Archives de catégorie : Evénements

LES MOTS DU 2 MAI 21 !

RASSEMBLEMENT : Plus de 700 personnes de toute la France, « in vivo » et « en visio », ont répondu à l’appel des 3 collectifs (Appel des appels, Collectif des 39, Printemps de la psychiatrie) pour participer – en tant que soignants, patients ou familles – à l’expression de premières réactions, idées et propositions d’action face au défi lancé par les technocrates aux psychologues et aux soins psychiques des enfants.

COLLECTE DE SOUTIEN : https://www.helloasso.com/associations/quelle-hospitalite-pour-la-folie/collectes/collecte-suite-au-rassemblement-des-praticiens-du-soin-psychique-du-2-mai-2021

INTERVENTIONS :

Continuer la lecture de LES MOTS DU 2 MAI 21 !
Share

Semaines de la Folie Ordinaire franciliennes 2018

 

PROGRAMME DU 12 au 25 MARS 2018       sdlfo-depliant

EXPOSITIONS: 

Du 12 au 23 mars , du lundi au vendredi de 9h à 18h sauf mardi de 11h à 18h :

Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse – Bibliothèque Universitaire (BU)                                                                                                                   ZYPLOX

Du 15 au 23 mars , du lundi au vendredi de 10h à 17h :

Université Paris 13-Campus de Bobigny – Foyer de l’Illustration            Exposition collective de plusieurs GEM de Seine Saint-Denis

Du 19 au 25 mars :

A La Parole Errante: Exposition collective :                                                     Ollié Romain, Lou Le Cabellec, Christian Sabron, Laurence Renaud, Les Ateliers du Non-Faire, Le groupe photo d’Artaud,        Gemmeurs Product et quelques autres…

Informations    www.sdlfoparis2018.wordpress.com

Relations presse :  Fred (pour Humapsy) tel : 06 17 50 03 14             Mail : humapsy@mailoo.org

Share

Anniversaire des Ceméa

80 ans des Cemea

La rencontre avec la psychiatrie, une aventure qui dure !

Comment un mouvement de recherche pédagogique d’Education Nouvelle né en 1937 et dont la tâche première a été d’inventer la formation des moniteurs de colonies de vacances, s’est retrouvé sollicité par des médecins psychiatres pour réfléchir à la formation des infirmiers d’hôpitaux psychiatriques?

50000 malades mentaux meurent de faim dans les asiles psychiatriques au sortir de la guerre. Sauf à l’hôpital de Saint-Alban en Lozère qui ouvre ses portes sur l’initiative des psychiatres F. Tosquelles et L. Bonnafé. C’est dans ce contexte que dès 1946, à peine près de dix ans après la création des Cemea, une première rencontre entre Germaine Le Guillant membre de la première équipe permanente des Cemea à Paris et Georges Daumezon, psychiatre, médecin-chef à l’hôpital de Fleury les Aubrais près d’Orléans se fait. Quelques temps après Georges Daumezon et Louis Le Guillant, psychiatre à Paris, proposent à Germaine de réfléchir à une action des Cemea pour  former les personnels: « Ce dont nous avons besoin, c’est que vous donniez aux infirmiers les outils qui leur permettront d’établir un dialogue avec le malade ». Continuer la lecture de Anniversaire des Ceméa

Share

Les 39 à Jazz in Marciac le 4 août 2016

bird

 

Quelle Hospitalité pour la folie ? Collectif des 39

Avec La Ligue de l’Enseignement du Gers

Jeudi 4 août 2016 à 14h30.

Projection – Débat autour du film de Cécile Philippin

VIVRE EN VILLE

« Comment se loger, travailler, se soigner, s’épanouir, lorsque l’on vit en ville avec une souffrance psychique ? A l’écoute des témoignages singuliers d’une quinzaine de personnes soignées en psychiatrie, le film « Vivre en ville » dessine un état des lieux intime et concret du soin hors de l’hôpital et des enjeux du vivre ensemble. »

Le débat sera animé par Catherine Garlin, psychiatre, membre de l’association « Vivre en ville », Patrick Estrade, infirmier de secteur, membre des PsyCauses, et Paul Machto, psychiatre, du Collectif des 39 « Quelle hospitalité pour la folie ? ». Continuer la lecture de Les 39 à Jazz in Marciac le 4 août 2016

Share

> Regards croisés sur nos pratiques – Montfavet 18 et 19 mars 2016

Regards croisés sur nos pratiques – Montfavet 18 et 19 mars 2016

Partenariat Le Point de Capiton, l’ECRPF et le Collectif des 39.

 Journées du Point de Capiton – Conférences, Tables rondes et film.   (Hôpital de Montfavet, Salle de spectacle et bureau des entrées)

 « Regards croisés sur nos pratiques »

Croiser les regards c’est aller au-delà de soi-même, c’est chercher à dialoguer pour inventer.

Car la pratique clinique s’invente au quotidien, ou elle n’est pas. Ainsi, il s’agira au long de ces deux journées d’interroger nos pratiques à l’aune de la clinique, que ces pratiques aient pour lieu d’exercice l’hôpital, un cabinet de ville ou un lieu culturel dans la Cité. C’est pourquoi depuis deux années maintenant nous accueillons des praticiens et aussi des patients avec leurs expériences et leurs réflexions afin de leur permettre de débattre autant sur ce qui les enthousiasme que sur ce qui les scandalise.

Le mot scandale évoque l’objet placé en travers du chemin et qui fait trébucher. Tel est le point commun entre professionnels et ceux qu’ici je nommerai des patientscitoyens : ce point d’humanité qui est aussi point d’incertitude. C’est à partir de ce point d’incertitude, et avec bienveillance, que nous voulons interroger ensemble l’ouverture ou la fermeture des portes, mais aussi celles des esprits et la façon de répondre aux protocoles, Continuer la lecture de > Regards croisés sur nos pratiques – Montfavet 18 et 19 mars 2016

Share

« ON NE PEUT PAS PARLER D’AMOUR DANS UNE LANGUE MORTE »

1528542_10153909116119468_1006721108332928370_n

 

« ON NE PEUT PAS PARLER D’AMOUR DANS UNE LANGUE MORTE »

Psychose, transfert et institution

Prochaine rencontre

Vendredi 5 février 2016 – Mairie de Magrin (81) 19h 30        
Avec la participation de Patrick Faugeras, psychanalyste   

« Je ne me souviens pas de mon avenir » dit-elle, avant de se reprendre et de corriger avec, à la fois, lassitude et empressement : « heu…de mon passé. » Du bout des doigts, elle effleure légèrement soucieuse le bord de ses lèvres comme pour retenir les mots qu’une bouche indisciplinée peine à contraindre…

…Vacarme ou bruissement, un fond chiné de mots d’ordre, double et accompagne ses gestes quotidiens, les commente ou les déprécie, la juge et la condamne.                                                                                                                  De multiples voix, aigües et menaçantes, blessent, dès sa naissance, la moindre pensée, suspendent le plus léger mouvement qu’aucune nécessité n’exige, annulent la promesse du plus modeste des plaisirs. Continuer la lecture de « ON NE PEUT PAS PARLER D’AMOUR DANS UNE LANGUE MORTE »

Share

> Journées de Psychothérapie Institutionnelle – AMPI 2015

Tosq

 

AMPI 2015

XXIX èmes

Journées de Psychothérapie Institutionnelle

9 & 10 OCTOBRE 2015

MARSEILLE

L’UN est l’AUTRE

Altérité et soins

Curieuse place que celle laissée à l’Autre dans notre société du 21ème siècle !

Cause du « déclin national » quand il prend le visage de l’étranger, il est cause de tous nos malheurs dans la vie quotidienne, travail compris.

Toujours l’Autre fautif.

Comment sommes-nous passés de l’Altérité fondatrice du Sujet de LEVINAS, du « Je est un Autre » de Arthur RIMBAUD…à cet autre forcément dangereux, hostile dont il faut se méfier ?

Mais alors qu’en est-il de l’Identité tributaire de l’Altérité et qui ne peut se développer que par rapport à Autrui ?

Que devient la personne malade dans cette évolution de la perception de l’Autre ?

Quelle place pour cet Autre dans un protocole où il n’a rien à dire ?

Quelle place pour cet Autre attaché en « cellule » re-baptisée pudiquement CSI, chambre de soins intensifs ?

Salutaire ouvrage donc que celui de P. COUPECHOUX, « Un homme comme vous », nous rappelant notre fondamentale fraternité en humanité avec le fou.

L’humanité du fou disparaît dans l’objectivation moderne de la maladie mentale.

L’humanité du soignant disparaît dans l’exécution robotisée de tâches prescrites et codifiées dans le rôle propre du statut.

Mais l’humain résiste !

Les outils du mouvement de psychothérapie institutionnelle sont là pour re-penser le souci de l’Autre, pour réhabiliter l’Altérité…

L’Autre au centre du dispositif de soin permettra rencontre, dispute professionnelle, construction de l’hétérogène, création d’une équipe, voire d’un collectif… les conditions basales des soins aux personnes malades.

