvent des symptômes à respecter pour sortir d’un carcan où règne l’immobilisme et l’indifférence! Dans les années 70, combien de psychiatres de toutes obédiences affirmaient que le combat contre l’utilisation de la psychiatrie à de fins politiques était un combat extrémiste, qu’il valait mieux balayer devant sa porte. D’ailleurs à Honolulu l’association mondiale de psychiatrie regarda le psychiatres français représentés par Gérard Bles et Jean Ayme comme de dangereux extrémistes car tout simplement ils posaient avec le comité Français contre l’utilisation de la psychiatrie à des fins politique les questions éthiques et politiques à un niveau peut être jamais atteint et dans ses attendus et dans son action permanente, tenace, inébranlable. La libération du mathématicien Leonid Plioutch, diagnostiqué schizophrène torpide (invention diagnostique!!) fut un immense succès : Jean Ayme qui m’accueillit comme externe me disait : être psychiatre c’est être militant et Gérard Bles qui m’accueillit comme jeune psychiatre à L’AFPEP dans les année 1980 élabora avec d’autres notre charte de la psychiatrie, celle de l’AFPEP qui n’a pas pris une ride,.
Près de 40 ans après, j’ai initié il y a près de 5 ans maintenant une réunion de soignants qui refusaient d’accepter que la discours du Président de la République sur la dangerosité du fou devienne une évidence indiscutable.

Les 39 sont nés, extrêmes et extrémistes pour certains, mais surtout extrêmement surpris de réunir près de 2000 personnes dans un meeting préparé en moins de trois semaines. Meeting qui fut à l‘évidence l’acte le plus accompli de la résistance collective et unitaire en psychiatrie depuis longtemps
30 ans après la rédaction de la charte de la psychiatrie, il s’agit du même combat : celui tout simplement de la dignité, vous savez celui dont Kant dit : « tout a un prix ou une dignité. Ce qui a un prix peut être aussi bien remplacé par quelque chose d’autre, à titre d’équivalent ; au contraire, ce qui est supérieur à tout prix, ce qui par suite n’admet pas d’équivalent, c’est ce qui a une dignité.  »

Près de 5 ans après, notre axe de réflexion et d’action se maintient : celui de conditions matérielles de l’éthique celles que Derrida appelait donc les lois de l’hospitalité celles qui permettent que nous puissions vivre en tentant de se rapprocher, voire d’entre apercevoir cette impossible de cette hospitalité universelle Le combat éthique nous fait ressentir, approcher, appréhender combien il ne peut y avoir de compromis et combien ce soucis nous renvoie à la radicalité d’une position à tenir et à soutenir.

C’est cela qui réussit à fédérer et à réunir des soignants de différents bords, toutes professions confondues ; il est indéniable que les collectifs qui se multiplient dans tous les domaines du champ social ont pour objet de briser les isolements/ou les divisions syndicales; ils permettent à de nombreux citoyens de se ré approprier un espace du dire et de l’agir, à ré inventer de nouvelles formes de réflexion et d’action. Comme des îlots de résistance démocratique dans un océan de mensonges, de trahison et de capitulation
Aussi l’existence des 39 fait-elle des vagues, la mer est agitée, elle est cependant vivifiante bien que nous soyons fatigués par ce voyage dont nous ne connaissions pas le point d’arrivée, ni la route, ni l’équipage, ni même le bateau ; mais il nous a semblé qu’il nous fallait partir pour se lancer dans cette formidable traversée.

Ces deux points rapidement évoqués, parmi d’autres, allient complexité et radicalité, que je considère comme inéluctablement liées à l’époque actuelle

–Résister collectivement nous demande une intervention à deux niveaux :

– contre la machine ultra libérale et son relais gouvernemental avec ses attendus destructeurs et ses effets ravageurs sur l’existence même de l’humain,

– contre nos chers collègues , notamment nombre d’universitaires qui épousent , à leur insu ou de leur plein gré, ce discours éminemment réducteur; en soutenant un discours d’imposture : car il s’agit bien là de falsification et de mensonge, quand on se dit psychiatre et que l’on ose affirmer au début du 21ème siècle, que par exemple soigner revient principalement à faire et à énoncer un diagnostic, que le psychisme et le cerveau c’est du pareil au même, que l’inconscient on s’en fout, que tel patient devra prendre des médicaments à vie, que la dépression a comme unique origine des dysfonctionnements biologiques ou génétiques etc. Nous ne pouvons plus nous taire devant cette prévarication organisée, puissante, qui reçoit l’aval du prestige, du pouvoir et de la manne financière : nous ne pouvons plus accepter la décapitation clinique de l’abord du sujet ( Pierre Sadoul) car alors nous serions les complices de se «faire sans eux » , propre à organiser la nouvelle exclusion des temps post modernes

En conclusion : à l’époque actuelle que j’ai désignée par ailleurs comme celle des trois P : Preuve, peur et prédiction, éléments constitutifs du discours dominant, opposons l’éthique qui est l’hospitalité et qui en psychiatrie peut s’énoncer ainsi : éthique du doute, de l’engagement, du risque, ces trois termes étant dialectiquement liés
Celle qui nous permet de combattre tous les réductionnistes, celle qui nous permet de nous dégager du face à face morbide et mortifère que Patrice Charbit nous avait présenté l’année dernière : ce fameux balancier entre l’organique et le psychique
Alors peut être qu’au delà des notions de complexité et de radicalité, la question du paradoxe pourrait nous permettre de nouvelles ouvertures. Ce sera sans doute l’objet d’un prochain travail
Mais écoutons Thomas Szasz : « Si vous croyez être jésus, ou si vous croyez avoir découvert un remède contre le cancer ( et que ce n’est pas vrai) ou que vous croyez que vous êtes persécutés pas les communistes et que ce n’est pas vrai, alors il est probable que vos croyances seront interprétées comme des symptômes schizophréniques. Mais si vous croyez que le peuple juif est le peuple élu, que Jésus est le fils de Dieu ou que le système communiste est le seul système scientifique moralement juste alors on interprétera cela en rapport avec ce que vous êtes : juif, chrétien ou communiste
C’est pourquoi je pense que nous ne découvrirons les causes chimiques de la schizophrénie que lorsque nous découvrirons les causes chimiques du judaïsme, de la chrétienté ou du communisme; ni avant ni après »

