AMPI 2018 XXXII Journées de Psychothérapie Institutionnelle

SE FORMER À LA RENCONTRE DU PROTOCOLE À L’ÊTRE AVEC…

AMPI 2018      Bulletin d’inscription 2018

Dans la psychiatrie du 21ème siècle, les débats théorico-cliniques ont disparu, créant un vide de la pensée occupé par un discours technicisé portant une conception organiciste de la pathologie psychiatrique, devenue maladie du cerveau.

Cette approche purement « objective » du Trouble psychique s’accompagne de « recommandations » de bonnes pratiques avec des conduites à tenir stéréotypées matérialisées par la multiplication de protocoles standardisés.

Utilisé dans la gestion du risque médico légal, ce type de protocole ignore la question de la rencontre avec l’autre. La déshumanisation du soin qui en résulte est un facteur de la dramatique augmentation de l’utilisation des chambres d’isolement et des liens de contention dans les unités de soin.

Et si l’objet de la psychiatrie n’était pas le cerveau mais la relation à l’autre ? Et donc l’outil de soin fondamental, la rencontre ? Être avec la personne malade, être à ses côtés, valoriser cette co-présence même sans rien « faire »….

Tel est l’objet de la psychiatrie, des soins psychiatriques.

Mais comment se forme-t-on à la rencontre ?

Le goût de l’autre, la curiosité, l’engagement ça s’apprend ? Et l’inattendu là-dedans ?

Le partage d’expériences participant de cet « apprentissage », rendez-vous aux journées de l’AMPI pour trouver ensemble le chemin de la rencontre…

 Participants à l’organisation de l’AMPI  :  Alain Abrieu – Evelyne De Fabrègues – Christiane Jacob- Hélène Moreau – Marie France Negrel – Henri Sadaoui – Marie-Claude Taliana- Jacques Tosquellas – Antoine Viader – Christine Steinmetz.                                                              Avec des membres des CEMÉA

FacebookTwitterGoogle+Partager

LA RHÉTORIQUE DU VIDE

Qu’advient-il quand la folie n’est plus considérée donc accueillie comme une souffrance à part entière, mais devient une menace à cadenasser illico ? 

Sandrine Deloche médecin pédopsychiatre                                              Pratiques, cahiers de la médecine utopique. Avril 18. N°81. « Souffrir »

Sur son visage, il y a la démesure de l’effroi. Vacillante, la voix raconte un état de faits cuisant.

« Ils étaient douze autour de moi, douze personnes pour m’attacher » dit-elle. « En deux minutes, plus de montre, plus rien, ça c’était très violent». Le regard reste effaré de cette affaire-là. L’art et la manière de l’hospitalité sont restés lettre morte. Quelque soit son expression, la crise déclenche un plan d’action qui agit au centuple l’effraction et la violence du malaise « incriminé ». Une scène de peurs intime et collective, inavouable pourrait-on dire, arme la contention dès le point d’entrée, les urgences, jusqu’aux services d’hospitalisation.

Le visage cherche en l’autre la reconnaissance de cet insensé. « Il faut parfois beaucoup de personnes pour imposer la contention » lui répond, en face, le juge des libertés et de la détention !! Il est là pour lui dire ses droits, et vérifier la procédure, malgré la sauvagerie qu’on lui raconte. Depuis 2011, ça doit avoir lieu dans les 12 jours de l’enfermement d’une personne en hôpital psychiatrique.

Le documentaire de Raymond Depardon, « 12 jours », nous rend témoins d’une dérive qui ronge les institutions soignantes : la déliaison aboutissant à la perte de sens, et vice et versa, au profit de l’implacable mécanisation de la procédure. Continuer la lecture de LA RHÉTORIQUE DU VIDE

Entre savoir et culture: La barbarie – Michel Henry

Christian  GUIBERT      Pédopsychiatre                                                                   Intervention lors du meeting du Collectif des 39 – le 16 octobre 2016

Je  vous propose une lecture de ce livre de Michel HENRY paru en 1987  aux Presses Universitaires de France, car il me paraît aujourd’hui d’une brûlante actualité. Ce livre  part d’un constat simple mais paradoxal  celui d’une époque, la notre, caractérisée pas un développement sans précédent du Savoir allant de pair avec l’effondrement de la Culture.

Pour la première fois sans doute dans l’histoire de l’humanité , Savoir et  Culture divergent , au point de s’opposer dans un affrontement gigantesque – une lutte à mort  — s’il est vrai  que  le triomphe du premier entraine la disparition de la seconde.