Venez donc nous rencontrer et vous disputer avec ces autres qui vous attendent

avec plaisir à Marseille…

 

Cité des Associations

93 La Canebière – 13001 Marseille

Métro Noailles (ligne 2)

Places limitées pas d’inscription le jour-même

Renseignements : AMPI Secteur 13 – Tél : 04 91 96 99 93 – alain.abrieu@ch-edouard-toulouse.fr

Chèque à l’ordre des : CEMÉA-PACA à adresser : CEMÉA-PACA – 47 rue Neuve Sainte Catherine -13007 Marseille

Tél : 04 91 54 25 36 – mcristiani@cemea-paca.org

Share

COLLOQUE AU SENAT 9/09/2015

Il n’y a pas de places pour cet après-midi. C’est une rencontre pour s’adresser aux sénateurs et parlementaires dans le cadre de la loi qui est discutée. Ce n’est pas un meeting.  Nous rendrons compte au plus vite et des textes des interventions seront mis sur le site , vous pourrez ainsi en prendre connaissance.

COLLOQUE AU SENAT –  » 39 ALERTE » 

Salle Gaston Monnerville,  Mercredi 9 septembre 2015

 organisé par Le Collectif des 39, en collaboration avec l’association HUMAPSY et le Collectif LE FIL CONDUCTEUR, sous le parrainage de Madame Aline ARCHIMBAUD, Sénatrice de Seine Saint Denis.

Programme : Continuer la lecture de COLLOQUE AU SENAT 9/09/2015

Share

Quel avenir pour la psychiatrie ? – Samedi 17 mai 2014 – 9h00/12h30 à Reims

Forum citoyen des 39, animé par Patrick Chemla

Le forum citoyen des 39 se tient à Reims, à l’occasion des 14 èmes Rencontres de la Criée. Ouvert et libre d’accès pour tous, il est distinct des journées de formation et permet une ouverture et un débat public sur la situation de la psychiatrie et sur son avenir.

Ouverture par Adeline Hazan, Maire de Reims, sous réserve.

Philippe Bichon, psychiatre, collectif des 39, et Le fil conducteur
Christine Chaise, UNAFAM Reims
Mireille Battut, présidente de « La Main à l’Oreille »
Serge Klopp, cadre de santé, collectif des 39
Humapsy, Association de patients suivis en psychiatrie
Patrick Landman, psychiatre et psychanalyste, initiateur de l’appel « STOP DSM »
Thierry Delcourt, psychiatre et psychanalyste, vice président du Syndicat National des Psychiatres Privés.

Programme de la XIVème édition de LA CRIEE
Programme de la XIVème édition de LA CRIEE

Share

> Gaetano Benedetti

Gaetano Benedetti vient de mourir et sera enterré à Bâle le 13 décembre

Pour ceux qui ne le connaitraient pas, son œuvre importante se trouve traduite par Patrick Faugeras et publiée aux Ed ERES.
Bien sur “La mort dans l’âme” qui l’a fait connaitre en France, et aussi un très bon entretien avec Patrick Faugeras “Rencontre avec G.Benedetti” (ed ERES) qui est une excellente introduction à son œuvre.
Il a été une source d’inspiration pour nombre de thérapeutes de psychotiques, et en particulier Françoise Davoine et Jean Max Gaudillière qui en parlent abondamment dans leurs ouvrages.
Il nous laisse ses livres et son expérience à transmettre.
En hommage à Gaetano Benedetti nous publions, avec son accord, un texte de Patrick Faugeras qui constitue la préface d’un livre à paraitre chez ERES : “Entretiens sur la schizophrénie”.
Ce texte a le mérite de situer très précisément les enjeux de l’œuvre au regard du traitement de la psychose, mais aussi d’une ouverture à l’ensemble du champ psychopathologique à partir des découvertes provenant du transfert psychotique.
Patrick Chemla.

Préface
Lorsque Gaetano Benedetti quitte la clinique universitaire psychiatrique de Zurich, demeurée célèbre dans l’histoire de la psychiatrie sous le nom de clinique du Burghölzli, celle-ci bruisse encore des noms et propos des psychiatres qui, à des titres divers, y ont exercé ou y exercent encore leur talent. Continuer la lecture de > Gaetano Benedetti

Share

> COMMENT SORTIR DE LA TOUR DE BABEL ? DE L’ART ET LA MANIERE D’ETRE POLYGLOTTE EN PSYCHIATRIE

VIIIème rencontre de Maison Blanche
« à propos de la psychothérapie institutionnelle d’hier à aujourd’hui.»

E.P.S. Maison Blanche – Salle Van Gogh
6-10 rue Pierre Bayle – 75020 Paris
Métro Philippe Auguste

Vendredi 13 décembre 2013
Le mythe de la Tour de Babel peut parfois illustrer le vécu de soignants ne sachant plus quelle langue utiliser pour se faire entendre ou comment traduire les enjeux de leur clinique dans le lexique référé aujourd’hui en psychiatrie.
Quelle langue nous faudrait-il apprendre ? Et surtout qu’y gagnerai-t-on vraiment au regard de tout ce qu’elle ne traduira jamais ?
Car si nous pouvons retrouver ça et là les bribes de ce désir fou qu’eurent nos ancêtres mythiques de vouloir égaler Dieu, unis et forts d’une même langue, peut-être d’une même lecture du monde, l’histoire nous rappelle que sa réponse (celle de Dieu), certains dirent son châtiment, furent de nous obliger à Le chercher en l’autre. Dispersé sur la terre, divisé en mille langues, condamné à ne plus jamais se retrouver semblable, mais « forcé » de s’arracher à notre langue maternelle pour entendre l’Autre, autre, étranger, dans son humanité.
Si donc ce désir de recréer une langue commune universelle peut paraître louable, elle porte toujours en elle le risque de nier l’altérité en soi.
Mais alors de quoi s’agit-il en psychiatrie ? De quoi cela nous parle ? Peut-être d’une disponibilité pour entendre la singularité de « lalangue « de chacun, de sa lecture du monde et de sa jouissance. Peut-être aussi de supporter le pluriel, la conflictualité de nos équipes à l’image de nos instances (et objets) intrapsychiques et de ceux que l’on soigne, en évitant autant que faire ce peut, le clivage.
Respecter la spécificité des diverses disciplines, leurs enjeux, la subtilité de leur théorie. Entendre et se faire comprendre de l’autre, médecin, administratif, infirmier d’état ou psychiatrique, ergothérapeute, éducateur, psychologue, psychanalyste ou cognitivo-comportementaliste… Tel est l’enjeu du travail ensemble autour d’un seul et même objectif : celui de prendre soin des malades en souffrance psychique.
Quelle traduction possible des enjeux thérapeutiques aux enjeux administratifs et économiques ?
Qu’est-ce qu’une équipe soignante ou pluridisciplinaire ? Quel échange encore possible et quels outils de transmission ? D’une génération à l’autre de soignants que reste-t-il de commun à leurs formations et leurs pratiques?
Traduire et écrire, chaque langage sa saisi, de l’informatique au poétique, chaque discipline sa lecture et son écho pour ce qui est dit. Traduire et interpréter n’est-ce pas le propre de nos métiers ?
S. Benchelah
Présidente de l’ASCMB

9h Accueil des participants
9H15 Ouverture de la journée par Mme SALEM (Directrice des Soins Infirmiers)
Dr Annie MSELLATI (Présidente de la CME, médecin- chef du 23èsecteur)
Mme Selma BENCHELAH (Présidente de l’ASCMB, Psychologue sur le 7ème secteur)

MATIN
Modératrice : Selma BENCHELAH Discutant : Dr C. FROMENTIN (psychiatre 7ème sect.) 9h30 : Georges ARCHAMBAULT (Psychiatre, 22ème sect.) et Eléonore ERRAACH (Psychologue 24è sect.) : « A propos du mythe de la tour de Babel. »

10h15 : Monique ZERBIB (Psychologue 26è et 28è sect. Intervenante en IFSI) :
« à propos de la formation infirmière »
Monique OSTERMEYER (ISP au CATTP Les Cariatides, 6ème sect.) :
« La transmission en psychiatrie : terrain vague. »

11h Pause

11h15 : Equipe de l’ASCMB : « Cortexte : nouvel outil de communication ? »

12h : Aurélie TESSIER (Educatrice spécialisée. Maison relais Navarin 7ème sect.) :
« Différences entre prise en charge et prise en compte de la personne »
Elisabeth BELLANGER (Infirmière à l’HDJ du 7è secteur) :
« ISP : étranger dans son propre pays »

De 12h45 à 14h Pause Déjeuner

APRES-MIDI
Modératrice : Catherine RIFAULT (ISP, 7ème sect.) Discutant : Dr A. KLEIN (Psychiatre, 7ème sect.)
14h : Dr Brigitte OUHAYOUN (Psychiatre 23ème sect. foyer la chapelle) :
« Des mots justes pour agir »

14h45 : Patrick FAUGERAS (Psychanalyste à Alès, Gard) :
“La langue est plus pensante que nous-même  »

15h30 : Axel GAUTHIER (Psychologue au foyer La Métairie, 27ème sect.) :
« Entre asiatiques, on peut se comprendre » (la langue en terre schizophrène)

16h15 : PAUSE

16h30 : Collectif HUMAPSY
17h : Collectif des 39

Inscriptions :
Service Formation Continue : 01 49 44 40 36
formcont@ch-maison-blanche.fr

Share

ASSISES CITOYENNES pour l’hospitalité en psychiatrie et dans le médico-social, les 31 mai et 1er juin 2013 à Villejuif

Nous attendons du nouveau Gouvernement, une refondation de la psychiatrie respectueuse des principes républicains et de l’éthique soignante.