Je pense que le combat pour l’hospitalité de la folie est au cœur de notre praxis ; aujourd’hui comme hier ou demain. Le sens de ce combat est clair : être du côté de nos patients, être avec eux, faire avec eux.
Ce combat ne sera jamais victorieux car toujours en devenir, qu’il n’aboutira jamais car il est impossible d’offrir l’hospitalité à la folie, on ne peut que tendre vers comme pour la démocratie ou pour la laïcité.
.
Dr Hervé Bokobza

Share

> « Résister par l’engagement dans la clinique ou la sollicitude tempérée »

« Résister par l’engagement dans la clinique ou la sollicitude tempérée »

 

 

 

Résumé : Le management néo-libéral et les protocoles qui l’accompagnent traitent les institutions de soins, selon un registre du « tout économique » et imposent des principes de sécurité et de précaution. Cela voudrait fonctionner comme une emprise, qui transformerait le sujet en usager, individu normé et « délié », réduit à la succession de ses symptômes. Face à cela, il est important de garder dans la clinique, « l’esprit du risque », à condition cependant d’en connaître les capacités et les limites.

Francis Maqueda [1]

Le journal des psychologues. Juillet/Août 2011 N°289  pp 51.55.

Mots-clés : emprise libérale- usager- bricolage-liens- risque- institutions- communauté humaine.

Dans l’ensemble des pratiques sociales, médico-sociales, médico-psychologiques, les désignations, catégories et autres classifications posent de délicats problèmes conceptuels, cliniques et éthiques…Nombre de praticiens se montrent très réticents, sinon franchement hostiles à toute désignation en arguant qu’on ne saurait réduire la personne qui vient consulter ou qui demande une aide à son statut d’usager voire de patient. Le souci de la globalité de la personne devrait l’emporter sur tout autre considération, comme celui de ne pas la réduire comme certains le diraient à « un appareil psychique ». Ce point de vue holistique est d’autant plus important que dans l’évolution de nos sociétés hypermodernes, l’accent est mis sur l’individualisme ; place paradoxale où le sujet est en mal de subjectivation et en difficulté avec ses liens autant intra qu’inter subjectifs. Nous avons souvent affaire à des individus qui oscillent entre l’expérience du vide interne et l’excès de sollicitations. Les inflexions pathologiques du narcissisme et de l’identité qui en découlent font que sur un autre registre, la préoccupation citoyenne devient très partielle. Cette désaffection de l’implication citoyenne est un problème central de notre époque, elle souligne la dérégulation des liens sociaux ; aussi le clinicien doit-il en conserver la vigilance, pour entendre l’atomisation de l’individu quand il se retire ainsi du monde et de lui-même. Cette forme de destructivité renvoie à ce qu’Olivier Douville développe dans de nombreux écrits comme « la mélancolisation du lien social »[2]

Plus généralement encore, nous vivons dans une société qui adhère dans sa majorité à un consensus valorisant le succès et la consommation, aussi la notion d’usager en particulier,     s’est-elle imposée peu à peu au rythme de l’emprise libérale sur les institutions et les pratiques, elle tire la personne qui vient consulter vers une position de consommateur. De plus en plus, certaines personnes viennent consommer du soin comme elles viendraient consommer autre chose, et du coup les offres de pseudo pratiques soignantes se font jour, faisant miroiter des rémissions des symptômes à court terme, sans chercher à savoir ce que le symptôme vient répéter dans la problématique globale de la personne. Un symptôme a cette particularité d’insister…Sur un autre plan, l’espoir ou le mythe « du zéro-souffrance » vient polluer la part nécessaire de la dimension tragique qui procède de toute existence. Le deuil et le travail psychique qui l’accompagne, n’est parfois plus vécu comme un processus normal, certes douloureux, mais peut faire l’objet d’interventions clôturantes qui dérobent au sujet, l’expérience de la confrontation au réel douloureux et aux affects que cela entraîne. (le deuil ne suffit plus, on se voit affubler d’un trouble de dépression majeure ou d’un PTSD : post-traumatic-stress-disorder). La notion de victime s’impose et fait coïncider alors le sujet, individu transformé en objet, avec un ensemble global soignable par la victimologie. Dans ces conditions on confond allègrement un événement traumatique avec le trauma, qui est un événement psychique, c’est-à-dire la manière dont un individu réagit selon son histoire à une situation éventuellement traumatique. En fait, on n’entend pas ce que les gens ont à  dire sur eux-mêmes. Cela revient encore une fois, à nier leur subjectivité.

Enfin, nous sommes de plus en plus confrontés à des usagers donc, qui forts des renseignements trouvés sur Internet sur les comportements et les symptômes qui les dérangent mais qu’ils entretiennent , viennent consulter en exhibant la documentation qu’ils ont choisie. Ils se présentent alors comme hyperactifs, bipolaires, sujets de TOC (troubles obsessionnels compulsifs) voire pré schizophrènes, coupant par la même dans un premier temps, la nécessaire confrontation de deux subjectivités, hors d’une organisation psychique modélisée ou pré-établie. Il nous faut veiller ainsi à entrer en relation avec une personne plutôt qu’avec sa pathologie ; l’objectif serait de mettre en valeur autant l’estime de soi du patient que sa volonté d’être révélé à lui-même. Plus tard, lorsqu’une thérapie sera engagée cela peut permettre au patient de signaler les bonnes choses qui lui arrivent. Si au contraire ; la thérapie n’est orientée que vers la pathologie, alors le patient pourrait croire que le clinicien ne veut entendre que des problèmes. Cependant, ce qu’il va falloir expérimenter dans les entrelacs des subjectivités, ce sont des zones de gris (ni noires, ni blanches) de flous partagés, de savoirs mis à l’épreuve, une praxis qui cherche à psycho dynamiser la clinique, c’est-à-dire à créer du lien et à vivre l’altérité.