Une telle situation, aussi dramatique que mystérieuse, s’éclaire  si l’on remonte à sa source, au tout début du dix septième siècle ,  lorsque Galilée qui a découvert que la terre tourne  autour du soleil , déclare que la connaissance  antérieure à laquelle l’homme se confie est «  fausse et illusoire » .

Cette connaissance est la connaissance sensible qui nous fait croire que les choses ont des couleurs, des odeurs, des saveurs, qu’elles sont sonores,  agréables ou désagréables. Bref que le monde est un monde sensible. Continuer la lecture de Entre savoir et culture: La barbarie – Michel Henry

XVIèmes RENCONTRES DE LA CRIÉE 31 mai, 1 et 2 juin 2018

L’imaginaire dans la clinique    Patrick CHEMLA

Programme des journées:       http://lacriee51.blogspot.fr

Nous avons travaillé les années précédentes sur «le Collectif à venir», ce qui nous a conduits à relire plusieurs séminaires de Jean Oury, mais aussi à revisiter la catégorie de l’imaginaire. L’enjeu des «praxis instituantes» pour reprendre le terme de Pierre Dardot et Christian Laval, nous a renvoyés à une première lecture de l’élaboration de Cornelius Castoriadis. Celui-ci produit très tôt la catégorie de l’imaginaire radical, à entendre dans ses deux acceptions : à la racine du sujet, mais aussi dans son inscription dans les «productions imaginaires du social-historique». Là où Lacan mettait le symbolique, puis le Réel, au cœur de la problématique du sujet, Castoriadis place donc l’imaginaire radical, manière de se détacher très tôt du structuralisme, de tout déterminisme, et de ce qu’il  appelle «la pensée héritée». Il s’agit d’un tout autre imaginaire que celui du stade du miroir, puisqu’il évoque entre autres pour l’expliciter la possibilité d’envisager une composition musicale. Continuer la lecture de XVIèmes RENCONTRES DE LA CRIÉE 31 mai, 1 et 2 juin 2018

DEUX CENTRES DE SOINS POUR ENFANTS SONT EN DANGER – NON A LA DELOCALISATION !

Collectif pluri-professionnel du Secteur 91-I-05

Nous vous appelons à signer cette pétition pour exiger le maintien de soins accessibles et de qualité pour les enfants de ce secteur : https://goo.gl/SvtgyA 

Le mardi 13 février 2018 les soignants du Centre Médico Psychologique (CMP) de Chilly-Mazarin et de l’Unité d’Accueil Familial Thérapeutique (UAFT) à Sainte Geneviève-des-Bois ont appris par la hiérarchie de l’Hôpital Barthélemy Durand la menace de délocalisations imminentes qui pèse sur le Service public de soins destinés aux enfants et leurs familles dans le nord de l’Essonne.

Cette décision de délocaliser le CMP et de l’UAFT vers la Zone d’Activités industrielles de Champlan, n’a fait l’objet d’aucune concertation. Elle remet en cause l’accès aux soins de proximité, et nuit à leur qualité.

Le travail de réflexion de deux générations de professionnels sur le déploiement du Secteur – initié par les équipes de Tony Lainé – risque d’être anéanti par une décision faisant fi du terrain et de la population desservie. 

 Depuis 1986, l’équipe soignante du CMP – « pilier des soins de proximité » – prend en charge des enfants et des adolescents présentant des difficultés scolaires, des troubles de l’attention et de la concentration, des troubles autistiques, des difficultés de comportement, des signes de souffrance psychique…  Continuer la lecture de DEUX CENTRES DE SOINS POUR ENFANTS SONT EN DANGER – NON A LA DELOCALISATION !

Semaines de la Folie Ordinaire franciliennes 2018

 

PROGRAMME DU 12 au 25 MARS 2018       sdlfo-depliant

EXPOSITIONS: 

Du 12 au 23 mars , du lundi au vendredi de 9h à 18h sauf mardi de 11h à 18h :

Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse – Bibliothèque Universitaire (BU)                                                                                                                   ZYPLOX

Du 15 au 23 mars , du lundi au vendredi de 10h à 17h :

Université Paris 13-Campus de Bobigny – Foyer de l’Illustration            Exposition collective de plusieurs GEM de Seine Saint-Denis

Du 19 au 25 mars :

A La Parole Errante: Exposition collective :                                                     Ollié Romain, Lou Le Cabellec, Christian Sabron, Laurence Renaud, Les Ateliers du Non-Faire, Le groupe photo d’Artaud,        Gemmeurs Product et quelques autres…

Informations    www.sdlfoparis2018.wordpress.com

Relations presse :  Fred (pour Humapsy) tel : 06 17 50 03 14             Mail : humapsy@mailoo.org

Le prix de l’obéissance dans PRATIQUES n° 80

Sandrine Deloche, médecin pédopsychiatre                                                     Pratiques les cahiers de la médecine utopique n°80.                                  Dossier : la marchandisation des corps. Janvier 2018

Quand un symptôme de l’enfance tombe aux mains de logiques marchandes, sans surprise l’économie du sujet passe derrière les intérêts politico-financiers. Ici, ce sont les contours d’un scandale sanitaire qui interrogent notre propre obéissance à de telles manœuvres, et son prix.