Depuis des années, une succession de lois (Plan Juppé, HPST, 5 juillet 2011…) ont attaqué la possibilité du soin psychique, aussi bien en psychiatrie que dans le médico-social. Il en est de même de la relation éducative dans un contexte de cette nature. Ce qui est vécu douloureusement par les soignants, mais aussi par les patients et leurs familles.

La prise en charge relationnelle singulière est remise en cause au profit d’un formatage imposé par l’obligation de se plier à des protocoles élaborés par les « experts » de l’HAS et autres cellules qualités. L’HAS allant jusqu’à vouloir interdire la référence à la Psychothérapie Institutionnelle, alors que c’est de ce mouvement, dans sa diversité, que sont nés le Secteur et les formations de l’éducation spécialisée.

Nous appelons donc à des Assises citoyennes basées sur les témoignages et les expériences de terrain dans les collectifs de soin et les structures médico-sociales pour construire ensemble des propositions de refondation de la psychiatrie et du médico-social inscrites dans une relance et une réinvention de la politique de secteur, dans ses liens avec la psychiatrie privée et l’ensemble des acteurs de la vie sociale.

Ces assises se tiendront les 31 mai et 1er juin 2013.
Espace Congrés les Esselières – 94800 Villejuif
Métro Léo Lagrange (ligne 7)

Demandez le programme : Programme des ASSISES CITOYENNES pour l’hospitalité en psychiatrie et dans le médico-social

Fiche d’inscription : Fiche d’inscription aux Assises citoyennes

Share

> "Intervention d'Hervé Bokobza au séminaire d'Asnières"

Le Docteur Hervé BOKOBZA interviendra dans le séminaire du secteur d'Asnières-sur-seine :

 

 

 

Le mardi 22 janvier de 10h à 12h30.

 

          Ce psychiatre a été formé à la psychiatrie à l'hôpital de Moisselles, dans lequel il est arrivé comme externe en 1972. Par la suite, il est devenu médecin directeur de la clinique de psychothérapie institutionnelle de Saint-Martin de Vignogoul.

         Hervé Bokobza a été président des états généraux de la psychiatrie en 2003. Il est l'un des fondateurs du collectif des 39 et reste actuellement parmi ses membres les plus actifs. Il est également psychodramatiste.

 

          Son intervention qui se situera au croisement de l'histoire de la psychiatrie et des concepts issus de la psychothérapie institutionnelle sera suivi d'un débat animé par le Docteur Thierry NAJMAN.

 

 

 

 

LIEU:  HÔPITAL DE JOUR Sandor FERENCZI

35, rue Robert Dupont  – 92600 ASNIERES-SUR-SEINE

 

 

Inscription obligatoire et gratuite auprès de Virginie PRIEUR

TEL: 01.41.32.24.35

Share

> De l'Inutile, de l'ambiance et des entours


 

 

DE L’INUTILE, DE L’AMBIANCE ET DES ENTOURS

 

Intervention du Dr Hervé Bokobza*

 

Vendredi 25 Janvier 2013 à 20H Mairie de Magrin (81)

 

 

Tout ces petits riens, ces trois fois rien, ces pas grands choses, ces petites attentions, ces je ne sais quoi, ces petits pas, ne constituent ils pas au final le soin en psychiatrie ?

N’est ce pas là « la moindre des choses » comme si bien défini par Jean OURY.

Ne faut-il pas plus encore construire ou reconstruire ces brefs instants pour continuer à prendre soin ?

C’est sur nous ne serons plus alors dans les nomenclatures officielles, les classifications, la certification, ni dans les prises en charge certifiées conformes ou dans les preuves biologico-scientifiques.

Il faudra nous aventurer dans l’humain, la compréhension, l’écoute, l’analyse, la singularité.

Nous pensons qu’il est encore possible à l’heure actuelle de travailler les milieux de soin pour créer des espaces de confiance avec les équipes, les patients et leur famille.

Ne passons pas à coté de ces petits riens, maintenons contre vents et marées une certaine ambiance.                                                                                                              

L’inutile, en apparence, ne serait il pas finalement le plus utile ?

* Hervé BOKOBZA, Psychiatre, Psychanalyste, ancien  médecin directeur de la Clinique Psychothérapique St Martin de Vignogoul.

 Entrée libre

Ps : Pour maintenir une certaine ambiance et prolonger notre soirée « inutile »… en apparence, il sera utile que tu apportes un petit quelque chose… à boire ou à manger !

 

  Mail : lespsycausent@gmail.com  Site : http://lespsy-causent.over-blog.fr/    

Share

> La loi HPST : oubli de l’éthique ?

La loi HPST : oubli de l’éthique ?

 

« La loi est un projet d’organisation sanitaire et non de financement. A terme, elle doit permettre de mettre en place une offre de soins graduée de qualité, accessible à tous, satisfaisant à l’ensemble des besoins de santé »

En dépit de cette affirmation dans son préambule de présentation, la loi HPST, de part sa conformité aux directives européennes, aux impératifs du système économique dominant permet-elle aux acteurs du secteur médico-social d’exercer leurs missions dans le respect de leur éthique ?

Cette question, essentielle, se doit d’être posée notamment aux associations à but non lucratif qui oeuvrent au service des personnes en situation de handicap et des personnes âgées.

Restrictions financières, convergence tarifaire, Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens, évaluation, démarche « qualité », protocoles, et à brève échéance, marchandisation, sont autant d’éléments qui conduiront les associations, si elles ne réagissent pas, à passer du rôle de concepteur à celui de prestataire de services.

A défaut…QUID DE L’ETHIQUE ?

Journée d’échanges et de réflexion le jeudi 24 janvier 2013 – 9h à 18h – à l’Université Evry Val d’Essonne.

Renseignements : D Naels 06 71 03 95 37 – dominique.naels@gmail.com

DEROULEMENT DE LA JOURNEE

 

 9h00 : Ouverture par le Président de l’Université d’Evry et Jérome Gudej, Député, Président du Conseil général de l’Essonne

9h30 Bernard TEPER, membre du Haut Conseil de la Famille :

« Un recul critique sur la loi »

 

11h00 Thierry NAJMAN, Psychiatre des Hôpitaux, chef de pôle à l’hôpital de Moisselles :

« La qualité, nouvelle religion de la société néolibérale ? »

 

12h45/14h30 Pause déjeuner

 

14h30 Philippe NASZALYI et Daniel BACHET, professeurs à l’Université d’Evry :

« La santé, une valeur… marchande »

16h00 Roger FERRERI, Psychiatre, chef du service de psychiatrie infanto-juvénile de l’Essonne :

« Des ordonnances Juppé à la loi Bachelot »

Share

> VIèmes Rencontres de Maison Blanche … » «à propos de la psychothérapie institutionnelle d’hier à aujourd’hui»

Le secteur aujourd’hui : où ? Quand ? Comment ?

 

 

Du découpage au partage.

 

 

Plus d’un demi-siècle après la circulaire qui légitima sa conception et bien d’autres textes de lois qui l’ont suivi, qu’est devenu le secteur aujourd’hui dans l’organisation de la psychiatrie ? Que signifie-t-il encore pour les soignants ? 

Créé pour en finir avec les pratiques asilaires et promouvoir la psychiatrie « hors les murs » sur et pour un même ensemble géographique et démographique autour d’une même équipe intra et extrahospitalière, le secteur voulait rapprocher le patient de sa famille et le réintégrer autant que possible dans la cité. 

Soit, le secteur a fait ses preuves. Mais, à l’heure des programmes de soins à domicile, que reste-t-il de la part de transfert et de symbolique dans la conception du soin en psychiatrie ?

Le secteur peut-il être réduit à une conception uniquement cartographique ? Résonne-t-il comme un modèle désuet ? Ou figure-t-il un idéal impossible à atteindre mais dont on entretient passivement la nostalgie ? Ou encore fonctionne-t-il comme un mythe dont on ne cesse de s’inspirer pour nourrir sa pratique et tenter de pallier les trous qui jalonnent l’existence des patients que l’on accompagne d’un port à l’autre ?

D’île en île, de l’intra au foyer postcure, du dispensaire au CATTP ou à l’hôpital de jour, les passages semblent parfois aussi vertigineux pour les soignants que pour les patients, semés d’angoisses, de déconstructions, de pertes de préjugés ou d’illusions avant que l’on puisse créer autrement, dans un autre lieu, à une place différente au sein d’une nouvelle équipe… 

Cette journée sera l’occasion de donner la parole aux soignants autour de ces questions :

Que peuvent apporter des expériences de temps partagés ou de création d’ateliers en intra ?