Cette clinique-là implique une créativité sociale et institutionnelle, une inventivité relationnelle, des professionnels qui sachent se renouveler. Cela suppose toutefois de laisser à sa juste petite place, les lubies obsessionnelles de l’idéologie managériale (l’ex PMSI, programme médicalisé des systèmes d’information,et les nouvelles fredaines accréditeuses et certificatrices) qui chercheraient à protocoliser nos pratiques en les vidant de leurs assises relationnelles. Cette psychiatrie industrielle transforme le patient en objet et propose aux institutions de soins de fonctionner à flux tendu. Elle emprunte au monde industriel, à celui de la grande surface sa logique de régulation, de dérégulation en fait, en s’appuyant sur le tout économique (le tout financier précisément) et sur les nouvelles technologies appréhendées sans beaucoup de préoccupations éthiques, notamment dans ce qu’elles imposent de logique binaire. On pourrait nous faire croire que les individus et les rapports humains fonctionnent sur le modèle d’une machine animée qu’on pourrait programmer à loisir : il suffirait de connaître le bon code d’utilisation pour la faire agir comme on l’entend. C’est une manière de se défendre contre l’éventuelle prise de conscience des contenus psychiques sous-jacents aux conduites sociales. Il y aurait comme une nécessité de se défaire de la transmission psychique pour objectiver une sorte de transmission biologico cybernétique. Du coup on recourt au cerveau pour décrire les phénomènes observés. C’est un refus ou une opposition à la métapsychologie, sous-tendue par la psychanalyse. Tout devient intégré dans un schéma comportementaliste où les mots d’ordre seraient : inclusion, uniformisation, homogénéisation. C’est une position de pouvoir où « la technique » s’impose comme « un prêt à penser » pour dominer les représentations psychiques, c’est-à-dire l’affect et ses figurations, la création de l’inconnu et sa mise en formes nouvelles, suscitant éventuellement le conflit. Le principe de précaution qui a été introduit dans les protocoles de soins tente de plonger les soignants dans une défiance de principe face à l’inconnu et à la nouveauté. La notion « d’événement indésirable » nourrit le rêve de la maîtrise absolue tapie sous l’illusion du risque zéro. De ce fait, le pouvoir managérial instaure « un collectivement correct », totalisant, décontextualisé qui obère le travail de la culture en fonctionnant comme emprise et en mobilisant la suspicion à l’égard des cliniciens.  Remarquons que cette logique  s’appuie sur le noyau le plus archaïque de l’être humain, celui ou par crainte de la séparation, il s’agglutine pour ne pas se différencier, à un monde maternel tout puissant.

On l’aura compris, je pense, je revendique une pratique artisanale sinon bricolée, dans laquelle la pensée peut continuer à vagabonder, à errer. Il est intéressant à ce sujet de s’interroger sur la définition du mot bricolage, non pas tant  celle courante qui fait état d’un travail d’amateur peu soigné, ce qui nous éloignerait du professionnel, mais plutôt dans son acception anthropologique à la manière de Lévi-Strauss, qui évoque un travail dont la technique est improvisée, adaptée aux matériaux et aux circonstances. Je pourrai ce faisant rajouter une troisième définition, celle d’une expérimentation qui entraîne un résultat incertain et aléatoire, pour m’éloigner du sérieux et du scientifique chers aux professionnels qu’on voudrait instituer de nos jours.

En ce sens,    je suis plus à l’aise pour parler de ces lieux interstitiels, non institués ou peu institués, que j’anime ou je fréquente au même titre que d’autres collègues (psy et travailleurs sociaux) et où l’on entend immanquablement récriminations, inquiétudes, doutes sur la pertinence des actions menées ; un peu comme si, face à notre  surmoi pétri d’orthodoxie, ces lieux-là, représentaient une frange, une marge, une forme de dérive, d’illégitimité. Ce sont des lieux précaires mais précieux à la fois qui cherchent à accueillir les errances, les instabilités, les abandonismes, les vulnérabilités et leurs traumatismes éternellement irrésolus. Ce sont en fait des lieux de dépôt de la souffrance psychique et sociale. Leur modèle tient plus à la marginalité qu’à l’institutionnalisation d’un cadre précis et strict, encore faut-il alors que le cadre soit dans notre tête, pour tenter de promouvoir ce que Jacques Hochman  appelait «  une institution mentale ».

Sans doute aussi, comme chaque fois, des fragments de nos histoires personnelles sont-ils à l’œuvre dans le choix de ce type de clinique. L’usage que nous en faisons en transporte l’empreinte. Ainsi pour ma part, je porte l’empreinte du métissage,    permettez- moi cependant d’en garder la discrétion. Mais revenons au bricolage, celui dont je vous parle rappelle l’époque héroïque de cette psychiatrie communautaire, la psychiatrie de secteur, cette invention qui empruntait à Racamier « la psychanalyse sans divan »[3]. C’est bien évidemment une référence respectable qui m’a légitimé à la maintenir, parce qu’elle ouvre à une clinique (en grec : au chevet du patient), une clinique qu’on qualifierait rapidement de psychosociale (terme que je n’aime pas beaucoup car il aurait tendance à minimiser le psychisme en fait) mais une clinique en fait, qui s’intéresse à la manière dont l’individu se débat dans le social et la quotidienneté. Dans cette clinique, il est parfois urgent de contenir, d’endiguer le désespoir, le recueillir, ne pas le laisser dévorer le sujet. ; car celui-ci peut en mourir : de déchéance, d’auto exclusion, de participation active à sa destruction (cf. . les SDF…les sans-papiers, les demandeurs d’asile que j’évoquerai à la fin). Le bricolage, c’est d’abord « amarrer » l’individu à une position de sujet, sujet avec une   vie psychique minimale, c’est-à-dire l’aider à retrouver le goût de penser, « amarrer » à un lien social précaire, fragile qui lui servira de contrat narcissique supplétif, qui le reliera à l’ensemble narcissique humain. En d’autres termes « faire société » ensemble.

