Archives de catégorie : Articles

Ayez confiance les enfants

Sandrine DELOCHE, Pédopsychiatre.

Pratiques n° 86 dossier « Vérités et mensonges »    Juillet 2019

« Le monde est à coup sûr sorti de ses gonds, seuls des mouvements violents peuvent tout réemboîter. Mais il se peut que, parmi les instruments servant à cela, il y en ait un, petit, fragile, qui réclame qu’on le manipule avec légèreté » Bertolt Brecht. 

La déconstruction du service public, s’agissant du soin porté à l’enfance, donc de l’éducation, de la santé et de la justice, ne se fait pas n’importe comment.                                                                                             Un premier cisaillement consiste à couper les vivres drastiquement, selon une politique d’austérité froidement appliquée. Patiemment, le manque de moyens déconstruit les organisations en place. Des institutions, de la territorialité, de la formation des acteurs jusqu’aux acquis sociaux, plus rien ne doit soutenir, à terme, la gratuité, la proximité et la prévention. La valeur locale du terrain, douée de singularités pour répondre au plus près des besoins, et accueillir par quartier, par arrondissement, par commune doit être balayée. Quand on supprime des classes, des postes d’instituteurs, quand on raye des centres de protection maternelle et infantile, quand on fusionne des services sociaux, quand on fait rayonner des psychologues scolaires sur des dizaines d’écoles, quand on fait disparaître des réseaux d’aide scolaire itinérants, quand on ferme des centres médico-psychologiques dans les quartiers ; alors oui on arrive, en bout de course, à un système déliquescent. Il est alors facile de dénoncer un service public obsolète. Poubelle ! Continuer la lecture de Ayez confiance les enfants

Share

INSOUCIANCES du CERVEAU

Liliane IRZENSKI

Je souhaiterai vous faire partager l’enthousiasme que j’ai eu à lire « INSOUCIANCES  du CERVEAU »précédé de Lettre aux écervelés, d’Emmanuel Fournier –philosophe, médecin, professeur enseignant l’éthique et la physiologie à Sorbonne Université-. C’est un texte à ne pas manquer pour ceux et celles qui réalisent combien est devenue asphyxiante la sécurité des neurocertitudes et la prescription d’obéir à la vision de l’Humain réduite à son cerveau. Ce n’est pas une mince affaire que cet avenir de l’homme neuronal que les politiques sont entrain de nous construire en instrumentalisant les recherches scientifiques de façon mensongère et abusive.

Tout comme François Gonon, neurobiologiste n’a pas manqué de souligner ce retour à une neuromythologie (dixit Griesinger « les maladies mentales sont des maladies du cerveau » 1895  et Kraeplin « leurs causes sont biologiques et héréditaires » 1905) Emmanuel Fournier dénonce  aussi ce grand mythe de la modernité : « le cerveau devenu le prête-nom de dogmes qui ne se disent pas, qui envahit nos discours car nous lui faisons dire bien davantage que ne le voudrait la raison scientifique. La fortune de l’idée de cerveau : toute la panoplie des stratégies de marketing est activée (domination neurocognitiviste s’armant de l’autorité de la science, de fait neuropseudoscience et toute celle de l’évangilisation, comme s’il était de la plus haute importance de répandre et de populariser une conception cérébralisée de l’Humain. Le cerveau devient un instrument de manipulation. » Continuer la lecture de INSOUCIANCES du CERVEAU

Share

Victor notre sauvagerie

Pratiques n° 84 dossier: « Où va la psychiatrie ? »    Janvier 2019

Sandrine Deloche,  Médecin pédopsychiatre

La qualité de la protection, du soin et de l’éducation délivrée à Victor, l’enfant sauvage renseigne en premier lieu sur la somme de notre propre sauvagerie.