Le secteur comprend différents lieux mais aussi différents acteurs s’enrichissant de nombreuses approches thérapeutiques, qui échappent souvent aux autres fonctions, en dépit de temps de réunions cliniques ou institutionnelles. Car au delà des rôles, statuts et fonctions, les places sont parfois difficiles à trouver ou à se faire… 

Que peut-on alors espérer d’espaces entre-deux où une autre écoute et une autre parole sont possibles  le temps d’une séance d’analyse de pratiques ou d’un club thérapeutique ?

Le secteur, n’est-ce pas encore créer dans chaque lieu des collaborations singulières avec les acteurs de la cité pour accueillir et intégrer au mieux les patients dans les politiques municipales ?

 

Le secteur et ses limites d’accueil : qu’en est-il ailleurs en Europe, là où justement nombre de nos usagers trouvent une terre d’asile ?

Selma Benchelah.

Présidente de l'association scientifique et culturelle de Maison Blanche.

 

 

 

6/10 rue Pierre Bayle

75020 Paris

métro Philippe Auguste

Inscriptions :

service Formation Continue

formcont@ch-maison-blanche.fr

01 49 44 40 36
Contact : selmabenchelah@free.fr
  

PROGRAMME

 

9h00 – Accueil des participants

 

9h15 – Ouverture de la journée : Nicole Pruniaux, directrice de l’EPS Maison Blanche

            et Dr Annie Msellati, présidente de la CME, chef de pôle 23ème secteur

          – Présentation : Selma Benchelah, présidente de l’ASCMB

       

Modératrice : Selma Benchelah, présidente de l’ASCMB

Discutant : Dr Jean-Jacques Le Corre, chef de pôle 26ème secteur

 

9h30 – Chloé Adad, psychologue, 26ème secteur : « Lieux de passage »

 

10h15 – Grégoire Gourragne  et Amandine Lionnet, infirmiers, 26ème secteur, titre non communiqué

 

11h00 – Pause

 

11h15 – Adam Cano Quero, psychanalyste, analyse de pratique au 22ème secteur :

« Une expérience d’équipe partagée »

 

12h00 – Guillaume Larvor, Lisa Bouvier, Valentin Bachle, éducateurs, 23ème et 11ème secteur : « Educateurs en psychiatrie, un métier, des possibles…»

 

 

 12h45 – Pause déjeuner libre

 

 

Modérateur: Dr  George Archambault, CMP Jean Dollfus, 22ème secteur

Discutant : Dr Jean Artarit, ancien chef de service 22ème secteur

 

 

14h00 – Florence Heurtaut, infirmière, 23ème secteur :

« Du tissage au métissage : Pratiques décalées intra/extra. »

 

14h45 – Serge Klopp, cadre infirmier, EPS Barthélémy Durand, Etampes : « Le collectif morsaintois : un maillage pour l’accueil de la folie dans la cité »

 

15h15 – Pause

 

15h30- Pierre Smet, psychanalyste, Service de santé mentale SAS-Bruxelles, groupe de thérapie institutionnelle – Méridien-Bruxelles :

« Regard bruxellois sur le mouvement de sectorisation »

 

16h15 – conclusion avec le Forum des 39.

  

Share

2ème festival des évadés du bocal (du 8 novembre au 2 décembre)

 

Le festival des Evadés du bocal recommence. Merdre ! 

Evènement festif et critique, il prétend bousculer quelques-uns des processus normatifs qui trament nos sociétés et leur rationalité néo-libérale. Nous voulons nous emparer du champ de la folie comme analyseur de phénomènes beaucoup plus larges qui agissent sur le lien social. Nous souhaitons rendre possible une analyse critique de ces normes afin d’imaginer d’autres manières de vivre et penser l’accueil de l’autre, l’étrange, l’étranger, y compris celui qui est en chacun de nous.

Nous sommes un collectif d’artistes, de soignants, de patients, de personnes évoluant dans le champ des sciences humaines et sociales, de citoyens. Le festival est pensé pour évoluer au cœur de la cité ; pour cette deuxième édition, il se déroulera au théâtre du Lavoir Moderne Parisien dans le 18ème, au bar le Lieu-dit dans le 20ème, à l’Espace Khiasma aux Lilas et à la librairie l’Atelier dans le 20ème.

A travers le festival, notre horizon est de produire, d’inventer du commun, des constellations de pratiques et de pensées, d’oser une marche particulière qui nous conduise à percer les murs, décloisonner, refuser l’exclusion. Nous voulons, par le biais de cette chose qu’on appelle art, fabriquer des événements qui provoquent de la convivialité, qui questionnent nos postures et nos idées reçues. Nous voulons inventer de nouvelles manières de parler et d’agir ensemble. Trouver des outils d’analyse institutionnelle et des modalités d’action collective pour faire jaillir de l’autrement possible.

SITE OFFICIEL DU FESTIVAL LES EVADES DU BOCAL

Share

> La Criée

La Criée (Collectif de recherche sur l'institutionnel et l'éthique) a été fondée à Reims en 1985 par des professionnels du champ psychiatrique adossés au Centre Antonin Artaud et rejoint par des soignants d'autres équipes, des psychanalystes et des psychiatres libéraux. D'entrée de jeu, il s'agissait de créer un lieu d'échange et de recherche inscrit dans la transmission de la Psychothérapie Institutionnelle, et la volonté de promouvoir une psychiatrie respectueuse du sujet en souffrance.

La  psychiatrie française avait en effet connu une vague de progrès depuis l'après-guerre, avec l'apport de la psychanalyse et d'une volonté politique de construire le Secteur, autrement dit d'offrir des soins de proximité tout en luttant contre l'enfermement et les processus de ségrégation des malades mentaux.

Mais nous constations déjà un reflux avec une tendance qui est allée en s'alourdissant de mesurer les pratiques humaines avec des normes issues de l'industrie. Cette tendance est aujourd'hui dominante qui promet de tout mesurer de la souffrance et du désir humain, alors que toute notre expérience témoigne de l'incommensurable de l'esprit humain.

Tous nos séminaires et colloques qui se tiennent depuis cette époque reprennent ce souci de l'autre en l'articulant avec une analyse des pratiques et des confrontations nécessaires entre des professionnels de toutes disciplines. Très tôt nos colloques rémois ont accueilli des soignants venant de toute la   France, et même d'autres pays francophones et la qualité des échanges nous a permis une publication régulière aux Éditions ERES.

Depuis le discours d'Antony en décembre 2008 où Nicolas Sarkozy traitait les malades comme des criminels potentiels, la Criée s'est mobilisée et a été partie prenante du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire.

Avec le soutien d'Adeline Hazan et de la Mairie de Reims, soignants et patients, rejoints d'ailleurs par plusieurs familles, se sont mis en mouvement pour faire reconnaître une autre psychiatrie fondée sur des valeurs respectueuses de l’humain, et refusant le tournant actuel d'une psychiatrie sécuritaire, refusant en particulier la nouvelle loi honteuse du 5 juillet 2011 qui permet "l'internement à domicile"

A l'inverse, dans nos pratiques, dont les média se sont fait l’écho, comme dans les échanges que nous proposons, nous témoignons d'une possibilité dès maintenant d'une transformation positive des pratiques, en lien avec les patients regroupés maintenant dans l'association rémoise Humapsy et les familles  regroupées dans l'Unafam.

Notre prochain colloque "Politiques de l'hospitalité" s'inscrit dans cette perspective d'un débat entre professionnels, mais aussi d'un forum citoyen ouvert à tous ceux qui se sentent concernés par cet enjeu humain  et politique. Ce forum soutenu par la mairie de Reims donnera la parole à plusieurs intervenants directement concernés et témoignant de la crise actuelle mais aussi de leurs aspirations.

A bien des égards ces aspirations demandent à être entendues par le nouveau pouvoir que la France vient d'élire, et nous préparons des Assises d'une psychiatrie fondée sur l'hospitalité pour construire le mouvement nécessaire. A Reims le samedi 2 Juin, nous donnerons en quelque sorte le coup d'envoi à ces Assises… 

Share

> Un appel du Dr Pierre Sadoul pour le 6 mai 2012

 

Je ne peux rester indifférent aux résultats finaux des élections présidentielles qui précèdent les législatives de juin 2012.

 

J’appelle à voter pour François Hollande contre Nicolas Sarkozy emblème et acteur du dispositif législatif et réglementaire NON NEGOCIE, sécuritaire et NON SANITAIRE, en dérive libérale la plus effrénée.

Le service public de santé et particulièrement la psychiatrie sont karcherisés par ce gouvernement affligé d’une surdité destructrice pour l’Humain !

* Suite au rapport Larcher, la loi HPST, dite Bachelot (hôpital population santé territoire), assigne les équipes et le personnel médical à une obéissance, assortie de menaces, aux impératifs strictement gestionnaires par un contrôle vertical. Rattacher la hiérarchie infirmière aux directeurs d’hôpitaux à qui tout pouvoir est donné sur la carrière des médecins aboutit à un contrôle gestionnaire à la Lénine (mode perversion soviétique), persécuteur, stérilisant, et source de souffrances institutionnelles par réduction des effectifs. Les mesures prises ne visent qu’à l’optimisation du rendement industriel du service public mis en concurrence avec le privé…et en coupe réglée.