Cependant, ces situations banales que nous rencontrons dans nos dispositifs d’accueil puis de soins ne sont pas sans soulever des difficultés.Les travailleurs sociaux et les soignants sont en effet confrontés à des individus en état de grande détresse psychique, physique et sociale. Un mouvement spontané nous porte alors au secours de l’autre, c’est la sollicitude qu’il va falloir apprendre à tempérer. L’affect de sollicitude est au cœur de toute démarche soignante, et le processus psychique en œuvre dans son apparition est évidemment l’identification. Par empathie nous voilà donc à la place de l’autre, en train de vivre cette incapacité, ce manque, cette détresse. C’est le même mécanisme qui est à l’œuvre chez la mère attentive à la détresse de son bébé, ce qui la conduit à répondre de façon adéquate aux attentes de son enfant. Je vous passe les aléas de cette relation et le minimum de frustration nécessaire au développement du bébé, mais ce qui est important c’est l’identification à la détresse, à la souffrance de l’autre, c’est l’étape initiale, c’est en quelque sorte ce que nous prêtons à l’autre : notre sollicitude. Racamier avait ces mots tout simples : « un patient psychotique ne s’identifiera qu’à celui qui aura au préalable accepté de s’identifier à lui .  »[4](au-delà du patient psychotique, toute personne d’ailleurs). Toutefois cette attitude n’est pas anodine, car le besoin impérieux de venir en aide à l’autre, risque d’enclencher une succession d’attitudes dommageables pour la suite de la relation. En effet nous prenons le risque d’amener notre interlocuteur à un vécu humiliant d’impuissance qui réveille en lui  le vécu archaïque du nourrisson impotent et envahi par les pulsions envieuses envers la mère. Trop de sollicitude et le sujet se sent envahi, blessé dans son amour-propre, confronté à son incapacité à venir à son propre secours ; il peut alors disqualifier ses propres capacités, tout en se montrant envieux à notre égard et donc attaquant. Il nous faut donc tempérer cette sollicitude, c’est-à-dire  accepter de différer une réponse agie à leur détresse pour leur laisser le temps d’élaborer la leur (que nous soutiendrons). Leur solution peut ne pas nous convenir, mais il est assez remarquable que quand ça marche, les emprunts sont assez partagés, ce qui veut dire que l’identification a fonctionné dans les deux sens. Plus globalement, cela signifie pour le sujet que sa capacité à se venir en aide à lui-même est reconnue et soutenue par un autre être humain, qui accepte d’en payer le prix ; c’est-à-dire, ses affects d’inquiétude, les reproches de son surmoi et éventuellement ceux de ses collègues.

Remarquons cependant que l’impératif de sécurité, doublé de sa référence au droit[5], aujourd’hui dominant dans tous les secteurs de l’activité humaine, et la protocolisation des réponses qui neutralise les affects de sollicitude en les remplaçant par des éléments codifiés de réponse  sont les deux obstacles majeurs qui limitent la liberté intérieure de chaque soignant ou travailleur social, en ne favorisant guerre le libre exercice d’une authentique sollicitude tempérée.(la relation est transformée en procédure éventuelle). Aussi nous faut-il résister à ces nouvelles pratiques institutionnelles et soignantes qu’on voudrait nous imposer ; non pas tant parce qu’elles apportent des réponses codifiées mais surtout parce qu’elles privent le sujet d’exercer envers lui-même ses propres capacités de sollicitude, qui est un des éléments constitutifs de l’estime de soi. Le nouveau « sujet » ainsi promu sera un usager, consommateur de réponses stéréotypées, homogénéisées, typique en fait du talon d’Achille paradoxal du nouveau monde libéral, c’est-à-dire son aspect totalitaire. Voilà le sens actuel de l’histoire institutionnelle : l’institution totale !

Continuons donc à promouvoir des pratiques institutionnelles et soignantes où les processus fondamentaux d’identification à la communauté humaine continue à œuvrer. Quitte encore une fois à ce que le résultat ressemble à un bricolage, aléatoire, improvisé, finalement peu soigné. Ce bricolage est cependant exigeant, puisque à partir du moment où l’on n’est plus retranché derrière les protocoles et codifications, les personnes que nous rencontrons nous ressemblent comme des frères ; c’est-à-dire qu’elles suscitent en nous des identifications singulières ; à ceci près cependant, qu’il faudra aussi, comme Levinas nous y invitera, « à mettre provisoirement en veille la priorité du même »[6]. Il indiquait ainsi que la rencontre avec l’autre, le différent oblige à se donner du temps pour penser la relation, notamment dans ce qu’elle peut rappeler d’altérité à l’intérieur de chacun. Mais c’est bien à partir de notre éprouvé, dont j’ai rappelé les précautions d’usage, que le sujet va capter en lui-même ce que l’autre y a déposé, pour se le traduire, afin d’en restituer quelque chose à l’autre, en lui rendant « détoxiqué », et petit à petit une relation peut s’installer.

Je voudrais finir par une illustration concrète de ce que je viens d’exposer. Je travaille entre autres, dans un dispositif d’accueil et de consultations somatiques et psychologiques pour des personnes en situations très précaires, sans droits pour la plupart.(Médecins du Monde. Lyon).  Il y a là beaucoup de sans-papiers, des demandeurs d’asile qui n’ont que l’A.M.E (aide médicale d’état) voire des titulaires de la C.M.U (couverture médicale universelle) que des médecins récusent. Au même titre que mes collègues somaticiens et psychistes, j’essaye de leurs proposer un cadre régulier d’entretiens et de rencontres, afin d’établir une régularité qui peut permettre à la continuité psychique de s’installer et par la même de recouvrer une certaine estime de soi. Dans ce dispositif, pour des raisons qui tiennent à une partie de mon histoire professionnelle[7], on m’adresse prioritairement des personnes, demandeurs d’asile, victimes  principalement de conflits armés, de violences de guerre extrêmes (et en particulier des jeunes mères ou des futures mères).