Aujourd’hui quand un enfant pose problème à l’école, il n’est plus un élève en difficulté ni un enfant à part. Il est un trouble, un handicap, une maladie. Sans attendre, il est estampillé, fiché, étiqueté, traité, orienté. L’échec scolaire ne relève plus de l’Éducation Nationale, au sens strict du terme : une nation qui s’engage dans l‘éducation de ses enfants. Non, l’échec scolaire est devenu une valeur marchande. Il est sous-traité en surface par la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), et en profondeur par les laboratoires pharmaceutiques. Ces deux-là ont un pouvoir exorbitant. Ils ont fabriqué 2 substances hyper toxiques quant à la construction de l’enfant : la MDPH, la reconnaissance d’un handicap psychique à tout bout de champ et les « labo », un dérivé d’amphétamine prescrit larga manu, le méthylphénidate ou Ritaline, Continuer la lecture de Le prix de l’obéissance dans PRATIQUES n° 80

PÉTITION de L’APPEL DU 7 – MONTPELLIER

Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé : Une place digne pour chacune et chacun: c’est un droit !  

Une place digne pour chaque personne en situation de handicap, de précarité, de fragilité : c’est un droit !

Aujourd’hui, beaucoup trop de personnes en situation de handicap n’ont pas de solution de prise en charge adaptée à leurs besoins. Tous les secteurs sont touchés, de la petite enfance au secteur adultes, du social au secteur du médico‐social et de la psychiatrie. Des centaines de personnes, enfants et adultes, ayant pourtant une notification pour intégrer un établissement n’auront pas de places et très peu d’espoir d’en trouver rapidement.

Le constat est le suivant :

‐ Pas de places dans les établissements et services.

‐ Des listes d’attente extrêmement longues (généralement de plusieurs années)

‐ Pourtant des établissements ferment, des places disparaissent.

‐ Les budgets alloués à ces situations urgentes et vitales ne correspondent pas aux besoins.

‐ De plus en plus de familles en détresse.

‐ Des usagers fragilisés, oubliés, sacrifiés.

‐ Des professionnels en souffrance, de plus en plus de burn‐out, de turn‐over.

Le collectif de L’APPEL DU 7 se mobilise pour que demain, toutes ces personnes puissent prétendre à leurs droits. Nous réclamons la création et l’ouverture de places, d’établissement, de lieux d’accueil et de structures adaptées pour chaque personne.

Nous revendiquons le respect de ces personnes, le respect des lois et le droit à une place digne pour chacun. Mobilisons‐nous et signons cette pétition. Une place digne pour chacune et chacun : c’est un droit !

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Agnes_Buzyn_Ministre_des_Solidarites_et_de_la_Sante_Une_place_digne_pour_chacune_et_chacun_cest_un_droit/?tNIIKmb

Intervention d’Hervé Bokobza sur France Culture le 26 janvier à 22h

Faire évoluer le mode de financement en budget réservé de remboursement des soins, le gouvernement promet de revoir l’organisation de la psychiatrie jusqu’à mettre fin au dualisme entre médecine somatique et psychique….mais la ministre de la santé…semble avoir pris la mesure des manques et souffrances puisqu’elle convient, je cite Agnès Buzyn : «  que la psychiatrie ne va pas bien et que c’est une discipline paupérisée » :

Nous sommes ravis d’avoir entendu cette déclaration de la ministre de la santé, je dirais enfin, le hic, le bémol je dirais, c’est que à la lectures des douze mesures d’urgence préconisées par madame la ministre, je ne retrouve aucune des vingt deux mesures d’urgence que tous les soignants en psychiatrie, les patients, les familles avaient exigées il y a maintenant quinze ans. Où nous disions à l’époque que si rien ne se produisait nous allions vers une catastrophe sanitaire grave.

Bravo à Mme Buzyn d’avoir pu se rendre compte où nous en sommes, hélas, grandement hélas, les mesures proposées ne vont pas dans le bons sens et je dirais même plus elles vont empirer la situation existante et le soin tout prêt( ?)(le son est incompréhensible) de la maltraitance qui commencent à s’opérer aujourd’hui dans notre pays en psychiatrie. Continuer la lecture de Intervention d’Hervé Bokobza sur France Culture le 26 janvier à 22h