* Ce même gouvernement a produit dans la précipitation la loi du 5 juillet 2011 sur les soins psychiatriques sous contrainte, traitant l’usager, le patient, comme individu-objet consommé et consommable. Ainsi les patients « difficiles », considérés comme déviants, doivent-ils être « maîtrisés » par tous moyens y compris coercitifs. Mais le Conseil constitutionnel a exigé la présence d’un juge des libertés pour trancher des éventuelles privations de liberté.

En totale opposition à cette idéologie, je défends l’éthique d’une pratique de l’hospitalité de la folie portée par une psychiatrie humaniste se montrant respectueuse du sujet en souffrance et en grave difficulté. 

A l’heure qu’il est je n’ai aucune garantie qu’un changement de président et de majorité permette d’imaginer être entendu dans les mois prochains. 

Dans cette course de fond je préfère toutefois me battre avec cette nouvelle majorité que nous sommes nombreux à appeler. Charge à moi et à ceux qui sont en accord avec ma position de faire en sorte que nos idées et nos propositions soient diffusées et finissent par être prises en compte. Mettons les décideurs en état de réflexion approfondie sur les conséquences inhumaines des mesures jusqu’ici prises. 

En foi de quoi le mot d’ordre : votez le 6 mai 2012 pour déblayer le terrain et y reconstruire !

Dr Pierre SADOUL,

Psychiatre des hôpitaux, ex-médecin-chef de secteur pédopsychiatrique et membre du collectif des 39 contre la nuit sécuritaire

Share

> Expérience(s) cinématographique(s)

SEMAINE  CINEMATOGRAPHIQUE

 

 

organisée par CINEFIL (Blois)

 

À la marge…

expérience(s) cinématographique(s)

 

du jeudi 10 au mercredi 16 mai 2012

 

 

Expérience(s) cinématographique(s) : « Des films il y en a beaucoup, les expériences sont rares ». L'association Cinéfil propose une semaine d'aventures filmiques, largement accompagnées, pour témoigner d'expériences collectives avec le cinéma en ligne de mire.

Loin de figer « la marge » dans une représentation du pathos ou une visée stigmatisante consistant à montrer les fous, les pauvres, les exclus de la société, les marginaux – ce qui revient à ériger des frontières entre soi et les autres, à figer un territoire – nous souhaitons non pas séparer mais rassembler ; ajuster la focale, donc le regard, sur un paysage « pathique », à la manière d'un voyageur qui lors d'une traversée s'éprouve et éprouve le monde.

Il ne s'agira pas de projeter une « contre-image » en réaction à l'image souvent désastreuse que l'on donne de la folie ou de ceux qui sont exclus de la norme, mais d'accompagner le spectateur en l'invitant à augmenter ses connaissances en produisant une ouverture du regard.

 

« L'image ne peut être dite historique qu'à condition de rester vivante » (Agamben). Le cycle que propose Cinéfil explorera les liens étroits entre cinéma et histoire, en traversant plusieurs domaines tels que la folie, la lutte, le politique, l'art, « la caméra… outil thérapeutique » et la musique.

 

« Il n'y a de la vie que dans les marges », disait Balzac. Comment cela peut-il se traduire en images ? Nous baignons tous les jours dans un excès d'images. Même les festivals sur « cinéma et psychiatrie » sont à la mode… Chaque « festival » comporte toujours le risque de massifier les choses et de fétichiser ; de trop grands projecteurs ont tendance à écraser ce qu'ils veulent montrer, alors que « ce qui compte, c'est ce qui ne se voit pas ». Travail invisible (Jean Oury).

 

Pour une marge possible et nécessaire. Laisser apparaître dans l'image ce qui est « sans-image ». C'est ce que Walter Benjamin appelait « le refuge de tout image ».

 

Marge, marque, marche. Un certain cinéma; en dehors ou en marge du circuit économique classique (qui fait l'économie de l'économie) sera notre visée. Sortons du formatage, de la narration ficelée… de la « monoforme » (Watkins).

 

UN AVANT-GOÛT DE LA PROGRAMMATION ET DES ÉVÈNEMENTS…

 

La semaine « A la marge… expérience(s) cinématographique(s) » de Cinéfil se tiendra du jeudi 10 mai au mercredi 16 mai 2012 à Blois et ses alentours.

Nous sommes heureux d'accueillir durant cette semaine Patrick Leboutte, critique, essayiste, professeur à l'INSAS en Belgique, éditeur de la collection DVD – Le Geste cinématographique, Éditions Montparnasse (Fernand Deligny, Jean Rouch, Jean Vigo, Jean-Louis Comolli, …).

 

Le cinéma pour lequel milite Leboutte est celui qui « répare là où le marché sépare » : « Le cinéma ne devrait pas être ce qu'il a l'habitude d'être dans une époque de standardisation des images ou même le cinéma d'auteur est formaté ».

 

Patrick Leboutte nous convie à venir « travailler » avec lui du samedi 12 au lundi 14 mai, lors de trois modules autour du thème suivant : « Le cinéma dans son plus simple appareil », à savoir des discussions à partir d'extraits filmiques pour aborder « le geste documentaire : une expérience artistique » et « parole des femmes, mémoire du peuple ».

Dans la matinée du dimanche 13 mai nous partirons en balade-cinéma avec Patrick Leboutte, une marche dans-autour de Blois.

 

La semaine sera rythmée par de multiples occasions de discuter. Ainsi, vendredi 11 mai, en soirée, Sébastien Layerle (professeur de Paris III), invité du « Café Historique » (Rendez-vous de l'Histoire), animera un débat autour du « cinéma militant », la « caméra en lutte ».

 

Tout au long de la semaine, Cinéfil propose plusieurs films au Cinéma Les Lobis, à Blois. Quelques-uns sont déjà réservés :

 

      Le grand' tour ; de Jérôme Le Maire, avec la fanfare « la casserole » des Montils, ouverture du cycle, le jeudi 10 mai

      Les chants de Mandrin. Film de l'auteur, scénariste, acteur et producteur Rabah Ameur Zaimeche.

      Le plein pays ; d'Antoine Boutet.

      Regard sur la folie suivi de La fête prisonnière; de Mario Ruspoli, en séance unique, en présence de Jean Oury

 

PSYCHOTHÉRAPIE INSTITUTIONNELLE…

 

Inter-Club : expérience de la marge dans les ateliers de cinéma en milieu institutionnel

L'après-midi du samedi 12 mai 2012 sera consacrée à une présentation de films réalisés par les ateliers cinéma des cliniques de La Borde, Saumery et La Chesnaie.

 

L'Inter-club des trois cliniques dites de « psychothérapie institutionnelle » a organisé en amont du cycle proposé par Cinéfil plusieurs séances de visionnage d'une dizaine de films, court et moyen métrages, suivies de discussions, échanges et in fine sélection avec les pensionnaires et soignants.

Cette expérience de rassemblement collectif, assidu, donnera un résultat pour le moins inattendu en matière de cinéma et ouvrira un questionnement sur : Où se place la caméra ?, Dans quel contexte se situe-t-elle ?, Qui filme et fait le montage ?, Comment construire un film de façon collective ?, Qu'est-ce que filmer et être filmé ?, autant de questions sur la marge dans la marge pour un partage.

  

Regard sur la folie suivi de La fête prisonnière (1962) ; films de Mario Ruspoli

Ce film sera diffusé le dimanche 13 mai, en fin d'après-midi, en séance unique, en présence de Jean Oury, fondateur et médecin-directeur de la clinique de la borde.

 

Artisan et théoricien du cinéma direct (terme qu'il a proposé en contraste avec cinéma-vérité d'un Jean Rouch ou Joris Ivens) dans les années 60, Mario Ruspoli filme l'hôpital psychiatrique de Saint Alban avec une caméra 16mm Coutant et un magnétophone synchrone (avancées technologiques).

Les séquences filmées dans cet hôpital témoignent du début de la psychothérapie institutionnelle. On y voit François Tosquelles, réfugié du franquisme, à l'écoute du comité de rédaction du journal Le trait d'union, ou encore le psychiatre Roger Gentis à l'écoute au chevet d'un malade.

Parfois les images seront hors synchrone, la liberté du son et de l'image est devenue possible.

Michel Bouquet lit un commentaire en voix off, magnifique ! Extrait d'Antonin Artaud.

 

Le cinéma de Mario Ruspoli, tel qu'il le définit dans son manifeste « le groupe synchrone cinématographique léger », veut être dans un rapport direct qui ne déforme pas ce qui se passe là par la présence de la caméra. Pour cela, les trois personnes de l'équipe de tournage devront se mouvoir comme un seul corps (impossible sans une amitié et une confiance forte) qui doit devenir invisible. Appartenir au paysage, se faire oublier pour laisser apparaître.

 

Mario Ruspoli a su capter ce moment inaugural de la psychothérapie institutionnelle dans ses dimensions politiques et historiques. Tout comme Tosquelles met en cause la psychiatrie, Ruspoli veut expérimenter un nouveau cinéma. Ils partagent une même éthique qui restaure la parole comme lieu de vérité, dans une non-hiérarchie de filmants-filmés, soignants-soignés, dans une présence et une attente réceptive.

Questionnons ce partage.