À ce titre, je vais accueillir,  une jeune femme bosniaque de 23 ans, réfugiée depuis peu avec son mari et qui viennent de fuir la Bosnie, plus de 10 ans après les accords de Dayton (1996), ceux qui ont scellé une paix précaire en ex-Yougoslavie.Les raisons qu’elle donne à sa fuite sont les suivantes. Quelques mois auparavant, ils ont essayés de récupérer la maison familiale à cheval sur une ligne de séparation du conflit inter communautaire, et à cette occasion, alors que son mari est roué de coups et assommé, elle se fait violer par plusieurs individus dans une violence extrême et intentionnelle. Bien évidemment, elle connaît ses agresseurs, issus d’un voisinage hostile mais intouchable. La plainte qu’ils déposent est insuffisamment reçue ;ils sont menacés de représailles (nous sommes là encore dans les soubresauts de la purification ethnique où le narcissisme des petites différences coule à flots). Terrorisés, ils s’enfuient et rejoignent à Lyon, une sœur et sa famille, ayant obtenu l’asile précédemment. Enceinte de 4 mois à l’époque de l’agression, elle perd son bébé suite aux violences et quand elle vient me rencontrer, elle est de nouveau enceinte de 4 mois, mais sidérée, anéantie, empêchée de penser par la collusion des dates. Elle ne peut se déprendre de l’idée qu’elle va perdre son nouveau bébé, au summum d’une angoisse amplifiée par le rejet d’une première demande d’asile. Elle est menacée d’expulsion dans son pays d’origine. Autant vous dire, que même si j’ai un peu l’expérience de ces situations, elle m’inquiète excessivement. J’en arrive même à penser à une hospitalisation préventive afin de surveiller cette grossesse et prendre soin de son état psychique. Mais prenant en compte, finalement, le fait qu’elle a survécu à toutes ces épreuves et pour ne pas la disqualifier, je vais mettre en place un travail (« d’accouchement ») au plus près, avec l’aide de l’interprète, lui faisant accepter peu à peu des entretiens réguliers, réglés qui font appel à ses capacités de prendre soin d’elle-même. J’ai perçu par ailleurs qu’un transfert de type maternel pouvait s’installer avec l’interprète tout comme un transfert de type paternel avec moi-même. En d’autres termes une alliance thérapeutique était possible. Cependant, elle maintiendra chez moi, une ligne de tension d’inquiétude, alimentée par les fantasmes qu’elle exprime crûment d’une éventuelle pollution après-coup des violeurs sur ce nouveau bébé. En fait, elle est traversée par la pensée folle que le bébé pourrait être celui des agresseurs, pensée alimentée par les photos des échographies, où elle projette une ressemblance avec le visage d’un des agresseurs. Il est clair que les capacités de « détoxication » de cette jeune femme sont abrasées et empêchées. L’accouchement approchant, elle est de plus en plus angoissée ;je découvre à ses questions  qu’elle n’a pas bénéficié de cours d’accouchement, «  parce qu’elle ne les a pas demandés » me répond une sage-femme de la plus grande maternité hospitalière de Lyon, auprès de qui j’interviens relativement en colère. Entre temps, il y aura des séances assez extraordinaires, où l’interprète, femme d’expérience, va mimer, jouer pour sa jeune compatriote, un accouchement, avec un mode d’emploi assez détaillé, comprenant même la manière de respirer entre les contractions. J’avais parfois l’impression d’assister à des séquences de transfusion de compétences ; mais dans le jeu qui s’installera entre les deux femmes, ce qui me semblait s’opérer, était du registre d’une « symbolisation parlante » pour faire surgir « une symbolisation partagée ». Plus globalement, ce lien entre elles mobilisait des processus de « transmission d’humanisation ». Dans les derniers jours, rompant une fois de plus avec toutes mes protections orthodoxes, je vais même lui donner mon numéro de téléphone portable (demandant à l’interprète de faire de même) et nous communiquerons par SMS, dans un sabir mi-français, mi-anglais, parfois bosniaque, qui m’obligera à appeler l’interprète un dimanche. Elle accouchera, finalement en retard (je pensais : « elle le garde au chaud ou elle veut l’asphyxier ») au petit matin du jour d’une séance que nous devions avoir, et me téléphonera à l’heure dite de la séance alors que je l’attends.(nous étions convenu de ne rien dérogé au cadre, ne serait-ce que pour prévenir une éventuelle reconduite aux frontières). Vous conviendrez que c’est remarquable d’un processus thérapeutique, alors que le cadre était éminemment fragile et bricolé. Cependant, cette incidence positive a eu pour effet de désinhiber une fois de plus chez moi, le principe de précaution que certains responsables administratifs actuels tentent de nous faire appliquer.

Je suis donc allé la voir, avec un peu de retard, celui du temps pris pour me rendre à la maternité. Elle me le fit remarquer, comme je le lui reprochais souvent. Mais j’étais à la maternité, bien évidemment dans des conditions non protocolisées (en dehors des heures de visites, assez tôt le matin, et décidé à ne pas faire état de ma position de soignant au cas où je serais arrêté, pour deux raisons :l’une, afin de ne pas alerter faussement le personnel sur ce qu’il interprèterait par ma présence comme une éventuelle pathologie de cette jeune femme, l’autre, de ne pas être reconnu comme celui qui avait râlé pour les cours d’accouchement). Je me surprendrai moi-même à être rassuré par l’extrême ressemblance de cette petite fille avec son père, présent au chevet de sa femme puisque l’accouchement datait de quelques heures. Depuis, elle continue à venir me voir, toujours accompagnée du bébé, au sujet duquel elle me questionne parfois, quant à l’évolution normale de son développement.  Je dois ajouter que c’est le plus souvent dans l’observation de ce bébé, la qualité des échanges qu’il peut installer avec sa mère et moi-même dans les séances, que je peux évaluer le rétablissement psychique de cette jeune femme. Elle va finir par bénéficier d’un titre de séjour provisoire (à renouveler ponctuellement) pour raison médicale, au titre d’étranger malade. C’est évidemment mieux que rien ! Mais est-elle malade à proprement parler, ou de manière complexe est-elle plutôt en mal de « tiers protecteur » ?