Chaque fois que je pousse la porte de la salle Itard, c’est un temps suspendu de croisement. Je côtoie de jeunes enfants hospitalisés là. La plupart ont attendu des mois avant d’y être admis, faisant le désespoir des institutions, de l’école, et de leurs parents impuissants. A Itard, ils sont soignés, mais aussi traités et enfermés. Ils sont ici pour toute sorte de souffrance psychique appelée « trouble » ou « handicap ». Un matricule diagnostique de classification, le code d’une lettre accolé à un chiffre attestera de la chose, à la sortie. Chaque fois, qu’on déverrouille la porte de la salle Itard, je ne peux m’empêcher de penser à Victor et au docteur Itard incarné par François Truffaut dans son film L’enfant sauvage sorti en salle en 1970, visionné par 1,4 million de spectateurs. Un succès à la hauteur du mythe et de l’histoire vraie. Curiosité honnie, objet d’étude, fétiche des Lumières, Victor, petit sauvage de l’Aveyron, fut capturé un soir d’hiver en 1799, non loin de Saint-Sernin-sur-Rance. Continuer la lecture de Victor notre sauvagerie

Share

Quand j’avais 10 ans

Pratiques n° 84 « Où va la psychiatrie ? »   Janvier 2019

Sandrine Deloche, médecin pédopsychiatre

Quand j’avais 10 ans, nous avions quarante ans d’avance. La politique de Santé prônait une pédopsychiatrie publique de proximité comme l’une de ses priorités. Répondre à la souffrance psychique des enfants et des familles, soutenir leur équilibre, leur maturation psychoaffective avait valeur d’action socio-éducative large dans le champ de l’Enfance.

Une avance considérable portée par un accueil gratuit, dispensé par les centres médico-psychologiques de quartier pour n’importe quel enfant sur le territoire français. D’un point de vue comptable, ces structures étaient gérées par les tutelles départementales pour un territoire de proximité de 200 000 habitants, définissant un secteur de la psychiatrie infanto-juvénile. Avancée politique fondatrice renforçant une politique de prévention exercée, sur le terrain, par les PMI, les maisons vertes, les réseaux d’aide scolaire et les services sociaux. Cette construction visionnaire s’est faite grâce à la volonté réciproque d’une poignée d’hommes politiques, cliniciens. Mais ne nous y trompons pas, ce fut un combat porté aussi par le refus de l’ordre en place. « Créer c’est résister à ce qui entend contrôler nos vies » rappelait Gilles Deleuze1. Privilégier une approche humaniste du soin psychique, loin du spectre de toute organisation concentrationnaire, avait valeur d’engagement politique contre la barbarie. Destituer les murs de l’enfermement, inventer une psychiatrie citoyenne et prendre soin des lieux qui soignent pour mieux guérir exprimait la nécessité radicale de changement. Suivront un bouillonnement intellectuel formidable et la transmission de savoir-faire institutionnels pour les générations soignantes futures, comme la psychanalyse pour enfants, la psychothérapie institutionnelle, un travail d’équipe tout à fait unique. Aujourd’hui, le secteur, ce modèle médico-social, cité comme une exemplarité française bien au-delà de l’Hexagone, est en train d’être liquidé. J’ai 50 ans, je suis pédopsychiatre de secteur. Continuer la lecture de Quand j’avais 10 ans

Share

La pédopsychiatrie low-cost

Comment les politiques managériales des hôpitaux façonnent nos pratiques

PRATIQUES 84    JANVIER 2019

 Catherine Laval  Médecin pédopsychiatre

Quand j’ai fini mon internat, il y a quinze ans, c’était pour devenir pédopsychiatre de secteur, que je pensais être un médecin qui accueillait la souffrance, prenait le temps d’écouter et d’entendre, une discipline à la croisée de la médecine, des sciences humaines, de la psychanalyse, de la politique certes, mais pas du management d’entreprise. Je n’avais rien compris.

Dans ma pratique, non sans mal, il a fallu lutter contre la mise sur le marché d’un « enfant machine immaculé conception » détaché de son environnement, de son histoire, de sa culture, sans famille, sans liens sociaux qu’il fallait réparer à coups de médicaments, faisant les affaires de lobbies pharmaceutiques, idéologiques, mais aussi des politiques, car il les dédouane d’une quelconque responsabilité dans le mal-être (croissant) des enfants, dès lors que celui-ci serait de cause neuronale réparable par des molécules.