Share

>Semaine de la folie ordinaire à Reims

 

 

SEMAINE DE LA FOLIE ORDINAIRE

 

EXPOSITION  

Du 13 au 24 mars 2012 "Semaine de la Folie Ordinaire 2012"   

à la Maison de la Vie Associative,  122 rue du Barbatre à Reims réalisée par le Centre Antonin Artaud, les Clubs Le Grillon, Atout Coeur, MEID et le GEM La Locomotive

Vernissage le mardi 13 mars 2012 à 18h00 

 

LECTURE

Mercredi 14 mars 2012 à 19h Lecture vivante " Du Rififi à Carnégie"

Bibliothèque Carnégie, 2 place Carnégie 

SOIRÉE : "DES MAUX EN DÉBAT … CASSONS LE MOULE"

 

Jeudi 15 mars 2012 de 18h à 22h à la Salle Armonville, 7 bis rue Armonville à Reims  

18h             Accueil à la Salle Armonville

18h15         Fanfare Artos

18h35         Ouverture et mise en perspective de la soirée par Sébastien D., Président et   Clément D., membre du CA, du GEM la Locomotive

18h50         Atelier chant lyrique avec Marie Matherat

                   Deux passages de La Périchole de Jacques Offenbach

19h00         Les après-coups de la loi sur la psychiatrie et l’analyse de l’actualité psychiatrique pour les patients, leur famille et les soignants avec Patrick Chemla. Ouverture d’un débat avec la salle.

                   Présentation d’une association de patients nouvellement créée : HumaPsy

                   Annonces des actions en faveur d’une psychiatrie fondée sur l’hospitalité avec le meeting à Montreuil le samedi 17 mars.

20h             Collation

                   Soupes, pâtisseries, boissons fraîches

20h40        Dégustation de pâte de coing par le club Atout Cœur de Fismes           

20h50         La parole à Corinne Chemin, pour les ateliers du GEM

21h             La parole à Julie de Benoist, pour les sorties équitation

21h10         Intermède musical avec Amélie Barbier

21h15         L’atelier d’écriture d’Artaud

21h25         La Patat’Ose nous invite à l’enregistrement d’une émission de radio ..               

                   Prochains rendez-vous…

21h40         Chants et danses populaires avec Amélie Barbier

22h            Fin de la soirée avec vente du catalogue et de l’affiche de l’exposition

 

Téléchargez le document de présentation de l'événement : Semaine de la folieordinaire

Share

>Marcel Storr, bâtisseur visionnaire

Du 16 décembre 2011 au 10 mars 2012, la mairie du 20e arrondissement et la mairie de Paris présentent l’exposition Marcel Storr, bâtisseur visionnaire au pavillon Carré de Baudouin. Entrée libre.

L’oeuvre de Marcel Storr est à la fois intrigante dans le détail, époustouflante dans son ensemble. Elle regroupe une soixantaine de dessins de cathédrales et mégapoles imaginaires réalisés clandestinement par un cantonnier du bois de Boulogne, décédé en 1976 dans le plus complet anonymat. Il s’agit sans doute d’une des plus importantes découvertes d’art brut de ces dernières années en France.


Cette oeuvre magistrale est à découvrir pour la première fois dans son intégralité, du 16 décembre 2011 au 10 mars 2012 au pavillon Carré de Baudouin. L’exposition Marcel Storr, bâtisseur visionnaire est présentée par la mairie du 20e arrondissement et la mairie de Paris, avec la collaboration de Liliane et Bertrand Kempf (les collectionneurs), Laurent Danchin (commissaire de l’exposition) et Géraldine Gauvin (coordination muséographique).
Continuer la lecture de >Marcel Storr, bâtisseur visionnaire

Share

> "Accueillir la folie" : un réseau social pour tous ceux qui se sentent concernés par la psychiatrie !

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU RESEAU SOCIAL "ACCUEILLIR LA FOLIE"

Oui, nous avons créé un réseau social !

Parce que nous pensons qu'il est encore plus important désormais que le plus grand nombre de personnes concernées par la psychiatrie puissent échanger, partager, discuter, offrir, recevoir : patients, ex-patiens, citoyens concernés, militants des droits de l'homme, membres de familles de patients ou d'ex-patients , proches de patients ou d'ex patients, professionnels du secteur psychiatrique du soin ou de l'éducatif…

Ce réseau social permet de nombreuse choses. Chacun peut y créer son blog, des  groupes de discussion, participer à ceux des autres, offrir de la musique (et écouter celle des autres), des photos, des vidéos, en un mot : échanger.

 

 

Parce que la folie est aussi source d'inspiration et de création, parce que la psychiatrie concerne toute la société, parce que nous sommes entrés dans une époque sombre où le sécuritaire et l'enferment ont pris le pas sur l'accueil, l'échange, le partage, l'humain dans tout ce qu'il peut avoir de sensible, nous pensons que le réseau "Accueillir la folie" est un outil indispensable qui nous manquait.

Ce réseau peut permettre de rallier tous ceux qui veulent permettre de réformer la psychiatrie, défendre la psychothérapie institutionnelle, faire reconnaître les personnes en psychiatrie comme des citoyens à part entière, soutenir ou créer des initiatives permettant un véritable accueil de la folie dans la "cité".

 

 

Comme à l'époque de Gutemberg, nombreux sont ceux qui ont alors craint ce qu'allait engendrer la "révolution du livre" : ils avaient raison, le livre a changé l'humanité et continue à le faire, comme les outils numériques, eux aussi, aujourd'hui le font. A tous ceux qui pourraient croire que les outils de l'Internet comme un réseau social sont uniquement chronophages et aliénants, nous disons : le livre à ses débuts a reçu les mêmes critiques, regardez aujourd'hui le nombre d'heures que vous avez passées à les lire et les bénéfices humains que vous en avez retiré…

Rien ne s'oppose, tout se complète, le monde physique peut être investi beaucoup plus facilement aujourd'hui grâce aux rencontres d'hommes et de femmes sur des réseaux sociaux comme celui-ci, réseau qui nous appartient, à tous ceux qui veulent un autre accueil de la folie. Un réseau social est un espace de rencontres et d'échanges, il est aussi et avant tout un moyen d'aller plus facilement vers les autres, de faire connaître ce qu'il se fait, se dit dans le monde physique.

 

Le réseau social "Accueillir la folie" deviendra que ce que nous en ferons et le site  du collectif des 39 (que vous lisez en ce moment) restera bien entendu le point de publication centralisé du collectif des 39, mais qui deviendra peut-être à termes le collectif…des 109, des 1009 entre autres grâce au réseau social : plus nombreux  seront  ceux qui revendiqueront la reconnaissance de la valeur humaine de la folie, moins l'homme aura de chances de disparaître…

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER AU RESEAU SOCIAL "ACCUEILLIR LA FOLIE"

Share

>Scène nationale, "Un truc de fou": dix jours autour de la folie (la provence)

 

(Article original sur laprovence.com)

Où commence la folie? Quand on dit d'une personne "elle est folle" sait-on vraiment ce que cela veut dire? "Heureux soient les fêlés car ils laissent passer la lumière". Cette phrase de Michel Audiard est reprise par la Scène nationale en préambule de la première édition de son "Exclamation". "Ce n'est pas un festival, mais un regard dans un temps donné autour d'un thème, d'une interrogation artistique. La première va porter sur la folie, débat de société très présent actuellement" souligne le directeur de la Scène Nationale, Jean-Michel Gremillet.

Beaucoup de spectacles (théâtre, danse), des expositions, un colloque, des documentaires, vont être proposés dans divers lieux de la ville. "Un truc de fou" durera du 10 au 19 novembre, avec une programmation très fournie, menée en collaboration avec les "psys" de l'hôpital de Montfavet, et ses ateliers de création très ouverts sur l'extérieur. Humour, théâtre, réflexion Dix jours (voire un mois pour les expositions), d'interrogation, d'immersion dans le monde complexe de la santé mentale.

"Louise, elle est folle" par le théâtre des Lucioles, sur un texte de la psychanalyste Leslie Kaplan, ouvrira le bal jeudi 10 à 20h30. Elle sera suivie par une création très originale, place du Clos, "Les Demeurées", vendredi et samedi après-midi. Pour ce moment de théâtre, il est nécessaire de réserver car chaque spectateur entrera toutes les 3 minutes dans une structure montée tout exprès sur la place et vivra cette histoire, emmené par des comédiens pendant 21 minutes! Psys et paroles de malades Plus professionnel, plus dans la réflexion, mais aussi pour le grand public, vendredi 11 et samedi 12, un colloque sur le rêve et la création, se déroulera au théâtre, organisé par l'association "le point de Capiton", clôturé par un moment plein d'humour avec Catherine Dolto, pédopsychiatre, et Emma la Clown (à 17h samedi 12 au théâtre), échange original, où la psy parle elle-même à la fin comme un clown.