C’est une histoire qui ressemble à d’autres que je connais, et que d’autres professionnels rencontrent probablement. Mais je vous l’ai livrée pour finir, parce qu’elle fait partie de nos histoires, de nos héritages, de nos temps institutionnels et soignants ;c’est une histoire comme d’autres où nous sortons de nos cadres institutionnels pour que quelque chose se transforme. En d’autres termes et au-delà des processus institutionnels quand ils sont défaillants, nous oeuvrons, je crois, à créer des conditions favorables au déploiement des capacités de subjectivation nécessaires à une recomposition du sujet gravement affecté. Je rappelle que la subjectivation passe par l’intersubjectivité. Or ce qui est affecté, et plus précisément dans ces situations de demandeurs d’asile, c’est la position constitutive pour chacun d’avoir besoin de l’autre, des autres, et en particulier d’avoir besoin d’un « tiers protecteur ». C’est cela qui va organiser des liens, qui vont produire de la confiance, et confirmer ou re confirmer le narcissisme. Plus précisément, le sujet re constitué trouve ou retrouve une place reconnue dans une société en tant qu’humain digne d’y appartenir. Reste que pour faire cela, il faut avoir un cadre mental, une institution mentale qui nous donne confiance, qui nous permet d’exercer cette sollicitude tempérée faite d’identification à l’autre et qui permet à l’autre de s’identifier à nous ; ce va et vient d’identifications croisées, si on veille à les maintenir, nous protège en fait de l’institution totale. L’héritage, c’est la durée et la transmission ;j’ai essayé de vous dire le mien :la psychiatrie communautaire, celle qui crée des structures d’hébergement et de soins alternatifs, la psychiatrie de secteur, quand elle promeut de vraies hospitalisations à domicile, et la psychanalyse sans divan. Nous nous livrons en fait à un travail de passeur.[8]

Mais enfin quand on s’interroge, comme moi aujourd’hui, somme toute à la fin d’une carrière sur l’histoire institutionnelle, c’est la première fois, je crois, où les institutions tutélaires et leur mode de management, essayent autant de nous imposer un mode de fonctionnement unique basé sur la logique financière de l’économique. Ce mode de fonctionnement se présente, qui plus est, comme anhistorique, en tentant de ne pas tenir compte de ce qui s’est passé auparavant. Je reste optimiste cependant ;car il reste toujours au cœur des hommes cette faculté d’inventer le monde, c’est-à-dire les institutions, celles qui garantissent qu’une vie humaine « suffisamment bonne » puisse durer.Ces institutions articulées entre elles, sont les pièces élémentaires de ce que l’on peut appeler la culture ou l’ordre symbolique. Elles disent tout à la fois, ce qu’est le monde et ce que sont les sujets qui l’habitent. Je crois qu’il est possible de penser, de soutenir, qu’un temps pourrait advenir où les institutions seront jugées à leur capacité de respecter la vie, à construire du « vivre ensemble ».

 

 




[1] Psychologue clinicien. Psychothérapeute à Santé mentale et communautés à Villeurbanne.  Membre de la consultation de Médecins du Monde à Lyon. Membre fondateur de l’association Appartenances. (Ex président). 

[2] Olivier Douville. « Pour introduire l’idée d’une mélancolisation du lien social », Cliniques méditerranéennes 1/2001 (n° 63), Eres

[3] Paul Claude Racamier.1970. La psychanalyse sans divan. Payot.

[4] Paul-Claude Racamier.1980. Les schizophrènes. Payot

[5] Les droits de la personne sont éloignés de la figure du citoyen parce qu’ils isolent l’individu de son groupe d’appartenance, en l’enfermant dans la subjectivité de ses droits égoïstes. Ces droits s’attachent alors plus à la singularité de l’individu qu’à. l’universalité des droits. C’est dans ce registre qu’on entend des usagers dire : « c’est mon droit ! »   L’individu singularisé, atomisé est renvoyé hors du débat politique, dans des droits à consonance privée, qui sont  concédés par des procédures sélectives, induisant des comportements de soumission, d’obéissance et de conformité.

[6] Emmanuel Levinas.1990. Humanisme de l’autre homme. Poche. Coll. »Biblio essais » n° 4058, Fata Morgana

[7] Francis Maqueda.1998. Carnets d’un Psy dans l’humanitaire. Paysages de l’autre. Eres. Prix Psychologie 1998.

[8] Francis Maqueda.2008. Rivages identitaires. Exercices de Passeur. Les éditions du journal des psychologues.

 

            

Share

> MANIFESTE POUR UNE PRATIQUE HUMANISTE AUPRES DES SUJETS DITS AUTISTES ET DE LEURS FAMILLES.

Le collectif des 39 soutien et invite à signer et partager ce manifeste.

Pétition Manifeste pour une pratique humaniste auprès des sujets dits autistes et de leur famille

Pour:Assemblée de la république, Premier Ministre, Haute Autorité de Santé





Nous, éducateurs, aides médico-psychologiques, cuisinières, secrétaires, assistantes sociales, pédagogues, orthophonistes, psychomotriciens, psychologues, psychiatres, psychothérapeutes, psychanalystes, directeurs, tous les autres professionnels des IME, IMPRO, ESAT, SESSAD, Hôpitaux de Jour, CATTP, CMP, CMPP, et autres structures, qui œuvrons auprès des enfants, des adolescents, des adultes qu’on nomme autistes, et de leurs familles, affirmons être fiers de tout le travail de soin, d’éducation, d’enseignement, d’accompagnement accompli dans la difficulté, le manque de moyen, et dans l’éthique d’un accueil au singulier, au cas par cas, de leurs souffrances et de leur joie. 
Nous n’avons pas à rougir, ni à nous cacher, d’avoir, depuis de nombreuses années, cherché à créer et expérimenter des dispositifs multiples, inter et pluridisciplinaires dans l’invention et l’innovation nécessaires pour tenter de répondre aux défis de la gravité, de l’énigme, de la difficulté à rencontrer et aider ceux qui expriment leurs subjectivités de manière si extrême et si déroutante. 
Cette action, nous l’avons développée de plus en plus en partenariat, voire en alliance, avec les familles, et toujours dans la dimension d’un réseau, pour trouver une continuité, une cohérence d’intervention et pour faire pièce à l’isolement lui aussi autistique. 
Nous nous sommes appuyés sur les orientations de la psychanalyse et/ou de la psychothérapie institutionnelle, à la fois comme éléments de pratique, de compréhension, pour favoriser aussi une pratique plurielle et à plusieurs, mais dans une volonté de recherches et d’interrogations les plus éloignées des dogmes ou des interprétations fermées. 
Nous nous réjouissons donc que l’autisme soit devenu une grande cause nationale pour permettre d’intensifier une prise en charge de qualité et des questionnements ouverts sur l’amélioration des structures et de leurs moyens et fonctionnement, pour constituer donc un nouveau tremplin vers le renforcement de nos capacités d’accueil et de travail. 
A ceux qui mal informés de nos pratiques actuelles, de la réalité de nos résultats éducatifs et thérapeutiques, souhaitent, dans un discours de déni ou de haine, nous interdire de continuer nos efforts et nos engagements au service des plus fragiles, des plus incompris et des plus rejetés, nous répondons qu’ils se trompent s’ils pensent avoir à leur disposition des solutions uniques et miraculeuses à partir de méthodes publicisées, standardisées et uniformes, que l’appui qu’ils veulent trouver dans des travaux scientifiques à l’assise provisoire est illusoire tant la complexité est de règle en la matière, et la modestie devant notre ignorance commune. 
Pour autant nous sommes prêts à débattre, à échanger, à nous saisir de nouvelles propositions d’éducation et de soins pour peu qu’elles s’inscrivent dans une éthique de respect de la personne humaine, du sujet humain dans ce qu’il a de plus vivant, loin d’être réduit à la somme de ses comportements, pour favoriser la prise de parole et d’autonomie de ceux qui nous font confiance et à qui nous faisons confiance pour qu’ils trouvent leurs propres voies d’épanouissement et de présence au monde.