Pour pouvoir réparer cet enfant objet, il faut pouvoir créer les conditions d’accueil à la mesure de ces ambitions perverses. Alors comment faire, car il y a toujours des « Gaulois réfractaires » qui résistent ? Pour changer les pratiques, il a fallu tout d’abord s’attaquer à la formation de tous les soignants sans exception (infirmières, psychologues, éducateurs spécialisés, médecins), mais ça ne suffisait pas car la transmission entre les soignants au sein des services existe toujours et que le personnel peut encore aller se former ailleurs (même si le budget pour la formation continue a fondu ces dernières années et qu’elle est de plus en plus contrôlée). Continuer la lecture de La pédopsychiatrie low-cost

Share

« Ce qui est en crise, c’est notre hospitalité » : la psychiatrie craque

Le monde de la psychiatrie est vent debout contre la tendance au « management » qui touche les établissements de soins. Et elle le fait savoir. Reportage Article d’Anne Crignon, édition numérique du Nouvel Obs

Le monde psychiatrique est en train de craquer complètement. « Pas des gouttes, de l’écoute » est le slogan qui résume bien l’état d’esprit des quelque mille manifestants rassemblés ce mardi 22 janvier, place de la République, à Paris, dans le froid et la neige. Il y avait là des psychiatres, des psychologues, des infirmières et des aides-soignants, et aussi des travailleurs sociaux, des familles et des patients choqués par la manière dont ils ont été maltraités dans un hôpital psychiatrique (HP).

Ils sont venus à l’appel du Collectif Pinel en Lutte d’Amiens, lequel a mené l’an dernier une grève de sept mois et campé devant son hôpital pendant douze semaines, jusqu’à obtenir la création de 30 postes sur les 60 demandés. Tous ceux qui protestent, souvent de manière spectaculaire « parce que la psychiatrie et la pédopsychiatrie n’en peuvent plus », étaient là : les Perchés du Havre, demeurés des jours et des nuits sur le toit de leur HP pour exiger des moyens décents, le collectif Pédopsychiatres du 19e en Lutte, remonté contre les « graves attaques financières et idéologiques de la part des pouvoirs publics », les soignants du Rouvray, à Sotteville-lès-Rouen, qui ont fait une grève de la faim pour être entendus.

Il y avait mille protestataires place de la République, mais chacun en représentait bien d’autres : on ne quitte pas si facilement pour la journée un hôpital en sous-effectif : 25 % des postes sont en déshérence, selon Union syndicale de la psychiatrie (USP). Il y avait aussi dans la foule une trentaine de « gilets jaunes ». pour lire la suite  https://www.nouvelobs.com/sante/20190124.OBS10443/ce-qui-est-en-crise-c-est-notre-hospitalite-la-psychiatrie-craque.html


Share

SITUATION ALARMANTE à l’hôpital psychiatrique de Béziers

Courrier adressé aux responsables administratifs et médicaux de l’hôpital

Messieurs 

L’association Santé Mentale France (ancienne Fédération Croix Marine) dont je préside la coordination locale Languedoc Roussillon est très inquiète de la situation que vient révéler la brutale mutation signifiée à Mike Perrin le 2 novembre de ce mois.

Nous nous étonnons qu’une telle décision ait été prise sans concertation avec l’intéressé, pas plus qu’avec les équipes médicales et sommes frappés par la rapidité de son exécution. Monsieur Perrin a été informé le 2 pour une mutation prenant acte 10 jours après. Quelle « nécessité de service » (puisque c’est le terme qui semble avoir été invoqué) motive une telle précipitation ?

Nous espérons nous tromper en percevant derrière cette mutation une forme de sanction déguisée à son encontre et un rude coup porté à l’équipe du Centre de Jour de Pézenas.

A entendre ses pairs, Monsieur Perrin a toujours été un infirmier fortement engagé dans sa pratique et y a démontré des qualités relationnelles reconnues par tous, aussi bien professionnels qu’usagers. Il a fait preuve d’un même dynamisme dans son engagement associatif local en étant, entre autres, une des chevilles ouvrières de l’animation annuelle des semaines d’information sur la santé mentale (SISM).

L’an dernier, il a contribué fortement réussite de la journée régionale Occitanie sur les GEM que nous avons organisée, à l’occasion de leurs 10 ans, sur le site de Sortie Ouest de Béziers. 