À suivre aussi un forum qui sera sans doute passionnant "L'appel des 39 contre la nuit sécuritaire", mouvement d'alerte de la société, lancé suite au projet de loi sur la psychiatrie, voté au Parlement le 31 mai 2011 qui instaure les soins en ambulatoire, sans consentement, favorisant le remède chimique, en présence d'Hervé Bokobza, fer de lance de cet appel et de nombreux autres psychiatres. Le samedi 19 novembre (à 17h, gratuit sur réservation). Des échanges de "psys", mais aussi des paroles de malades qui seront retransmises dans la salle du Grenier avec les textes d'Arnaud Catherine qui a passé du temps dans un asile psychiatrique de Dijon. Le tout mis en musique au piano et à la guitare ("Il n'y a pas de coeur étanche", samedi 19). Au Grenier aussi, la question très oedipienne du rapport avec la mère sera interprétée par Christian Prigent (le 18). Le théâtre de l'Autre scène, du centre hospitalier de Montfavet – troupe hospitalière mais accueillant tout le monde- jouera un texte d'Eric-Emmanuel Schmitt, "Le Libertin"(le 17). Autres temps forts: la danse avec une chorégraphie d'Odile Duboc, du centre chorégraphique de Belfort (décédée l'an dernier) dimanche 13 novembre, précédant les textes interprétés par Françoise Sliwka sur les correspondances de Camille Claudel, avec sa mère, son frère… internée à Montfavet et qui y termina sa vie. L'Exclamation: achat d'une entrée générale puis le reste à 5€.

Share

>Emission de radio : Hacker la psychiatrie (avec Philippe Bichon et Joël Kerouanton)

Do You Hack Me ? : hacker la psychiatrie, le 28 octobre à 16h

Do You Hack Me sur Radio Libertaire (89.4 FM sur Paris) a toujours prétendu parler du hacking au sens large et cette quatrième émission est là pour démontrer que beaucoup de hacks sont possibles, même dans un domaine comme celui de la psychiatrie.

Nos deux invités, Philippe Bichon et Joël Kerouanton sont respectivement psychiatre et écrivain. Mais pas seulement, et au delà de leur “titre”, ce sont des professionnels qui n’abordent pas les personnes en souffrance psychique avec le “logiciel” officiel. Ils vont nous aider à comprendre comment et pourquoi il est important de hacker la psychiatrie qui, avec les lois sur les soins sans consentement et les approches cognitivo-comportementalistes est devenue une machine froide qui prétend guérir les individus au “cerveau défaillant”, génétiquement prédisposés aux maladies mentales…

 

Ecrire en turbulence (la maison des écrivains)

Trouble 307.23 (Editions Champ Social)

 

ECOUTER L'EMISSION AVEC VOTRE NAVIGATEUR (ou télécharger avec un clic droit)

 

ECOUTER L'EMISSION AVEC UN LECTEUR DE FLUX AUDIO

Share

>La Parole errante, Montreuil : Les lieux et ceux qui portent le projet (28 et 29 octobre)

Vendredi 28 et samedi 29 octobre 2011
à La Parole errante, Montreuil

Quatrième rencontre autour de La Traversée des langages

Les lieux et ceux qui portent le projet

Tables rondes publiques et radiophoniques

La Traversée des langages, cycle d'une quinzaine de pièces écrit par Armand Gatti depuis 1994, a comme fil conducteur la résistance menée par Jean Cavaillès, à la croisée des langages de la science, de la philosophie, de la poésie.
Comment aborder ce théâtre qui se crée lors d'expériences créatives de quelques mois, avec des publics toujours renouvelés et dans des lieux à l'identité très marquée qui entrent en interaction avec l'écriture de Gatti ?

Sept expériences autour de La Traversée des langages se sont tenues de 1994 à 2010 dans différents lieux :

• une friche artistique à Strasbourg,

• un foyer de jeunes travailleurs à Sarcelles,

• les locaux du Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire (CERN) à Genève,

• le théâtre universitaire à Besançon,

• l'hôpital psychiatrique à Ville-Evrard,

• une maison de quartier à Montpellier,

• un lycée agricole à Neuvic (région des maquis limousins de Gatti).

En présence d'Armand Gatti, nous recevons ce mois-ci celles et ceux qui ont suscité et concouru à la mise en œuvre et au déroulement de ces 7 expériences :

Jean Hurstel, alors directeur de la friche artistique La Laiterie à Strasbourg,

Olivier Derousseau, réalisateur, alors stagiaire à l'expérience de Sarcelles,

Philippe Macasdar, directeur du théâtre Saint-Gervais à Genève,

Lucile Garbagnati, alors professeur à l'Université de Franche-Comté à Besançon,

Fatima Kaci-Doukhan, médecin psychiatre à l'Hôpital de Ville-Evrard,

Camille Chevallier-Sudres, assistante de l'adjoint à la jeunesse de Montpellier,

Francis Juchereau, membre du Cercle Antonio Gramsci dans le Limousin.

Les membres de l'équipe d'Armand Gatti à la Parole errante seront eux aussi présents pour apporter leur témoignage :

Hélène Châtelain, réalisatrice et traductrice,

Gilles Durupt, coordinateur des projets,

Matthieu Aubert, assistant à la mise en scène.

Les entretiens et les débats seront tous disponibles à l'écoute sur www.radio-gatti.org

Vendredi 28 octobre 2011

14h : Entretien avec Gilles Durupt
Gilles Durupt est un compagnon de route d'Armand Gatti à Saint-Nazaire dans les années 70. C'est lui qui invite Gatti dans la MJC dont il est responsable pour une expérience théâtrale et militante autour de la dissidence soviétique : Les Canards sauvages qui volent contre le vent (1976-1977). Après un parcours de dirigeant culturel à Carcassonne, en Tunisie, etc., Gilles Durupt revient vers la Parole errante et assure la coordination de la plupart des projets artistiques de Gatti depuis vingt ans : Avignon (Nos empereurs aux ombrelles trouées en 1990), Marseille (Le Cinécadre de l'esplanade Loretto en 1991,Adam quoi ? en 1992-93), puis pour La Traversée des langages : Strasbourg, Sarcelles, Ville-Evrard et Neuvic. Il a suivi de l'intérieur, en interaction quotidienne avec les stagiaires, le travail que Gatti a mené avec les loulous (publics en réinsertion ou en formation), puis avec les étudiants.

15h30 : Entretien avec Lucile Garbagnati
Lucile Garbagnati est professeur de littérature à l'Université de Franche-Comté à Besançon. Son implication dans le théâtre universitaire l'amène à créer des ateliers et des colloques autour du dialogue entre théâtres et sciences, à interroger la représentation théâtrale au prisme de la crise de la représentation des mathématiques et de la physique modernes. En 2003, elle convainc Gatti d'animer une Université européenne d'été sous la forme d'une résidence-création de deux mois avec une quarantaine d'étudiants de quinze nationalités, une première pour Gatti. La pièce prendra pour nom : Le Couteau d'Evariste Galois avec lequel Dedekind invente la droite en mathématiques, ce soir trait d'hexagramme du Livre des mutations.

17h : Entretien avec Francis Juchereau
Membre et fondateur du "Cercle Antonio Gramsci" à Limoges, Francis Juchereau a participé à la création de plusieurs ouvrages avec Georges Guingouin, le chef du maquis limousin dès 1941. A l'initiative de Francis Juchereau et d'Hélène Châtelain, une rencontre entre Gatti et Guingouin est souhaitée. Mais Guingouin décède… Gatti lui consacre alors un long poème, Les Cinq noms de résistance de Georges Guingouin – Poème rendu impossible par les mots du langage politique qui le hantent, mais dont les arbres de la forêt de la Berbeyrolle maintiennent le combat. Par son toujours maquisard Don qui ?, qu'il lira en 2006 à Tarnac, Corrèze. C'est lors de cette lecture que naît l'évidence d'une expérience de Gatti sur le Plateau de Millevaches. En 2010, elle se concrétise à Neuvic en Corrèze et prend fortement appui sur l'histoire du territoire : Science et Résistance battant des ailes pour donner aux femmes en noir de Tarnac un destin d'oiseau des altitudes.

18h30 : Pause

20h : Projection de Le Couteau d'Evariste Galois avec lequel Dedekind invente la droite en mathématiques, ce soir trait d'hexagramme du Livre des mutations .
Captation filmique des représentations de l'expérience menée avec 37 étudiants à Besançon. Durée : 1h20'.
Précédé d'un entretien (30') réalisé avec Jacques Lautman, sociologue au CNRS, le fils d'Albert Lautman (philosophe et mathématicien, compagnon de résistance de Jean Cavaillès dans le réseau Cohors).
Propos de la pièce : Avec le colloque de l'université d'Erlangen en Bavière (1872), la droite devient courbe en mathématiques, mais continue dans tous les autres langages d’imposer sa ligne, sa rectitude. Jusqu’à mener Cavaillès, le fusillé du pentagone d’Arras au poteau d’exécution. Mais les traits pleins et brisés du livre des mutations chinois feront définitivement imploser la droite et lui offriront un « langage d'univers », celui du yin et du yang.

Samedi 29 octobre 2011

14h : Entretien avec Olivier Derousseau
Olivier Derousseau rejoint l'expérience de Sarcelles en 1997.