 

Pour signer Cliquez pour une pratique…

Share

> lettre ouverte projet de loi Fasquelle

lettre ouverte projet de loi Fasquelle

Lettre ouverte à Monsieur Jean-Pierre Bel,

Président du Sénat,

 

Suite à la proposition de loi de Monsieur Daniel Fasquelle, nous vous demandons,par la présente,de bien vouloir saisir le Conseil Constitutionnel afin qu'il en examine le contenu et les conséquences sur les principes mêmes qui fondent notre démocratie.

En effet, nous pensons que cette proposition qui vise"l'arrêt des pratiques psychanalytiques dans l'accompagnement des personnes autistes" et prône"la généralisation des méthodes éducatives et comportementales" est une atteinte grave à la liberté des pratiques.

Nous sommes très inquiets de voir le législateur décréter ce qu'est la "bonne" science et  la "bonne" pratique thérapeutique.

L'argument statistique, mis en avant par la proposition de loi, est d'une grande fragilité.En ce domaine ,la statistique ne prouve pas grand chose et s'il est vrai que "depuis une vingtaine d'années les pays occidentaux ont abandonné l'approche psychanalytique de l'autisme" cela montre surtout une uniformisation peu rassurante de la pensée qui déborde largement les frontières.

Quant au débat sur l'origine de l'autisme, il a toutes les caractéristiques de l'impasse: quand bien même l'autisme serait- comme l'avance la proposition-" un trouble neuro-développemental" fraudrait-il pour autant priver un enfant autiste de trouver ses propres solutions?

Cette proposition de loi dissimule d'ailleurs l'essentiel :le manque criant et cruel, pour les enfants autistes et leur famille,de structures adaptées ainsi que de moyens humains.

Nous craignons, monsieur le président, que cette mise à l'index de la psychanalyse ne soit un des symptômes de la dérive de notre démocratie vers un prêt-à-penser qui la détruit de l'intérieur. 

Chantal Allier

Pour signer cette lettre : cliquez sur ce lien

 

Share

> "Accueillir la folie" : un réseau social pour tous ceux qui se sentent concernés par la psychiatrie !

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU RESEAU SOCIAL "ACCUEILLIR LA FOLIE"

Oui, nous avons créé un réseau social !

Parce que nous pensons qu'il est encore plus important désormais que le plus grand nombre de personnes concernées par la psychiatrie puissent échanger, partager, discuter, offrir, recevoir : patients, ex-patiens, citoyens concernés, militants des droits de l'homme, membres de familles de patients ou d'ex-patients , proches de patients ou d'ex patients, professionnels du secteur psychiatrique du soin ou de l'éducatif…

Ce réseau social permet de nombreuse choses. Chacun peut y créer son blog, des  groupes de discussion, participer à ceux des autres, offrir de la musique (et écouter celle des autres), des photos, des vidéos, en un mot : échanger.

 

 

Parce que la folie est aussi source d'inspiration et de création, parce que la psychiatrie concerne toute la société, parce que nous sommes entrés dans une époque sombre où le sécuritaire et l'enferment ont pris le pas sur l'accueil, l'échange, le partage, l'humain dans tout ce qu'il peut avoir de sensible, nous pensons que le réseau "Accueillir la folie" est un outil indispensable qui nous manquait.

Ce réseau peut permettre de rallier tous ceux qui veulent permettre de réformer la psychiatrie, défendre la psychothérapie institutionnelle, faire reconnaître les personnes en psychiatrie comme des citoyens à part entière, soutenir ou créer des initiatives permettant un véritable accueil de la folie dans la "cité".

 

 

Comme à l'époque de Gutemberg, nombreux sont ceux qui ont alors craint ce qu'allait engendrer la "révolution du livre" : ils avaient raison, le livre a changé l'humanité et continue à le faire, comme les outils numériques, eux aussi, aujourd'hui le font. A tous ceux qui pourraient croire que les outils de l'Internet comme un réseau social sont uniquement chronophages et aliénants, nous disons : le livre à ses débuts a reçu les mêmes critiques, regardez aujourd'hui le nombre d'heures que vous avez passées à les lire et les bénéfices humains que vous en avez retiré…

Rien ne s'oppose, tout se complète, le monde physique peut être investi beaucoup plus facilement aujourd'hui grâce aux rencontres d'hommes et de femmes sur des réseaux sociaux comme celui-ci, réseau qui nous appartient, à tous ceux qui veulent un autre accueil de la folie. Un réseau social est un espace de rencontres et d'échanges, il est aussi et avant tout un moyen d'aller plus facilement vers les autres, de faire connaître ce qu'il se fait, se dit dans le monde physique.