Monsieur Perrin est un militant très actif de notre Fédération depuis très longtemps. Membre du Comité d’organisation de nos Journées Nationales tenues à Béziers en 2009 (qui avaient accueillies 700 participants), il est membre de nos instances régionales depuis plus de 10 ans et a été appelé à occuper une fonction d’administrateur au niveau national pendant deux mandats. 

A travers ses relations avec ses collègues médicaux et paramédicaux, avec les partenaires sociaux et médicosociaux, avec les usagers et leur association le Fleis, il s’est toujours montré un ardent acteur des valeurs que notre Fédération défend depuis plus de 60 ans, à savoir une psychiatrie respectueuse de l’humanité des personnes qu’elle accueille et travaillant le soin dans son articulation constante avec le social.

Cette décision rencontre et risque d’aggraver une fragilisation inquiétante du Centre de Jour de Pézenas entamée depuis 2012. Son départ vient s’ajouter à la diminution du temps médical qui lui est alloué. Le professionnalisme et l’ancienneté de Monsieur Perrin dans le réseau y étaient d’autant plus appréciés et indispensables. Comment, dans ces conditions, maintenir la qualité du projet du CDJ et la consolidation de leurs relations locales qui en constituent un des principaux étayages ?

Une des graves difficultés que rencontre la psychiatrie actuellement réside, à nos yeux, dans un modèle qui ignore la vigilance à apporter à la singularité des personnes et des lieux. Le travail psychiatrique repose sur l’importance accordée à la durée : il faut du temps pour établir une relation de soin avec une personne gravement atteinte dans sa vie psychique. Cette relation exige, pour cette raison, la création de lieux appropriés et possédant chacun une coloration singulière en fonction de son implantation et de son histoire. L’organisation du secteur de Pézenas fut, à cet égard, pendant longtemps exemplaire. Le management des établissements psychiatriques ne peut se faire dans l’ignorance de ces spécificités indispensables au soin psychopathologique. Considérer que l’on puisse déplacer les professionnels de façon arbitraire et sans concertation, à l’image de pièces anonymes et interchangeables de n’importe quelle entreprise de production, constituerait une grave erreur.

Nous vous remercions de l’écoute que vous saurez apporter à l’inquiétude que nous nous permettons de vous exprimer et espérons que vous pourrez y apporter une attention vigilante.

Recevez, Messieurs, nos meilleures salutations

Pour SMF Occitanie-Languedoc Roussillon, 

Joseph Mornet, son président

 

Share

LA RHÉTORIQUE DU VIDE

Qu’advient-il quand la folie n’est plus considérée donc accueillie comme une souffrance à part entière, mais devient une menace à cadenasser illico ? 

Sandrine Deloche médecin pédopsychiatre                                              Pratiques, cahiers de la médecine utopique. Avril 18. N°81. « Souffrir »

Sur son visage, il y a la démesure de l’effroi. Vacillante, la voix raconte un état de faits cuisant.

« Ils étaient douze autour de moi, douze personnes pour m’attacher » dit-elle. « En deux minutes, plus de montre, plus rien, ça c’était très violent». Le regard reste effaré de cette affaire-là. L’art et la manière de l’hospitalité sont restés lettre morte. Quelque soit son expression, la crise déclenche un plan d’action qui agit au centuple l’effraction et la violence du malaise « incriminé ». Une scène de peurs intime et collective, inavouable pourrait-on dire, arme la contention dès le point d’entrée, les urgences, jusqu’aux services d’hospitalisation.

Le visage cherche en l’autre la reconnaissance de cet insensé. « Il faut parfois beaucoup de personnes pour imposer la contention » lui répond, en face, le juge des libertés et de la détention !! Il est là pour lui dire ses droits, et vérifier la procédure, malgré la sauvagerie qu’on lui raconte. Depuis 2011, ça doit avoir lieu dans les 12 jours de l’enfermement d’une personne en hôpital psychiatrique.

Le documentaire de Raymond Depardon, « 12 jours », nous rend témoins d’une dérive qui ronge les institutions soignantes : la déliaison aboutissant à la perte de sens, et vice et versa, au profit de l’implacable mécanisation de la procédure. Continuer la lecture de LA RHÉTORIQUE DU VIDE

Share