15h30 : Entretien avec Jean Hurstel
En 1968, Jean Hurstel alors responsable du théâtre de Strasbourg monte La Cigogne de Armand Gatti. En 1975, Jean Hurstel invite Gatti à réaliser une expérience d'écriture avec les ouvriers immigrés de Montbéliard Peugeot qui deviendront sept films vidéo : Le Lion, sa cage et ses ailes. Dans les années 90, il dirige la Laiterie Centre européen de la jeune création à Strasbourg, où il accueille Gatti et son équipe pour une nouvelle expérience avec les loulous strasbourgeois. Strasbourg sera le lieu de genèse de La Traversée des langages avec Kepler, le langage nécessaire, devenu le jour de la représentation : Nous avons l'art pour ne pas mourir de la vérité – Frédéric Nietzsche.

17h : Entretien avec Philippe Macasdar
Philippe Macasdar dirige le théâtre Saint-Gervais à Genève. Il a mis, en prenant ses fonctions, Gatti sur sa feuille de route. Il invite Gatti qui écrit Les Incertitudes de Werner Heisenberg. Feuilles de brouillon pour recueillir les larmes des cathédrales dans la tempête et dire Jean Cavaillès sur une aire de jeu.

18h30 : pause casse-croûte

20h : Débat avec l'ensemble des intervenants sur le thème :
La part du désir dans les expériences de Armand Gatti

RADIO GATTI – Les Chroniques de l'arbre

Un cycle de six rencontres publiques et radiophoniques à la Parole errante accompagne la publication en 2012 de La Traversée des langages aux éditions Verdier. Toutes les tables rondes seront disponibles à l'écoute. Vous pouvez, d'ores et déjà, y écouter les émissions réalisées lors des trois premières rencontres sur La Traversée des langages qui se sont tenues à la Parole errante.
Deux entretiens supplémentaires autour des « Lieux et ceux qui portent le projet » seront disponibles sur
www.radio-gatti.org
dans la rubrique « Les Archives » :

Entretien avec Fatima Kaci-Doukhan.
Fatima Kaci-Doukhan est médecin psychiatre à l'Etablissement Public de Santé de Ville-Evrard, en Seine-Saint-Denis. Persuadée que la thérapie ne peut exister sans la parole poétique, rejoignant en cela le courant humaniste et résistant de Lucien Bonnafé, elle fonde la Compagnie de théâtre des Diseurs à Ville-Evrard, lieu d'échange et de recherche entre personnel hospitalier et artistes. En 1992, sa compagnie participe au Chant d'amour des alphabets d'Auschwitz, texte d'Armand Gatti pris en charge par un collectif de metteurs en scène réuni par Stéphane Gatti et présenté dans différents lieux de Seine-Saint-Denis. Quand la Parole errante recherche en 2006 un lieu en Seine-Saint-Denis pour une nouvelle expérience de Gatti avec des étudiants, Les Oscillations de Pythagore en quête du masque de Dionysos, elle appuie ce projet auprès de la direction de l'hôpital.

Entretien avec Camille Chevallier-Sudres.
Camille Chevallier-Sudres est étudiante quand elle prend part à l'expérience de Ville-Evrard et réalise son mémoire d'Arts du Spectacle à l'université Paul Valéry de Montpellier sur les contextes socio-culturelles des publics touchés lors des expériences théâtrales d'Armand Gatti depuis les années 80. A son arrivée au secrétariat de l'adjoint à la jeunesse du maire de Montpellier, elle fait appel à Matthieu Aubert et Frédérick Darcy – assistants d'Armand Gatti qui se sont installés dans la région et qu'elle a rencontré à Ville-Evrard – à mettre en œuvre un atelier autour du théâtre de Gatti dans le quartier de la Mosson à Montpellier.

L'exposition

Depuis avril jusqu'à la fin de l'année 2011, une exposition réalisée par Stéphane Gatti dans les locaux de la Parole errante.
− Affiches en sérigraphie des expériences de La Traversée des langages, de Strasbourg (1994) à Neuvic (2010)
− Entretiens vidéo de Hourya Benis Sinaceur, Bruno Huisman, Gabrielle Ferrières, Lucie Aubrac, Jean-Toussaint Desanti, Henri Cartan, Pierre-Yves Canu.

L'exposition évolue, au fil des rencontres, jusqu'à la fin de l'année.

Prochains rendez-vous

− NOVEMBRE 2011 : rencontres avec les physiciens du CERN (en lien avec l'expérience d'A.Gatti à Genève en 1999).
− JANVIER 2012 : fête de la parution du livre d'Armand Gatti La Traversée des langages aux éditions Verdier ; exposition des photographies de Paolo Gasparini autour de Révolution culturelle, nous voilà ! introduction de La Traversée des langages.

La Parole errante – 9 rue François Debergue – 93100 Montreuil (M° Croix de chavaux – ligne 9

Share

>Schizophrénie : Comment j’ai enfermé mon frère – Récit d’une hospitalisation sous contrainte (France Culture)

 

Share

>Film "un monde sans fous" et débat à Montpellier le 3 octobre

Le lundi 3 octobre, 20 heures, au cinéma Diagonal Capitole, rue de Verdun à Montpellier

Un monde sans fous



Réalisé par Philippe Borrel



France, 2009, 1 h. 07



Le film sera suivi d’un débat organisé par la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) de Montpellier.



Intervenants : Gislhaine Rivet, Membre du Bureau National et responsable du Groupe de Travail Santé-Bioéthique, de la LDH et Membre du Collectif Mais c’est un Homme



Le Dr Hervé Bokobza, psychiatre, représentant le Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire



Le Dr Robert Brès, psychiatre, représentant le collectif Mais c’est un Homme



Ce film nous emmène dans le monde peu connu de la psychiatrie. Nous en découvrons les différents courants : 



– le courant humaniste, né en France durant la seconde guerre mondiale et lié à la Résistance. Ce courant privilégie la relation de confiance avec les patients et les rapports humains.



– le courant comportementaliste, qui a de l’être humain une vision beaucoup plus « mécanique », vise la réinsertion rapide du patient dans la vie sociale. L’accent est plus mis sur la médication, et parfois sur la recherche de profit. Certains acteurs de ce courant élargissent le champ de leur action et s’intéressent à nous tous : malades déclarés ou pouvant le devenir, dépressifs occasionnels ou pas, adultes ou enfants.



Puis, au cours du débat, les docteurs Brès et Bokobza – tenants de l’approche humaniste – répondront à nos questions et nous expliqueront pourquoi eux et les membres de leurs collectifs sont « entrés en résistance » contre la toute nouvelle loi sur la psychiatrie, en vigueur depuis le 1er août 2011. Ils nous parleront des nouvelles relations médecin-patients, ainsi que des nouveaux rapports avec les pouvoirs publics, que cette loi impose.



Gislhaine Rivet nous parlera quant à elle des conséquences de cette loi et de ses dérives liberticides possibles, en ce qui concerne les droits des patients, ainsi que de tous les citoyens de façon générale. Elle évoquera également le rôle et les actions de la Ligue des Droits de l’Homme en termes de vigilance et de défense de nos Libertés.

Share

>Entre rêve et création, le fil rouge de l’infantile ?

 

LE POINT de CAPITON, l’ECRPF, La Scène Nationale de Cavaillon

et Les Ateliers de Création de Montfavet

Entre Rêve et Création,
le Fil Rouge de l’Infantile ?

 

 

COLLOQUE

Vendredi et Samedi

11 et 12 Novembre 2011

9h-12h30 et 14h-18h30

Théâtre de Cavaillon (84)

Rue du Languedoc

04 90 78 64 64


  • Danse et chorale : Émouvance et Il était une voix
  • Expositions : Atelier Peau d’âme, Atelier Marie Laurencin et artistes invités
  • Expo de Poche : Joëlle Molina
  • Musique : Jean Yves Abecassis
  • Slam : Tolten
  • Textes : Atelier Papier de Soi, poètes et écrivains invités
  • Voix : Danièle Ors-Hagen, Corine Zibetti
  • Librairie : Papier de Soi, Point de Capiton, Champs Social, Mémoire du Monde, D. Limon, H. Ludo…


Participation aux frais : voir au dos de la plaquette

Renseignements : lepointdecapiton@hotmail.fr

Répondeur -fax : 04 90 86 55 25

 

Chèques à adresser à :

Point de Capiton

1632 Hameau de la Parisienne, 84740 Velleron

(Inscription à réception du paiement uniquement)

www.le-point-de-capiton.net

www.inter-s-tisse.org

http://www.theatredecavaillon.com/Un-truc-de-fou

« Les rêves et les créations nous pensent parfois bien avant que nous ne les pensions nous-mêmes ».

Sylvie Le Poulichet, Les chimères du corps


Share

>Fête de l'Huma : un projet politique pour une psychiatrie humaniste

 

 

Samedi 17 septembre 2011 de 11h à 12h30

fête de l’Humanité 

stand de la fédération du 91 

 

Contre la loi sécuritaire construisons un projet politique pour une psychiatrie humaniste !

 

débat animé par Serge Klopp, cadre de santé

 

Marjolaine Rauze, maire de Morsang s/Orge, vice-présidente du Conseil général de l’Essonne, chargée de la Santé

 

Hélène Franco, juge, représentante du Parti de Gauche au collectif "Mais c’est un homme"

 

Mathieu Bellahsen, psychiatre, membre du collectif des 39 contre la nuit sécuritaire  et de l’association Utopsy


Share