 

Le réseau social "Accueillir la folie" deviendra que ce que nous en ferons et le site  du collectif des 39 (que vous lisez en ce moment) restera bien entendu le point de publication centralisé du collectif des 39, mais qui deviendra peut-être à termes le collectif…des 109, des 1009 entre autres grâce au réseau social : plus nombreux  seront  ceux qui revendiqueront la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, moins l'homme aura de chances de disparaître…

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU RESEAU SOCIAL "ACCUEILLIR LA FOLIE"

Share

>Retour sur…. Les désobéissants en psychiatrie (France Culture)

 

 

Retour sur le Collectif des 39 par France Culture, avec Matthieu, Loriane, psychiatres et membres des 39

Les règles édictées pour le bien commun méritent parfois d’être contournées. Deux jeunes psychiatres révèlent quelques-unes de leurs techniques de survie en milieu psychiatrique. Retour sur leurs expériences deux mois après la mise en application de la loi du 5 juillet 2011 sur les soins sans consentement.

 

Reportage : Pauline Maucort

Réalisation : Viviane Noël

 

ECOUTER L'EMISSION

 

Thème(s) : InformationPsychiatrie

Share

>Lettre du Responsable médical de l’HAD & Responsable du pôle ambulatoire PASIA

Auch, le 2 août 2011 Cher(e)s collègues, 

J’ai l’honneur de vous informer que l’équipe d’Hospitalisation à Domicile, que je dirige, n’interviendra pas au domicile des patients dans le cadre des « programmes de soins » instaurés par la loi du 5 juillet 2011.En effet, cette disposition de « traitement forcé » à domicile, que nul garde-fou judiciaire ne vient encadrer, s’oppose à la déontologie médicale comme aux droits des patients, et plus largement aux libertés fondamentales : vie privée, inviolabilité du corps humain, liberté d’aller et venir, sûreté… Etant au service de l’individu comme de la santé publique, dans le respect d’une relation de confiance soumise au secret médical, et indépendants de l’administration qui nous emploie, il ne nous est éthiquement pas possible de cautionner une politique sécuritaire qui ne peut que persécuter davantage les patients, et aggraver par conséquent leur risque de décompensation et de passage à l’acte.

Je vous joins la déclaration d’entrée en résistance du 1er août, et un article du Monde qui étayent cette position s’inscrivant dans un mouvement national.Conformément à son projet médical, l’équipe d’HAD continuera à suivre chez eux les patients qui le nécessitent, avec leur accord, mais indépendamment de tout « programme » imposé par des considérations autres que strictement sanitaires. 

Par ailleurs, je ne manquerai pas de vous faire parvenir rapidement un courrier d’information syndicale sur les modalités de la résistance au dévoiement sécuritaire insensé de notre pratique professionnelle, contre lequel je n’ai cessé d’agir et de vous mettre en garde ces dernières années, mais qui s’aggrave encore aujourd’hui. Vous constaterez ainsi avec moi que la lutte non-violente, lorsqu’elle est légitime et déterminée, est tôt ou tard couronnée de succès.    

En vous remerciant de votre collaboration, et en vous assurant de ma parfaite disponibilité dans la période difficile qui s’annonce, je vous prie d’agréer, cher(e)s collègues, l’expression de mes salutations amicales et confraternelles.           

 Olivier LABOURET Responsable médical de l’HAD & Responsable du pôle ambulatoire PASIA

Share

>Lettre au directeur de l'EPSM de la Marne du Dr P.Chelma

 

 

Centre de Jour Antonin Artaud                                               Reims, le mercredi 10 août 2011

 40, rue de Talleyrand

      51100 REIMS 

 

 

Tél. : 03.26.40.01.23 

Fax : 03.26.77.93.14 

 

 

Monsieur le Directeur  de l’EPSM de la Marne                                                           

 

 

Copies : 

 

Madame Caroline BOUTILLIER 

Directeur Adjoint en charge des Affaires Générales, du secteur Médico-social et de la Communication

 

– Madame KREMER

Directeur  adjoint en charge des services   économiques, informatiques techniques,  et logistiques.

– Madame Patricia ROBERT

   Directeur des Soins

– Monsieur le Dr A.Rigaud,président de la CME

– Monsieur le Docteur E. Wargny, vice-président     de la CME

 

 

Pièce-jointe : la newsletter du groupe des 39 

 

Monsieur le directeur,

 

Suite à la mise en place au 1er août 2011 de la nouvelle loi psychiatrique, et comme je vous en avais informé oralement et par mail, l’équipe médicale du service 51ZR4 a pris un certain nombre de dispositions :

 

1 – lever le plus possible de mesure de « soins sans consentement » avant le 15ème jour sauf si ces mesures s’avéraient indispensables.

 

2 – Comme chacun le sait la plupart des HDT étaient justifiées par le besoin d’obtenir une place à l’hôpital et non principalement pour  des motifs médicaux ; et la mise en place de prises en charge relationnelles permet d’obtenir le plus souvent le consentement du patient.

 

3 – Eviter le plus possible les visites au tribunal chez le JLD sauf pour les patients qui le demandent ou qui seraient maintenus « arbitrairement » en HO par le préfet. Cette parodie de justice nous paraît  désastreuse ( et c’est aussi d’ailleurs l’avis des syndicats de magistrats).

 

4 – Eviter le plus possible la mise en place de « programmes de soins ambulatoires sans consentement », mesure qui nous paraît contraire à notre éthique et qui implique une supervision des soins par le préfet.

 

5 – Il s’avère que dans notre service il ne reste que 2 HO judiciaires à l’heure actuelle (même si on ne peut pas préjuger de l’avenir) alors que d’autres services rémois comportent  15 patients en soins sans consentement, ceci alors que les soins libres devraient rester la règle et non l’exception. 

 

Nous estimons que chaque service mène la politique de soins qu’il entend, et en porte la responsabilité. Mais dans ce cas, il est important qu’il l’assume lui-même, et donc que les médecins de ces services fassent les certificats, et que les infirmiers assurent les accompagnements. Il nous parait aberrant de « mutualiser la contrainte », alors que des manières différentes de travailler sont possibles et relèvent de la responsabilité de chaque équipe médicale et soignante.

 

J’insiste aussi sur le fait que les dispositions que nous prenons correspondent à des mots d’ordre nationaux du groupe des 39, de l’Union Syndicale de la Psychiatrie et de la plupart des organisations démocratiques.

 

Il s’agit de construire une résistance à cette loi -sans pour autant rentrer dans l’illégalité-  en engageant en même temps la campagne pour son abrogation.    

  

 

  Dr Patrick CHEMLA

Pour l’équipe médicale du service 51zr4

Share